Les forces de sécurité répriment un rassemblement pacifique à Constantine    Liverpool : Van Djik encense Firmino    Grandiose marche à Kherrata    L'Opep et ses alliés sur le gril    La démocratie en ballotage    Qui succédera à Essebsi en Tunisie ?    Le Kremlin en faveur d'une relance des discussions    Nouveaux tirs sur l'aéroport de Mitiga    «Cela ne favorise pas l'apaisement»    La FTF a défalqué six points au Club Africain    Les Académiciens face à l'expérience sfaxienne    Le Real se régale puis se relâche avant Paris    Inscriptions au master    Le bilan s'est alourdi à 7 morts    Saisie de 12 000 comprimés de psychotropes    Un homme de 53 ans trouve la mort par électrocution à Oued R'Hiou    Le Prix d'alphabétisation de l'Unseco décerné à l'Algérie    Ali-Ramzi Ayad et Redouane Benzehra lauréats de la 7e édition    Les lauréats participeront au Comic-Con de San Diego en 2020    CAF Football Awards : Les 10 candidats connus en octobre    Football professionnel : Une AGEx mardi pour adopter un nouveau système de compétition    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    Washington confirme la mort de Hamza Ben Laden    Entrepreneuriat: Des mesures en faveur des start-up    Tlemcen: La Casnos veut ratisser large    Faute de vision globale: Des classes toujours surchargées    Arrêtés vendredi à Alger: Une quinzaine de manifestants devant la Justice    Coupe de la CAF : PAC - CS Sfaxien, aujourd'hui à 20 h 45: Mission ardue pour les Pacistes    Ils avaient subtilisé l'arme d'un policier: Un individu tué et deux autres blessés près d'Azeffoune    Deux textes de loi adoptés avec célérité: Voie ouverte pour la présidentielle    Mort des tribus, naissance des tribalismes (III)    Résoudre rapidement, par une élection présidentielle transparente, la crise politique ou la régression    Lancement du concours international de la photographie sous-marine de la corniche jijelienne    Le niveau des eaux pluviales a atteint 40 cm au niveau de plusieurs communes    «Boudaoui est bourré de talent»    Bomare Company mise à l'honneur dans le magazine allemand de l'IFA Berlin    Le Mouvement El Bina prêt à s'engager dans l'élection présidentielle    Appel à hâter la désignation d'un nouvel envoyé personnel du SG de l'ONU    Aigle Azur (SNLP) : Le Comité d'entreprise soutient deux offres de redressement    Prochaine édition du Festival national de la littérature et du cinéma de la femme    Il fête ses 50 ans de carrière à Alger    De nouvelles taxes sur les véhicules ?    Le président de Microsoft se positionne aux côtés de Huawei    L'Algérie réaffirme sa position    Ahmet Davutoglu quitte l'AKP pour créer un mouvement rival    Un individu abattu à Tizi-Ouzou    Bedoui exprime sa "gratitude" à l'ANP    Deux films algériens en compétition officielle au festival international d'Elgouna en Egypte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les prix à la merci des conflits sino-américains
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 08 - 2019

Un rapport des plus pessimistes et des plus intrigants pour les majors pétroliers et les pays producteurs et exportateurs du pétrole. Au bord d'une nouvelle crise pétrolière, les spécialistes commencent a tiré la sonnette d'alarme quant au danger guettant le marché mondial du pétrole qui s'enfonce davantage.
Au lendemain d'une reprise assez notable des cours du pétrole stabilisaient à plus de 59 dollars le baril, les dernières statistiques publiées par l'Organisation des pays exportateurs du pétrole (Opep) ont indiqué l'effacement d'une partie de leurs gains. Un constat prévisible après les dernières mutations et bouleversements qu'a vécu la scène mondiale. Les tensions croissantes au Moyen-Orient, ponctuée par l'embrasement de la situation entre les Etats-Unis, ses alliés et l'Iran en mer d'Oman ainsi que les menaces qui planent sur la stabilité dans la région de la Libye a cause de l'arrêt de production des hydrocarbures à 95% dans ce pays.
A toutes cette pression s'ajoute le marasme économique et la stagnation des investissements qui touchent particulièrement les pays producteurs du pétrole en crise financière, dont l'Algérie et la politique de stockage des réserves américaines qui influe à chaque fois négativement sur le marché et menace l'effondrement de la demande. Après une semaine dans le rouge, le prix du pétrole tergiversait entre 56 dollars et 64 dollars au maximum. Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre s'est établi à la clôture du marché pétrolier vendredi à 58,82 dollars à Londres, en hausse de 1,01% par rapport à la clôture de jeudi. Et selon les statistiques de l'Opep, l'or noir a perdu une partie de ses gains du début de journée après que le cartel ait revu timidement à la baisse l'estimation de la croissance de la demande mondiale en 2019.
Sachant qu'il maintient un quota de production inchangé pour 2020. Le marché, comme l'avait prédit plusieurs analystes, a commencé à céder immédiatement auprès de l'Opep. Dans son rapport, d'ailleurs, le cartel avait prévu un ralentissement de l'économie mondiale en raison des différents conflits qui secouent le monde ces derniers temps, mais surtout la «guéguerre» incessante entre les Etats-Unis et la Chine, qui impacte négativement le prix du pétrole et l'évolution du marché mondial.
C'est ce qu'a expliqué de son côté, Eugen Weinberg, analyste chez Commerzbank, estimant que «les cours du pétrole restaient à la merci des attentes concernant l'économie mondiale, et étaient donc pris au piège entre les craintes économiques et les espoirs d'apaisement prochain du conflit commercial». Une conclusion et un avis que partagent solennellement les économistes et experts internationaux qui préviennent contre le risque d'un nouveau choc pétrolier en absence de mesures et signes d'apaisement des conflits commerciaux internationaux. Les indicateurs économiques et financiers ne trompent pas. La situation est plus préoccupante que délicate.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.