Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nécessité d'une stratégie «intégrée» de lutte contre la violence et le terrorisme
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 06 - 2019

Le chef des opérations de paix des Nations unies, Jean-Pierre Lacroix, a plaidé pour une «stratégie intégrée» en soutien aux efforts du gouvernement malien pour mettre fin aux violences et au terrorisme qui secouent notamment la région de Mopti dans le centre du pays, ont rapporté samedi des médias locaux.
En visite au Mali, Jean-Pierre Lacroix a appelé vendredi à l'arrêt de «la spirale de la violence dans le centre du Mali à travers une stratégie intégrée en soutien aux initiatives du gouvernement malien», ont ajouté les mêmes sources. «Notre action commune doit aider à donner un élan décisif aux actions du président Ibrahim Boubacar Keïta et de son gouvernement en faveur du retour de la paix, de la réconciliation nationale et du développement», a souligné M. Lacroix. Accompagné du secrétaire général adjoint du Service européen pour l'action extérieure Pedro Serrano, le chef des opérations de paix des Nations Unies s'est rendu à Mopti, dans le centre du Mali, pour constater la situation dans la région, ont poursuivi les mêmes sources. «La situation a atteint ce qu'on pourrait appeler une cote d'alerte avec ces horribles massacres des dernières semaines, des derniers jours. C'est la raison pour laquelle nous sommes venus pour montrer que nous sommes solidaires, nous sommes unis et pour montrer que nous sommes prêts à augmenter nos efforts pour soutenir les efforts maliens», a précisé M. Lacroix dans une déclaration à la presse locale, tout en rappelant que «la solution doit être malienne». M. Lacroix et Serrano ont rencontré à Bamako le président Ibrahim Boubacar Keïta, le Premier ministre Bobou Cissé ainsi que d'autres membres du gouvernement. Ils se sont aussi entretenus également avec les autres parties signataires de l'Accord pour la paix et la réconciliation, avant de se rendre au quartier général de la force du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad) à Bamako. «L'appui de l'ONU à cette force régionale reste intact et déterminé», a affirmé à l'occasion le chef des opérations de paix de l'ONU, ajoutant que «la stabilisation du Sahel nécessite une mutualisation des moyens et que la présence de cette force sur le terrain est plus que jamais indispensable». Pair ailleurs, des parlementaires d'une dizaine de pays du Sahel réunis vendredi à Niamey (Niger) ont demandé à ce que la force conjointe du G5 Sahel se voie conférer un mandat au titre du chapitre VII de la Charte des Nations unies afin de bénéficier des moyens onusiens pour combattre efficacement le terrorisme. La vaste zone sahélo-saharienne constitue l'une des plus grandes concentrations de menaces sur la paix, la sécurité et le développement, avec notamment la présence de groupes terroristes tels que Boko Haram dans les pays riverains du lac Tchad, de mouvements terroristes dans le nord du Mali, ainsi que d'autres trafiquants de drogue qui écument dans la région. La force conjointe du G5 Sahel est née en 2015 de la volonté des chefs d'Etat de la Mauritanie, du Mali, du Tchad, du Burkina Faso et du Niger de faire face à la recrudescence des attaques meurtrières perpétrées par des groupes terroristes dans la région. Le commandant de la Force conjointe du G5 Sahel, le général mauritanien Hanena Ould Sidi, a déploré vendredi les lenteurs constatées dans les opérations de mobilisation de fonds, handicapant certaines capacités jugées «très importantes» pour pouvoir lutter plus efficacement contre les mouvements terroristes.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.