Louisa    L'opposition prépare une deuxième motion de défiance contre Ghannouchi    Trump provoque un tollé politique en évoquant un possible report de la présidentielle    6 personnes tuées dans l'explosion d'un engin artisanal    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    Immobile égale le record de Higuain    Alger surprise par la liste de l'UE    L'hommage unanime du métier    À fleur de peau de Meriem Mesraoua au Festival du film de Venise    Lancement aujourd'hui du «Mois du patrimoine immatériel» dédié au costume traditionnel    18 civils tués dans une attaque de Boko Haram    Le Soudan affirme agir pour que Washington le retire de la "liste noire"    Ankara a acheminé plus de 17 000 mercenaires syriens en Libye    L'ADE et la Seaal s'expliquent    Le combat douteux du syndicat    Décès de l'ancien président de la FAF, Saïd Amara    Trois candidats en compétition    La fille des Aurès    Les exploitants demandent le renouvellement de leurs contrats    Le gouvernement prend les devants    8 décès et 515 nouveaux cas en 24 heures    13 vols programmés pour ce mois d'août    Fin de cavale pour le secrétaire particulier de Gaïd Salah    "Le salut est ailleurs que dans la révision de la Constitution"    Talaie El-Houriat réclame des réformes structurelles profondes    "Le 4e art est le produit de luttes engagées"    Moustakbel Oued Sly accède en ligue 2 : Le club engagé dans la voie du professionnalisme    Abbès Morsli, Président du CSA/USMBA : «La saison 2020-2021 s'annonce difficile»    MO Béjaïa : Les dirigeants face à un avenir difficile    Festival international du film de Moscou : Hamid Benamra s'affiche avec Time life    Décès de l'écrivain Daho Tabti : C'était un clairvoyant    Centenaire de l'écrivain Mohammed Dib : Le dictionnaire amoureux de la Finlande    Souk Ahras : Sept communes touchées par les feux    Forêt de Baïnem: collecte de plus de 32 tonnes de déchets depuis le début du confinement sanitaire    Aïd el Adha : Plus de 10.000 commerçants non mobilisés ont assuré l'approvisionnement des citoyens    Manque de liquidité, feux de forêts et perturbations de l'AEP, des actes prémédités    Le Président de la République présente ses condoléances à la famille de Saïd Amara    Nucléarisation rampante    CHEQUES ET LIQUIDITES    El Tarf: Les bureaux de poste toujours sans liquidités    Sidi Bel Abbès: Le nouveau chef de sûreté de wilaya installé    Crise financière: Une question d'argent !    Protection des personnels de la santé: Les nouvelles mesures entrent en vigueur    Aménagement urbain: Un tableau foncièrement noir    Mesurer les distances à l'œil nu    Cinq terroristes éliminés et un autre arrêté en juillet    Le Président de la République préside lundi une réunion du Haut conseil de sécurité    Crise politique en Tunisie : Nabil Karoui sauve la tête de Rached Ghannouchi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 08 - 2019

Le parti Jil Djadid a, par la voix de son président, Sofiane Djillali, appelé, avant-hier jeudi, à Alger, à la réalisation d'un consensus à même d'éviter les tensions et les risques qui pourraient avoir des conséquences graves pour l'avenir du pays.
«L'ensemble des acteurs de la scène politique doivent faire prévaloir la sagesse pour surmonter la conjoncture difficile que traverse le pays», a-t-il indiqué dans un communiqué rendu public à l'issue de la rencontre du président de ce parti, Sofiane Djillali avec les membres de l'Instance nationale de dialogue et de médiation, dont le coordinateur, Karim Younes. Le pouvoir, considère le parti de Sofiane Djillali, doit reconnaître clairement qu'il est temps de remettre le flambeau, et le peuple doit être en mesure de l'accompagner dans cette transition historique.
«Il est nécessaire pour un dialogue sérieux, porteur de solutions, que les efforts de tous tendent vers une convergence des vues au sujet des solutions globales», poursuit le communiqué de Jil Djadid faisant observer que les concessions à faire doivent viser uniquement la consolidation des principes de l'Etat de droit et de démocratie. Revenant sur la rencontre avec les membres de la Commission nationale de dialogue et de médiation qui a porté sur les conditions devant être réunies pour organiser un dialogue nationale crédible et trouver un issue à la crise politique actuelle, Sofiane Djillali a rappelé que son parti ne pourrait être partie prenante à ce dialogue sans, précise-t-il, la réunion de certaines conditions, notamment la libération des personnes arrêtées, l'ouverture des médias et la départ du gouvernement actuel. Le pouvoir étant le décideur doit, ajoute le parti de Sofiane Djillali, assurer les conditions d'un dialogue serein et efficace et qu'il lui revient de faire le premier pas afin de rétablir la confiance et satisfaire ces conditions préalables.
«Le dialogue doit aboutir à une solution acceptable pour tous et prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition quant à une refonte globale du système politique, outre l'amendement des lois relatives aux élections et à la création d'une autorité indépendante chargée de l'organisation de l'élection présidentielle», dit-il, réitérant, au passage, sa proposition pour l'organisation d'une élection présidentielle, suivie d'un processus constituant devant ouvrir la voie à un référendum populaire sur la Constitution. Pour sa part, le président du parti Front de la justice et du développement (FJD), Abdallah Djaballah, a soutenu, avant-hier jeudi à Jijel que les revendications du peuple dépassaient de loin ces points pour atteindre, a-t-il indiqué, les revendications du départ du régime et la préservation de l'unité nationale.
«Le peuple à travers son mouvement de protestation (Hirak) a exprimé son refus et sa non reconnaissance de tous ceux qui représentent l'actuel régime», a-t-il dit. Intervenant à l'ouverture de la 2ème université d'été du FJD à la maison des jeunes Rachid Bounab, au centre-ville, Abdellah Djaballah a considéré que la commission du dialogue n'est pas la solution idoine à la crise et l'objectif derrière sa création est d'affaiblir le mouvement populaire. «Les prérogatives de la commission se limitent à deux points : l'instance indépendante chargée d'organiser les élections et la désignation de la date de l'élection présidentielle», a observé le président du FJD pour qui, la disqualification du régime de despotisme doit être étendue aux dirigeants politiques, partenaires du régime au cours des vingt années de règne, en plus des lobbys financiers qui ont pillé le trésor public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.