Référendum : affluence appréciable dans les bureaux de vote au Royaume-Uni et en Irlande    La manifestation pacifique à El-Guerguerat contrecarre les plans du Maroc    Premier League : Hakim Ziyech une nouvelle fois décisif avec Chelsea    Le wali d'Alger inaugure le parking à étages et la station multimodale de la commune de Kouba    Coronavirus: 291 nouveaux cas, 187 guérisons et 8 décès    L' ANIE veillera à assurer la régularité et la sécurisation de l'opération de vote    "Leur Algérie" remporte le Prix du meilleur documentaire arabe    L'Association "Ouled El-houma" se recueille à Alger à la mémoire des martyrs    20 décès et 308 blessés durant les dernières 48 heures    Les opérations de Hammam N'baïl et Medjez Sfa, une proclamation du déclenchement de la révolution à Guelma et Souk Ahras    La permanence a largement été assurée    136 milliards de centimes de créances impayés    Les agences commerciales d'AT ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Début du vote pour les nomades    L'Algérie va-t-elle récupérer ses islamistes radicaux ?    Huawei perd sa couronne de premier fabricant mondial    22 policiers ont été tués dans les manifestations d'octobre    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne    "Nous ressentons une pression qui s'exerce sur nos ressources"    Les islamistes reviennent à la charge    Dr Bekkat Berkani : «le Championnat peut reprendre, mais...»    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Juma en abandon de poste    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    Les cas de Covid-19 en hausse    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Beauté : le saviez-vous ?    Quiche lorraine au fromage    Les mesures sanitaires élargies à 20 wilayas    30 nouveaux notaires prêtent serment    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manifestation devant le consulat du Maroc à Algésiras
Publié dans La Nouvelle République le 14 - 08 - 2019

Des dizaines de manifestants sahraouis et de militants espagnols solidaires de la cause sahraouie ont tenu un sit-in devant le siège du consulat du Maroc à Algésiras, dans la province de Cadix, pour condamner l'occupation marocaine illégale du Sahara occidental et exiger le respect de la légalité internationale sur le processus de décolonisation en Afrique.
Le rassemblement initié par la Fédération des associations espagnoles de solidarité avec le Sahara occidental et la délégation sahraouie pour l'Andalousie afin d'exiger de l'Etat espagnol d'assumer ses responsabilités au Sahara occidental et de mettre fin au chantage du régime marocain, a souligné l'agence SPS. «Nous nous joignons aux associations amicales et à la communauté sahraouie d'Andalousie pour condamner les violations constantes du droit international au Sahara occidental par le régime marocain. Nous voulons également rappeler au gouvernement espagnol sa responsabilité juridique et historique», a souligné Mohamed Zrug, délégué sahraoui pour l'Andalousie. De son côté, le président de l'association des amis du peuple sahraoui du Camp de Gibraltar, Pablo Bianchi, a affirmé que les membres de son mouvement sont venus manifester devant le siège du consulat du Maroc pour dénoncer «les crimes commis par le régime marocain contre le peuple sahraoui» et pour exiger «la fin de l'exploitation des ressources naturelles sahraouies par le Maroc et l'Union européenne». «La répression marocaine a transformé le Sahara occidental en la plus grande prison à ciel ouvert du monde», a dénoncé, en outre, M. Pablo. Lors de ce rassemblement, les manifestants ont scandé plusieurs slogans exprimant leur soutien au peuple sahraoui vivant dans les zones sahraouies occupées et réitérant leur conviction de continuer à résister jusqu'à la réalisation de leur droit à l'autodétermination et de liberté. Pendant la manifestation, des moments de tension ont été vécus lorsque des éléments du régime marocain ont tenté de perturber le rassemblement en improvisant un sit-in parallèle et portant des portrait du roi du Maroc, alors que d'autres ont proféré des insultes à l'égard des manifestants sahraouis. La police espagnole a dû intervenir pour expulser les éléments du Makhzen des lieux du rassemblement, a fait savoir l'agence sahraouie. Les grandes villes espagnoles, notamment Madrid, Barcelone, Valence, Séville et d'autres provinces du pays ont abrité à plusieurs occasions des manifestations de solidarité avec le peuple sahraoui. Des enfants sahraouis ont été également accueillis par des municipalités ibériques dans le cadre du programme «Vacances en paix», initié par des associations espagnoles de soutien au peuple sahraoui. Des organisations cubaines condamnent la répression marocaine dans les zones occupées du Sahara occidental L'Institut cubain d'amitié avec les peuples (ICAP) et l'Association cubaine des Nations unies, organisations de la société civile, ont condamné la répression marocaine dans les zones occupées du Sahara occidental, appelant la communauté internationale à permettre au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination et de vivre en paix sur son territoire. S'exprimant après la violente répression marocaine déclenchée contre la population sahraouie de Laâyoune occupée, l'Institut cubain d'amitié avec les peuples a affirmé que la violence contre cette ville doit «cesser immédiatement», soulignant que la communauté internationale ne devrait pas «tolérer ces actions contre des civils sahraouis qui revendiquent uniquement leurs droits», a indiqué l'agence SPS. Le Maroc est accusé d'avoir créé une atmosphère d'oppression et d'horreur au Sahara occidental, après l'assassinat en marge de la célébration pacifique de la victoire de l'équipe algérienne de football en finale de la CAN face au Sénégal (1-0), d'une jeune sahraouie, Sabah Othman Omeida, tuée par les forces de répression marocaines dans la ville de Laâyoune occupée alors que plusieurs autres Sahraouis ont été blessés. La jeune fille, Sabah Othman, 23 ans, a subi un accident mortel intentionnel par la police marocaine qui a foncé sur la foule à pleine vitesse, selon des sources médiatiques sahraouies sur place. Dénonçant les violences exercées par la police marocaine dans les territoires sahraouis occupés, l'Institut cubain d'amitié avec les peuples a exprimé ses regrets suite au décès de la jeune fille sahraouie. «Conformément aux principes de la politique étrangère de la révolution cubaine, nous appelons de nos vœux la recherche d'une solution définitive à la question du Sahara occidental, qui permettrait au peuple sahraoui d'exercer son droit à l'autodétermination et de vivre en paix sur son territoire», a ajouté l'ICAP. Réitérant son soutien aux efforts déployés par les organismes internationaux pour trouver une solution définitive de la cause sahraouie, l'Institut cubain a précisé qu'il est «impératif» que la communauté internationale s'engage à mettre en œuvre toutes les résolutions et décisions adoptées par l'ONU pour la résolution de ce conflit. Appels à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui De son côté, l'Association cubaine des Nations unies a réaffirmé dans un communiqué, cité lundi par l'agence SPS, son soutien à la juste lutte du peuple sahraoui. Faisant partie des organisations de la société civile cubaine dotée du statut consultatif auprès du Conseil économique et social des Nations unies (Ecosoc), l'Association cubaine défend les principes de la Charte des Nations unies et les justes causes des peuples. Dans ce contexte, l'ONG cubaine a condamné «les politiques discriminatoires appliquées par le régime marocain dans les territoires occupés du Sahara occidental». «Les conditions précaires et difficiles dans lesquelles vivent des milliers de citoyens sahraouis dans des camps de réfugiés, où la pénurie d'eau, de nourriture, de médicaments et une défense insuffisante contre les catastrophes naturelles les rendent extrêmement vulnérables aux épidémies et aux maladies, notamment parmi la population enfantine», a également déploré l'Association cubaine. Réitérant son soutien au droit du peuple sahraoui de décider de son destin dans des conditions qui garantissent la paix, la liberté, le bien-être social, économique et culturel, l'Association a précisé toutefois que «ces objectifs attendus n'ont pas encore été atteints». A cet effet, elle a appelé à la réalisation d'un référendum comme convenu par l'ONU permettant au peuple sahraoui de décider de lui-même. Dans son message de soutien au peuple sahraoui, l'Association de la société civile cubaine a appelé la communauté internationale à se conformer aux dispositions des organes de l'ONU et aux normes du droit international, en particulier la résolution 1514 concernant la déclaration sur l'octroi de l'indépendance aux pays et aux peuples coloniaux. «Le peuple sahraoui a le droit de décider de son avenir et de vivre dans des conditions qui garantissent la paix, la liberté et son bien-être social, économique et culturel» , a rappelé, en outre, l'ONG cubaine. «La question du Sahara occidental doit rester l'un des objectifs fondamentaux des ordres du jour des travaux de l'Assemblée générale, principalement au sein de son Comité spécial sur la décolonisation et du Conseil de sécurité des Nations unies», a-t-elle encore souligné.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.