Sit-in des avocats à Alger : Le corps de la justice exige "le respect de la Constitution"    Le FLN s'entre-déchire    Le FFS se fissure    Les décrets publiés au JO    Malgré une croissance en panne : Publicis signe un bénéfice record    USA: La Fed ne prévoit plus de hausse de taux en 2019    Selon l'ONS : L'inflation à 4,1% sur un an en février 2019    Le Snapo tire la sonnette d'alarme !    Des experts mettent en garde    Sahara occidental: La 2ème table-ronde se termine sans avancées    Golan syrien occupé: Les propos de Trump dénoncés par Damas et à l'étranger    11 morts, dont 1 vice-ministre, dans une attaque des shebab    Sélection algérienne : Décrassage pour les titulaires, entraînement pour les remplaçants contre la Gambie    Hausse inexpliquée des prix des fruits et légumes : Les ménages désemparés    29 suspects arrêtés à Alger    Colère contre Benghabrit    Nouvelle pièce théâtrale à l'affiche à Oran    L'ADE de Chlef rassure : «L'eau du robinet est sans risque pour la santé»    FABB.. Les compétitions gelées jusqu'à l'élection d'un nouveau président    Aymen Mathlouthi, gardien de but de la Tunisie : «On a pris un ascendant sur les Algériens ces dernières années»    Argentine.. L'absence de Lionel Messi au Maroc va coûter cher    Washington reconnaîtra aujourd'hui la souveraineté d'Israël sur le Golan occupé.. Crime avec préméditation    Alors que Mihoubi est partant.. Abdelkader Bendamèche à la tête de l'Aarc    Accidents de la circulation.. 8 morts et 22 blessés en 24 heures    POUR PARLER DE LA SITUATION DU PAYS : Le SG du RND convoque les cadres de son parti    Mali: plus de 130 civils tués dans l'attaque d'un village peul    MASCARA : 4014 unités de vin saisies à Khalouia    SES LEADERS CHASSES DES MANIFESTATIONS : L'opposition tente de se positionner    LOUISA HANOUNE : Le FLN et le RND accusés d'attitude ‘'vicieuse''    ELLE VEUT LE VOIR AU ‘'MUSEE DE L'HISTOIRE'' : L'Organisation des moudjahidine exige la libération du FLN    L'Angola qualifiée, pas le Burkina    Imposante marche des avocats à Alger    Faire sa crème anticellulite maison    L'association El Rahma au chevet des femmes    CAN-2019. Algérie 1 – Gambie 1 : Les Verts accrochés dans le temps additionnel    Eliminatoires CAN-U23 : L'EN olympique prend option    70 logements réalisés en 2007 dans la commune de Oued Goucine (Chlef).. Les habitants réclament leur distribution    Pour vol avec violence: Trois malfaiteurs sous les verrous    Les «hommes» du ministre    Evaluée à 4,1% en février.. L'inflation se stabilise    La réunion avec les présidents de Ligues et de sections annulée    Guterres appelle à s'unir contre l'islamophobie    HBO a caché 6 trônes de fer à travers le monde    Toutânkhamon, le roi oublié    Depuis nos plus lointains ancêtres à nos jours    Les recommandations du FMI    Voitures électriques : Tesla baisse encore le prix de la Model 3    Près de 100 morts dans le naufrage d'un bac à Mossoul    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election présidentielle 2019 : Pas de candidat unique pour l'opposition
Publié dans El Watan le 21 - 02 - 2019

Les différents intervenants de la rencontre ont lié leurs positions par rapport à la question d'une candidature consensuelle de l'opposition avec la tenue des réunions de leurs instances prévues à la fin du mois en cours ou au début du mois de mars, soit tout juste avant la fin du délai de dépôt de candidatures.
La réunion qui s'est tenue hier, à Baba Hacen (Alger), au siège du Front pour la justice et le développement (FLD) – El Adala – de Abdallah Djaballah, son initiateur, n'a pas débouché sur une candidature consensuelle de l'opposition.
Un des responsables de ce parti, le député Lakhdar Benkhellaf, a déclaré à la fin de ce conclave d'un peu plus de deux heures et auquel ont pris part plusieurs chefs ou représentants de partis politiques ainsi que des personnalités, que les différents intervenants ont lié leurs positions par rapport à cette question avec la tenue des réunions de leurs instances prévues à la fin du mois en cours ou au début du mois de mars, soit tout juste avant la fin du délai de dépôt de candidatures (3 mars).
D'après lui, «les rencontres se poursuivront lors des prochains jours» à propos de l'option du candidat consensuel, comme il l'a expliqué, «mais aussi pour ce qui est des autres options, comme celle du boycott». Cette dernière démarche est apparemment d'actualité «eu égard à l'évolution de la scène politique marquée par le 5e mandat, alors que tout le monde sait que l'actuel chef de l'Etat ne peut pas s'acquitter de ses tâches», poursuit-il.
«Notre décision finale sera connue dans les jours à venir», a affirmé Benkhellaf, qui a ajouté que «l'essentiel est que l'opposition s'entende pour continuer à travailler ensemble, même après l'élection présidentielle». Il faut dire que l'option du boycott de cette élection est sérieusement envisagée par El Adala, puisque son président, Abdallah Djabballah, avait déclaré, lors de son allocution d'ouverture, que «dans le cas où les participants à la réunion n'arriveront pas à s'entendre sur l'option du candidat unique de l'opposition, c'est le rejet des élections qui sera adopté».
«J'espère qu'on va arriver à une position commune vis-à-vis de cette élection. Si on n'y arrive pas, je pense qu'il faudrait adopter la position du peuple qui rejette cette élection», a-t-il indiqué. Et il est peu probable que les personnes présentes à la réunion d'hier puissent arriver à un consensus autour d'une candidature consensuelle, même dans les jours à venir. Abderrazak Makri du MSP avait, quelques quarts d'heure avant cette rencontre, présenté son programme de campagne.
Le MSP ne compte pas, a priori, céder sa candidature en faveur d'un autre. Ali Benflis, lui, ne cesse de réaffirmer que c'est au comité central de son parti, Talaie El Hourryiet, qui devra se réunir le 28 février prochain, de se prononcer sur la question, même s'il ne ferme pas la porte à une telle éventualité.
D'autre part, trois responsables de partis politiques, en l'occurrence Abdelkader Bengrina, du Mouvement El Bina, Mohand Said, du parti de la liberté et la justice (PLJ), et Karim Tabbou de l'Union démocratique et sociale (UDS) ont délégué leurs représentants respectivement Ahmed Dane, Azzedine Djerafa et Azzedine Toumi. Il faut noter qu'en plus de ces trois derniers, Benflis et Makri ont assistés à cette réunion, Tahar Benbaïbeche de El Fadjr El Djadid (PFJ), Nourreddine Bahbouh de l'Union des forces démocratiques et sociales (UFDS), Abdelaziz Ghermoul, du Mouvement des nationalistes libres (MNL), les deux universitaires Ferrad Mohand Arezki et Abdelali Rezagui, ainsi que l'ancien ministre et diplomate Abdelaziz Rahabi.
En somme, même si plusieurs parmi les personnalités politiques ayant pris part à cette rencontre s'entendent sur le constat, le consensus reste difficile à concrétiser… Ayant annoncé dès le départ qu'il ne présenterait pas de candidat à cette élection, le parti de Djaballah avait concentré ses efforts, depuis la convocation du corps électoral, sur l'éventualité de présenter un candidat consensuel de l'opposition.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.