USM Alger : La saison n'est pas encore terminée pour les Rouge et Noir    Secousses telluriques à Mila : "l'Etat n'abandonnera pas ses citoyens"    Berraki : pas de dégâts ou de dysfonctionnements au niveau du barrage de Beni Haroun    Les Algériens interdits d'entrée en Suisse    Ounoughi évoque l'affaire de Madjer avec l'Anep    Covid 19 : 529 nouveaux cas, 429 guérisons et 9 décès en Algérie durant les dernières 24 heures    PARTI FLN : Le SG invité à Moscou pour participer à un sommet    EXPLOSION DE BEYROUTH : L'Algérie envoie un hôpital militaire de campagne    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    REUNION GOUVERNEMENT-WALIS MERCREDI ET JEUDI PROCHAINS : Vers un mouvement dans le corps des walis    FRANÇAIS BLOQUES EN ALGERIE : Plus de 40 000 personnes rapatriées depuis mars    POUR NON-RESPECT DES MESURES PREVENTIVES : Fermeture de près de 5400 commerces à Alger    MASCARA : Les personnels de la santé dénoncent le manque de transport    Liban: le bilan de l'explosion du port de Beyrouth atteint 154 morts    Palestine : raids aériens israéliens sur la bande de Ghaza    L'Ogebc se dirige vers une exploitation optimale des sites du patrimoine    Pêche: un décret pour l'organisation des pécheurs artisans en coopératives    Fusion MCA-GSP : l'AGex du MCA largement en faveur de la fusion    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Explosion de Beyrouth: aides algériennes au Liban    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Djerrar opéré avec succès    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Deux Algériens légèrement blessés    13 décès et 551 nouveaux cas en 24 heures    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Feux de forêts : Arrestation d'au moins 10 individus    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    FAUSSES SAINTETES    L'apocalypse à Beyrouth    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gros plan sur les favoris et outsiders de la Coupe d'Afrique
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 06 - 2019

A quelques jours du coup d'envoi de la Coupe d'Afrique des nations 2019 qui sera donné le 21 juin, qui sont les favoris pour soulever le trophée le 19 juillet au Caire ? Egypte, Sénégal, Maroc, Côte d'Ivoire… Revue de détail des forces en présence.
Alors que la CAN-2019 débute vendredi 21 juin au Stade international du Caire, France 24 passe en revue les nations qui pourraient tirer leur épingle du jeu. Voici les favoris, les outsiders et les équipes à surveiller pour la 32e édition de la Coupe d'Afrique des nations. Les Pharaons font figure d'éternels favoris de la CAN. Et pour cause : non seulement ils détiennent le record de participation à la phase finale de la compétition (22), mais ils sont également ceux qui ont le plus de fois soulevé son trophée (7 fois champions, dont trois d'affilée en 2006, 2008 et 2010). Les Egyptiens pourront compter sur leur attaquant vedette, Mohamed Salah, meilleur buteur ex æquo de Premier League et tout juste auréolé d'une Ligue des champions avec Liverpool. Après une Coupe du monde 2018 décevante, les Pharaons auront à cœur de prendre leur revanche dans leur compétition fétiche. Et le fait qu'ils évoluent à domicile, devant un public réputé fan de football, leur offre inévitablement un statut de favori en puissance. Régulièrement cité parmi les favoris pour remporter le trophée, le Sénégal ne l'a jamais conquis. Première nation africaine au classement Fifa (24e), les Sénégalais ont survolé la campagne des qualifications avec un jeu ultra dominateur. Il faut dire qu'entre Kalidou Koulibaly, Keita Baldé, Idrissa Gana Gueye, Ismaïla Sarr, M'Baye Niang et surtout Sadio Mané, meilleur buteur ex æquo de Premier League, les Lions de la Teranga disposent d'un réservoir de joueurs de très haut niveau. Leur sélectionneur, Aliou Cissé, ancien capitaine emblématique de la «génération dorée» sénégalaise de 2002, tentera d'insuffler à ses hommes la dynamique nécessaire à la victoire finale. De là à briser la malédiction ? Younès Belhanda, Mehdi Benatia, Nordin Amrabat, Nabil Dirar, Hakim Ziyech, Achraf Hakimi… Le Maroc possède actuellement l'une des plus belles équipes de son histoire, ce qui en fait un favori sur les tablettes des bookmakers. Mais l'un de ses meilleurs atouts est peut-être son sélectionneur : Hervé Renard, véritable «sorcier blanc» de la Coupe d'Afrique des nations. Il est le premier entraîneur à avoir remporté la compétition avec deux pays différents : la Zambie, en 2012 et la Côte d'Ivoire, en 2015. Mais si le Maroc possède tous les éléments nécessaires à son succès, il devra toutefois d'abord s'extirper d'un «groupe de la mort» composé de la Côte d'Ivoire, de l'Afrique du Sud et de la Namibie, avant de pouvoir éventuellement prétendre à la victoire finale. Exit les Yaya Touré, Kolo Touré et autres Copa Barry… Quatre ans après leur dernier succès dans la compétition, les Eléphants se présentent avec un visage renouvelé et des stars montantes comme Serge Aurier, Eric Bailly, Wilfried Zaha ou encore le Lillois Nicolas Pépé – récent lauréat du prix Marc-Vivien Foé récompensant le joueur africain de l'année en L1. Une nouvelle génération qui a bien l'intention de tout écraser en Egypte. Les Fennecs doivent se faire pardonner auprès de leurs supporters. Après une élimination précoce dès le premier tour en 2017, les hommes de Djamel Belmadi auront à cœur de revenir au premier plan sur la scène continentale. Avec le Citizen Riyad Mahrez en fer de lance de l'attaque, l'Algérie pourrait créer la surprise et rafler le deuxième titre de son histoire. Les Aigles prendront-ils leur envol ? Etonnant leader invaincu d'un groupe C des éliminatoires qui comptait pourtant le Gabon (éliminé), le Mali doit désormais confirmer. De là à passer un cap et remporter le premier titre de son histoire… «On ne va jamais jouer une compétition avec pour seule envie de faire de la figuration», prévient le sélectionneur Mohamed Magassouba. Sky is the limit. Et si c'était la bonne pour le Ghana… Systématiquement dans le dernier carré de la compétition depuis dix ans, les Black Stars ambitionnent d'enfin ramener la coupe à la maison. Sauf si les dissensions internes s'en mêlent. Son attaquant vedette Asamoah Gyan avait claqué la porte de la sélection, déçu de ne plus en être le capitaine incontesté. Le président du pays, Nana Akufo-Addo, l'a finalement fait changer d'avis et il devra partager le leadership avec les deux frères Ayew, André et Jordan. Une fois encore, les Aigles de Carthage arrivent à la CAN dans un rôle d'outsider. Les Tunisiens sont connus pour leur régularité : ils n'ont pas raté une seule phase finale de la compétition depuis 1994 et ont même été couronnés à domicile en 2004. Wahbi Khazri, meilleur Tunisien du Mondial-2018 et auteur d'une excellente saison avec Saint-Etienne, sera l'un des joueurs clés de leur campagne continentale. Le sélectionneur, Alain Giresse, a d'ores et déjà annoncé son intention de rallier le dernier carré. Et plus si affinité ? Il faut toujours se méfier du lion qui dort. Si le Cameroun semble moins brillant qu'à l'accoutumée, il n'en reste pas moins le tenant du titre et difficile de ne pas se rappeler qu'il faisait partie des seconds couteaux au coup d'envoi de la CAN-2017. En s'appuyant sur son duo de techniciens néerlandais Clarence Seedorf et Patrick Kluivert, ainsi que sur la puissance de son collectif emmené par Andre-Frank Zambo Anguissa (Fulham), Karl Toko-Ekambi (Villareal) et le capitaine Eric Maxim Choupo-Moting (PSG), les Lions indomptables tenteront de faire oublier le fiasco de décembre 2018, lorsque l'organisation du tournoi avait été retiré à leur pays. Les Ecureuils sont de retour. Après neuf années de disette, le Bénin fait son retour en phase finale. La Guinée, pour sa part, croise les doigts pour que sa star, le milieu de Liverpool Nabi Keita, soit remis sur pied à temps pour tirer l'équipe vers le haut. Enfin il faudra compter avec les Léopards de la RD Congo, 5e pays africain au classement de la Fifa (51e) et toujours dangereux en Coupe d'Afrique. A noter que trois équipes disputeront la Coupe d'Afrique pour la première fois : le Burundi, qui s'est payé le luxe d'éliminer le Gabon d'Aubameyang, ainsi que Madagascar et la Mauritanie. Et il serait bien avisé de garder un œil sur les Mourabitounes [surnom donné aux joueurs de l'équipe de Mauritanie], qui ont terminé leaders ex æquo de leur poule d'éliminatoire, provoquant ainsi l'élimination du Burkina Faso, pourtant troisième de la dernière CAN.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.