Illizi: installation des nouveaux Président et Procureur général de la Cour de justice    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    L'ambassadeur sahraoui en Algérie salue le soutien de l'Algérie à la cause sahraouie    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    La traque d'un "sulfureux" général    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix à la merci des conflits sino-américains
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 08 - 2019

Un rapport des plus pessimistes et des plus intrigants pour les majors pétroliers et les pays producteurs et exportateurs du pétrole. Au bord d'une nouvelle crise pétrolière, les spécialistes commencent a tiré la sonnette d'alarme quant au danger guettant le marché mondial du pétrole qui s'enfonce davantage.
Au lendemain d'une reprise assez notable des cours du pétrole stabilisaient à plus de 59 dollars le baril, les dernières statistiques publiées par l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) ont indiqué l'effacement d'une partie de leurs gains. Un constat prévisible après les dernières mutations et bouleversements qu'a vécu la scène mondiale. Les tensions croissantes au Moyen-Orient, ponctuée par l'embrasement de la situation entre les Etats-Unis, ses alliés et l'Iran en mer d'Oman ainsi que les menaces qui planent sur la stabilité dans la région de la Libye a cause de l'arrêt de production des hydrocarbures à 95% dans ce pays.
A toutes cette pression s'ajoute le marasme économique et la stagnation des investissements qui touchent particulièrement les pays producteurs du pétrole en crise financière, dont l'Algérie et la politique de stockage des réserves américaines qui influe à chaque fois négativement sur le marché et menace l'effondrement de la demande. Après une semaine dans le rouge, le prix du pétrole tergiversait entre 56 dollars et 64 dollars au maximum. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'est établi à la clôture du marché pétrolier vendredi à 58,82 dollars à Londres, en hausse de 1,01% par rapport à la clôture de jeudi. Et selon les statistiques de l'Opep, l'or noir a perdu une partie de ses gains du début de journée après que le cartel ait revu timidement à la baisse l'estimation de la croissance de la demande mondiale en 2019.
Sachant qu'il maintient un quota de production inchangé pour 2020. Le marché, comme l'avait prédit plusieurs analystes, a commencé à céder immédiatement auprès de l'Opep. Dans son rapport, d'ailleurs, le cartel avait prévu un ralentissement de l'économie mondiale en raison des différents conflits qui secouent le monde ces derniers temps, mais surtout la «guéguerre» incessante entre les Etats-Unis et la Chine, qui impacte négativement le prix du pétrole et l'évolution du marché mondial.
C'est ce qu'a expliqué de son côté, Eugen Weinberg, analyste chez Commerzbank, estimant que «les cours du pétrole restaient à la merci des attentes concernant l'économie mondiale, et étaient donc pris au piège entre les craintes économiques et les espoirs d'apaisement prochain du conflit commercial». Une conclusion et un avis que partagent solennellement les économistes et experts internationaux qui préviennent contre le risque d'un nouveau choc pétrolier en absence de mesures et signes d'apaisement des conflits commerciaux internationaux. Les indicateurs économiques et financiers ne trompent pas. La situation est plus préoccupante que délicate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.