Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La défense fait appel    La traque d'un "sulfureux" général    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    La colère de Tebboune    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hausse de la production à Chlef    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    La direction tente de rassurer les supporters    Sit-in des supporters pour demander une entreprise nationale    "Retour au confinement si besoin"    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    L'apolitique supplante le politique ?    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    El-Bayadh: Le nouveau procureur général installé    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    495 nouveaux cas et 11 décès    JS Kabylie : Becheker, Aguieb et Hadouche en renfort    Litiges territoriaux entre la Grèce et la Turquie : La Grèce appelle à un sommet d'urgence de l'Union européenne    Du comment lire l'avenir dans la paume de sa main !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un lourd fardeau pour les nouveaux magistrats
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 08 - 2019

C'est en l'absence du premier magistrat de la commune hôte de Annaba et de six élus représentatifs de la wilaya à l'Assemblée Nationale Populaire ainsi que ceux tout aussi représentatifs à l'APW que s'est déroulée, au siège de la Cour de justice, la cérémonie d'installation de deux nouveaux magistrats. Il s'agit de Filali Bensakrane et Ghazali Kamel respectivement président de la Cour de justice d'Annaba et procureur général à la même cour. Ces deux cadres ont été officiellement installés à leur poste par l'inspecteur général auprès du ministère de la Justice et Garde des Sceaux Hamdane Abdekader.
La cérémonie s'est déroulée en présence du wali de Annaba Tewfik Mezhoud et des autorités locales à l'exception du premier magistrat de la ville ou de son représentant, l'un et l'autre, étrangement absents. Elle est intervenue au moment où, à quelques dizaines de mètres, des centaines de pères et mères de familles tentaient de prendre d'assaut le siège de la daïra. Tous n'avaient d'yeux et d'oreilles que pour la liste des 2.000 logements sociaux appelés à être attribués dans les prochaines 24 heures. Pour la cérémonie d'installation des deux premiers cadres dirigeants de la magistrature locale, celle-ci est en charge d'une multitude de dossiers judiciaires où se mêlent banditisme, escroquerie, abus de confiance, faux et usage de faux et autres actes délictuels passibles des différents tribunaux. Le tout dernier a pour auteurs des syndicalistes et des députés. Les plaignants ont appelé au retrait de la qualité des députés incriminés. C'est dire que les deux nouveaux magistrats ont du pain sur la planche d'autant que les dossiers déposés au tribunal de Annaba sont lourds et argumentés. D'où la longue intervention du représentant du ministre de la Justice et Garde des Sceaux. Dans son intervention faite devant de nombreux de ses pairs, les avocats et les hommes et femmes en toge noire, Abdelkader Hamdane a tenté d'éviter de s'attarder sur des questions liées à la situation du corps de la magistrature objet du mouvement décidé récemment par le chef de l'Etat Abdelkader Bensalah. Ce qui ne l'a pas empêché de donner un large aperçu des missions dévolues à chacun de ces deux responsables. De même qu'il a souligné que le mouvement dont il est fait état, précise les contours des charges et des nouvelles missions confiées à l'ensemble des cadres et des fonctionnaires du secteur de la Justice. «Lors de cette étape décisive que traverse le pays actuellement où la lutte contre la corruption sous toutes ses formes et le recouvrement des fonds détournés constituent l'une des priorités urgentes». Comme il l'a fait dans le même cadre un peu partout dans les régions où il est passé, l'envoyé spécial a jugé utile de reprendre les directives de sa hiérarchie le ministère de la Justice. Ce qui lui a permis de souligner a volonté de celui-ci de : «Parvenir à un système judiciaire moderne œuvrant avec flexibilité, facilité et précision. Un système qui assurera la protection des citoyens et les rassurera tout en réalisant la complémentarité avec le reste des institutions de l'Etat». Dans son discours apparemment bien pensé, l'envoyé spécial du ministre de la Justice et Garde des Sceaux a repris les mêmes propos que ceux exprimés par sa hiérarchie. Il précisait, à chaque fois la mission des magistrats quant à «la nécessité d'œuvrer à l'indépendance du pouvoir judiciaire et à s'acquitter de leurs devoirs constitutionnels et juridiques avec objectivité, transparence et impartialité, tout en respectant l'éthique professionnelle». L'intervenant a, dans son discours, fait l'éloge du travail réalisé par Nahnouh Miloud et Saadaoui Abdelkader qui assuraient respectivement la fonction de procureur général et président de Cour depuis leur arrivée à Annaba. Wilaya classée dans le lot de celles où la corruption sévit à grande échelle dans la majorité des secteurs, Annaba est judiciairement très difficile à gérer. Elle représente un lourd fardeau au plan judiciaire. La cause en est des opérateurs économiques sans foi ni loi ayant pour seule arme de développement, la corruption des fonctionnaires.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.