REMPLAÇANT AHMED OUYAHIA INCARCERE A LA PRISON D'EL-HARRACH : Azzedine Mihoubi, nouveau SG par intérim du RND    LOGEMENTS PROMOTIONNELS AIDES (LPA) : Premiers quotas livrés à partir d'août    CELEBRATIONS DE LA VICTOIRE DES VERTS : Nuit blanche à Mostaganem    CADETS DE LA NATION : 99.46% de taux de réussite au Bac    COMMERCE : Plus de 2800 infractions enregistrées depuis début juin    Un pétrolier de Sonatrach contraint de se diriger vers les eaux territoriales iraniennes    Les héros sont de retour au pays    EN - Mahrez : "Fier d'avoir été le capitaine de cette équipe"    Quand Mobilis "évince" Ooredoo    Bientôt un nouveau cahier des charges    Une application pour la location de véhicules    La présidence dit oui    Ankara lance une riposte contre le PKK après l'attaque à Erbil    Téhéran dément des «allégations délirantes» de Trump    Un soldat tué et deux blessés    Peine de mort contre trois hommes    Enlèvement d'une députée anti-Haftar    L'ex-wali de Skikda, Benhassine Faouzi, sous contrôle judiciaire    Les partisans d'une alternative démocratique contre-attaquent    L'Alliance présidentielle décapitée    La cérémonie en Egypte    Les réserves de l'ETRHB pour la vente de ses actions    Deux vieilles connaissances sur la route des Verts    Le ministre du Commerce rassure les boulangers    1 000 kilomètres pour en faire la demande    Arrestation des voleurs de portables en série    5 ans de prison pour l'ex-directeur des Domaines    ACTUCULT    Yazid Atout, nouveau DG de la radio Chaîne III    La gestion administrative cédée aux travailleurs    Lorsque la solidarité villageoise fait des merveilles    Hommage au grand maître Benaïssa    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Frenda: Un guichet unique pour les fellahs    Le ministre du Commerce à Oran: Un plan directeur de la grande distribution à l'étude    Un forum qui a fait bouger les lignes    On ne construit pas un pays en bâclant, en trichant    Face au diktat de ses clients «publics»: L'aveu d'impuissance de la Sonelgaz    Circulation routière: 568 permis de conduire retirés en juin    Les Guerriers du Désert sur le toit de l'Afrique    Edition du 20/07/2019    Le peuple tient le cap    L'Ensemble «Safar» de musique andalouse en concert    Le Hirak toujours en marche    Le casse-tête des médecins spécialistes    Une 2e étoile pour les verts !    Mila : une tombe romaine découverte à Aïn El-Hamra dans la commune de Ferdjioua    Mesures légales pour relancer la production    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Ahmed Kellil
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 06 - 2019

Il y a exactement six ans nous quittait Ahmed Kellil plus connu par les intimes proches, amis et par l'ensemble des khenchelis de « Sidi Ahmed» «Hammoud» et de «Aâmi Ahmed». Sa disparition a laissé un grand vide au milieu de la population khenchelie, notamment le monde sportif.
Ahmed Kellil, jouissait d'une grande popularité au sein de la population de la région des Aurès et plus particulièrement de la wilaya de Khenchela. Ahmed Kellil appelé également Sidi Ahmed ou Hamoud a été membre de la Fédération FLN de France, il a été emprisonné à plusieurs reprises en France et en Algérie. Selon des témoignages, M. Kellil a été arrêté et emprisonné après que les autorités françaises ont découvert qu'il militait pour l'indépendance de l'Algérie. Les mêmes témoins ont ajouté qu'il a été arrêté et expulsé vers l'Algérie pour avoir hébergé plusieurs membres du FLN alors qu'il était responsable d'un centre destiné à accueillir les migrants. En Algérie, il fut à plusieurs reprises interpellé par l'armée française, ont indiqué les mêmes témoins. En 1953, il signa sa première licence avec l'USM Khenchela aux côtés des chouhada Athmani Tidjani, Ben Abbès Ghazali, Hemmam Amar et autres. Après l'indépendance, M. Kellil a occupé les fonctions d'interprète au niveau du ministère des Affaires étrangères. Le multipartisme en Algérie a donné l'occasion à M. Kellil de militer dans divers partis démocrates dont le PNSD dont il était le secrétaire général de la wilaya de Khenchela. Sidi Ahmed a présidé également l'équipe de l'USM Khenchela et fut membre de l'association des amis de ce club. Au cours d'un meeting, Ami Ahmed a été invité par le président d'un parti à s'exprimer devant l'assistance. M. Kellil s'est exprimé en français pendant une dizaine de minutes avant de terminer sous un tonnerre d'applaudissement. Cela n'a pas plu au premier responsable du parti qui a tenu à présenter des excuses à l'assistance, à la suite de l'intervention de M. Kellil dans la langue de Molière. A la surprise générale M. Kellil reprend la parole et répond au président : «Vous n'avez pas à demander des excuses, M. le président, j'ai choisi de m'exprimer avec une langue alors que je peux le faire avec au moins une dizaine de langues dont tamazight.» L'intervention de M. Kellil a de nouveau soulevé les ovations de la salle et des présents qui se sont mis debout pour scander «Sidi Ahmed, Sidi Ahmed». «Le «défaut» de «Ami Ahmed» c'est qu'il ne met jamais sa langue dans sa poche», nous a déclaré un ancien moudjahid. Il devait ajouter que rien ne peut arrêter M. Kellil lorsqu'il a des «choses» à dire. M. Kellil a réussi à convaincre des dizaines de jeunes alors qu'ils étaient sur le point de mettre le feu au siège de la Cnas lors des émeutes de 1991. Alors que l'Algérie est confrontée à l'affre du terrorisme durant la décennie noire, Ahmed Kellil a été parmi les « hommes» et les femmes qui avaient beaucoup contribué à la sécurité et la sérénité de l'Algérie et plus particulièrement de la région de Khenchela. Au moment ou certains se cacher pour parler entre les lèvres du terrorisme, Ahmed Kellil et plusieurs enfants des Aures ont publiquement choisi leur camp en se mettant aux côtés des forces de sécurité pour lutter contre les forces du mal. Personne n'a oublié l'intervention d'Ahmed Kellil lors de la rencontre qui opposé les représentants de la société civile et le ministre de l'Intérieur en visite à la wilaya de Khenchela. Relatant le sujet du terrorisme, Ahmed Kellil a indiqué, je cite : « La peur doit changer de camp M. le ministre de l'Intérieur. C'est à nous d'aller chercher ces terroristes dans leurs fiefs et de ne pas les attendre venir assassiner nos enfants et nos proches». Nous avons donné ici, une partie de l'intervention de l'ancien Moudjahid Ahmed Kellil. Et ce dernier d'ajouter : « L'Algérie a vaincu l'Otan lors de la Guerre de libération nationale, ce n'est pas à ces groupuscules (terroristes) qui pourraient nous faire peur», a-t-il fait savoir. C'est grâce à ces «hommes» dont Ahmed Kellil que la région de Khenchela a redevenue durant la décennie noir une zone interdite pour les terroristes. Pourtant, la wilaya de Khenchela, l'une des plus grandes régions du pays n'est pas du tout facile à sécuriser en raison des montagnes, forets et surtout la région du Sud et la vaste territoire du Sahara. Grâce aux forces de sécurité et l'apport appréciable de la population, la wilaya de Khenchela a réussi à faire « exception» de la région de Khenchela lors de la décennie noire ou le terrorisme n'a pas pu s'installer. Pendant toute la décennie noire, les groupes armés on réussi que 3 à 4 fois à frapper dans la région. Hormis, ces attentats qui avaient coûté la vie à des Italiens exerçant dans le secteur et la perte d'un chef de daira à Khenchela et deux ou trois ex-Moudjahidines, la wilaya de Khenchela était complétement sécurisée. Les quelques terroristes qui avaient fait des incursions à partir de Batna, Tébessa et El Oued ont été mis hors d'état de nuire. En somme, repose en paix «Aami Ahmed», les fidèles, les «amis de l'USM Khenchela et la majorité de la population khenchelie ne vous oublieront jamais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.