Derrar évoque une situation épidémiologique inquiétante    Foot-sélection nationale (U20): six cas testés positifs au Covid-19    USMA: 5 cas positifs au Covid-19 "totalement asymptomatiques"    ASSE : Le feuilleton Boudebouz serait définitivement terminé !    Amendement de la Constitution: paroles des animateurs du 19e jours de la campagne référendaire    Démantèlement d'une bande criminelle spécialisée dans l'escroquerie via les réseaux sociaux    Le conseil de la Choura de l'UMA: l'accord du cessez-le-feu en Libye, un indicateur encourageant    Appel à renforcer l'itinéraire technique pour développer la céréaliculture    Des ventes promotionnelles pour dynamiser la vente des livres    MICRO-ENTREPRISES : Les attributions du ministre délégué fixées    Tournoi ITF de Monastir: Ibbou directement dans le tableau final    Djaballeh appelle au boycott des produits français    CAMPAGNE REFERENDAIRE : Djerad défend le projet de révision de la Constitution    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en 2 phases    MASCARA : Un nouveau siège pour la radio locale    REMISE DES CLES DES LOGEMENTS LPP : Les souscripteurs appelés à finaliser les démarches administratives    Plaidoyer pour l'ouverture des frontières    Man United : Solskjaer laisse Pogba et Van de Beek sur le banc. Il s'explique    L'amendement de la Constitution, acte "fondateur d'un Etat moderne et démocratique"    Mahrez remonté contre la déformation de ses propos    Mohamed Islam Bakir en renfort    Trois anciens walis dans la tourmente    Tebboune en autoconfinement pour cinq jours    Les délires d'un haineux    ONU: le traité interdisant les armes nucléaires pourra entrer en vigueur dans 90 jours    Un fléau à Mostaganem    Pavé au chocolat    Convalescence    La Révolution, série française et uchronique prévue sur Netflix    Le retour de la vieille garde prétorienne    Petit vampire de Joann Sfar, de la BD au grand écran    Le Royal Opera House : Vente d'un tableau de Hockney pour survivre à la pandémie    Le projet d'amendement constitutionnel accorde une bonne place aux jeunes dans l'Algérie nouvelle    10 décès et 250 nouveaux cas    Les correspondants de presse déplorent la rétention de l'information    Le Soudan se rapproche d'Israël    "Il y a autant d'intérêts multiples pour que la paix se fasse simplement"    L'Algérie, un pays toujours pas sûr pour l'UE    Naissance d'un comité de soutien à Mohamed Tadjadit    La passion retrouvée    USM Blida: Entre les exigences du public et la réalité    L'ambassadeur de France en Algérie au « Le Quotidien d'Oran »: «Pour l'Algérie et la France, les défis sont communs»    Importations: La menace de trop pour la filière pomme de terre    Et l'ennui naquit à l'université !    Le foncier industriel sous la loupe    L'ISSUE DES BRAVADES    Le MSP pointe du doigt Macron    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«À quand des enquêtes consciencieuses sur les responsables véreux ?»
Publié dans La Nouvelle République le 26 - 07 - 2019

La plupart des responsables dans la wilaya de Mascara, accusés comme étant de véritables corrompus sur la scène locale, des professionnels de ce cancer mortel à la démocratie et à notre pays, qui se sont sucrés dans d'autres wilayas du pays, bien sûr, sans les nommer par éthique et déontologie, et ce, par respect à notre profession qui reste celle d'informer l'opinion publique.
En effet, ces derniers temps, dans la wilaya de Mascara, on a entendu marmonner des informations terribles à propos de la distribution des kiosques et des jardins qui se sont transformés en cafés et autres crémeries où, paraît-il, certains énergumènes responsables et autres élus véreux se sont «gavés» à satiété. Dans ces histoires où l'argent n'a pas d'odeur dans la wilaya de Mascara, il paraît selon des informations qui circulent, que des kiosques localisés sur des axes stratégique ont été monnayés à fourchettes de prix variant entre 200 à 250 millions de centimes. Dans ces graves affaires qui font fureur dans la wilaya de Mascara, alors que certaines wilayas ont vu des walis, directeurs généraux, voire même des ministres de l'ancien régime moribond fouler le sol des prisons en attendant leur traduction devant la justice. A Mascara, cette crainte de la justice ne semble pas faire son effet, où des responsables et autres élus s'encanaillent davantage dans des affaires de corruption. Dans le même contexte, des directives ont été données via des donneurs d'ordre, et ce, sans ce mouiller pour en faire davantage de construction pâtissière, et ce, en obligeant des assemblées populaires (APC), que compte la wilaya de Mascara pour les histoires douteuses dites, révisions du plan d'occupation des sols (P.O.S). Dans cette grave affaire, où simplement des élus analphabètes semblent s'enfoncer dangereusement, pourvu que des responsables attitrés les octroient à des entreprise et autres agences moyennant des sucreries. Nous laissons le soin à la justice et aux enquêteurs patentés d'ouvrir des informations sur des affaires douteuses, et ce, pour séparer le bon grain de l'ivraie. Beaucoup d'affaires éclaboussent la wilaya de Mascara, où pas mal de personnes honnêtes en souffrent énormément, à l'exemple des hommes d'affaires, des industriels, y compris gros entrepreneurs, le plus souvent pris entre le marteau et l'enclume des donneurs d'ordre et autres charognards de l'administration. «Qu'appelez-vous corruption ?», nous ont demandé nos interlocuteurs. «Si accepter un déjeuner, c'est de la corruption, alors je suis l'homme le plus corrompu», ajoutaient-ils en souriant. Etrennes, gros cadeaux, repas, voyages à l'étranger, et même les Lieux Saints de l'islam n'ont pas échappé à ce trafic d'influence où des chambres luxueuses sont payées rubis sur l'ongle par des intermédiaires et autres entrepreneurs.Tout cela relève dans la wilaya de Mascara des pratiques commerciales et sociales habituelles. Le tout est de savoir quand l'un exagère et quand l'autre le tient, à l'exemple de la corruption institutionnelle qui, dans les marchés publics, est endémique et sert pour une large part à financer certains hauts responsables et autres cercles vicieux au niveau local. La corruption officielle qui est reconnue de fait par une certaine autorité, notamment par le premier magistrat du pays, et ce, à l'occasion de ses diverses interventions éclatantes contre le phénomène de la corruption, sans pour autant désappointer les irascibles cols blancs qui excellent dans la déchéance administrative. Les opérations d'addition et de soustraction sont monnaie courante depuis un certain temps dans la wilaya de Mascara, où les affaires de corruption à la mode des ripoux, dont on ne parle plus, où la première constatation est éloquente vu le blackout où l'information est donnée au compte-goutte. Le sujet est tabou, et personne ne voudrait s'exprimer sur la question, par crainte d'être harcelé. Traiter ce thème serait commettre une mauvaise action contre les absolutistes locaux, sans pour autant les désigner. Face à la crise, se développe une économie parallèle, souterraine, avec comme moteurs le travail au noir, la fraude, la combine, le piston et la corruption qui sévissent à grande échelle au niveau de la wilaya et dont il est impossible de délimiter les frontières. C'est cette gangrène qui fait la gravité du phénomène, une gangrène qui menace à terme le libre jeu de la concurrence et même le fonctionnement de la démocratie. La crise rend gourmand, et plus elle durcit, plus il est tentant de donner un coup aux décisions en donnant un pot-de-vin aux décisionnaires, où dans ce code du savoir-vivre, pensez à donner quelque chose de sa main est devenu un impératif moral. Villa clé-en-main, véhicule tout-terrain pour le fiston, lot de terrain, etc. Tels sont les formes et types de cadeaux qui ont cours et qui participent de la mise en place d'une culture de la «tchippa». Selon une présentation courante au niveau de la wilaya de Mascara, l'habitude de faire des cadeaux passe pour être une des causes les plus importantes de la corruption systématique, qui s'est malheureusement généralisée à tous les niveaux. En apparence, elle semble, en effet, contribuer à la personnalisation des rapports, ce qui rend les gens disponibles pour des pratiques comme le favoritisme, quand elles ne les y obligent pas. Toute fonction peut être mise au service d'intérêts privés et servir ainsi la corruption. Cela arrive quand celui qui l'exerce nourrit des intentions corruptrices, il détourne alors la fonction de sa mission première de service public, et ceci est relativement aisé, quand, avec le temps, cette mission tombe en cession. Nous avons vu auparavant que dans la wilaya de Mascara, quand une fonction perd de sa substance, tout peut arriver. Il y a aussi des lieux privilégiés et des codes où seuls les initiés, ceux qui sont dans les affaires juteuses des marchés et autres contrats publics, d'où la nébuleuse coutume illégitime, d'extorsion de biens. En réalité, le problème est plus fragile, dans le sens où la corruption est un fait social, c'est-à-dire, non pas un objet physique mais une démarche achevée par des individus, dans la cadence où elle est déterminée à partir de desseins via ces mêmes individus. On voit mal comment elle peut avoir lieu dans l'espace social, façonner des effets dans la conscience des individus qui veulent, facturent, promeuvent des stratégies avant de passer à l'acte sans que la société ne la révèle par un mot. Ce qui est frappant, c'est le non-sentiment de culpabilité, aussi bien chez les corrupteurs que chez les corrompus. C'est notamment vrai où on entend parler que des entrepreneurs très entreprenants sont obligés de verser une ristourne pour obtenir un marché ou un chantier. Du donnant-donnant ! En conséquence, on ne voit de solution à ce fatal phénomène que dans la moralisation, dans l'éducation civique et dans l'adoption des codes d'éthique, seuls capables de délivrer les individus du penchant de l'argent facile et de l'avarice qui ont pris des proportions alarmantes dans la wilaya de Mascara. N'est-il pas vrai, «entre dîner au prix du mensonge et jeûner pour prix de la vérité, le choix d'un homme digne est clair».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.