Bounedjah buteur contre Umm Salal (Vidéo)    Le 31e vendredi de mobilisation citoyenne : Marche grandiose contre Gaïd Salah    Convergence des objectifs nationaux du peuple algérien et de son armée    Une cache d'armes et de munitions découverte près des frontières à Adrar    Rahabi appelle à juger Bouteflika !    Salon du Sport et de la remise en forme    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Ooredoo sponsor du Global Startup Weekend Women Edition    Chakib Khelil est de retour    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Le jour où le monde a basculé dans l'ère de la lutte technologique asymétrique    Le décret présidentiel portant convocation du corps électoral publié au JO    L'Algérie remonte à la 38e position mondiale    Nouvelles révélations sur le transfert de Griezmann contesté par l'Atletico    JSMB-JSMS et MCEE-USMAn avancés à 17h    CORRUPTION ET MALVERSATIONS : Le MJS charge et accuse Mustapha Berraf    Des experts de l'ANP participent au processus de la réforme du baccalauréat    Relizane : affrontements à Oued R'Hiou, deux jeunes morts    Plus de 100 familles de La Casbah relogées à Baba Ali    Le miroir enchanteur d'une belle époque    USA et super-héros à l'honneur    Traduction théâtrale vers l'arabe    AIGLE AZUR : Quatre candidats pour reprendre la compagnie    Guelma : « Un visa pour Alger ! »    DANGERS D'UTILISATION DES JEUX ELECTRONIQUES : La police sensibilise les écoliers    CANASTEL (ORAN) : Les eaux usées menacent les fonds marins    ETAT LAMENTABLE DE L'ECOLE ‘'CHAHID MEZHOUD AHMED'' : Des parents d'élèves de Tiaret bloquent la RN14    Biskra : Rejet de la feuille de route du pouvoir    LEVEE DE L'IMMUNITE PARLEMENTAIRE DE BAHA-EDDINE TLIBA : La Commission des affaires juridiques adopte le rapport    L'AMBASSADEUR LEE EUN-YONG REVELE: 2,5 milliards de dollars d'échanges entre l'Algérie et la Corée    Lourde défaite de Mönchengladbach et Bensebaini face à Wolfsberger    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    L'Algérie parmi les quatre derniers    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    LA BEA appelée à la rescousse    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Inondations: La protection civile sensibilise    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Une nouvelle amnistie générale décretée    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 08 - 2019

Le parti Jil Djadid a, par la voix de son président, Sofiane Djillali, appelé, avant-hier jeudi, à Alger, à la réalisation d'un consensus à même d'éviter les tensions et les risques qui pourraient avoir des conséquences graves pour l'avenir du pays.
«L'ensemble des acteurs de la scène politique doivent faire prévaloir la sagesse pour surmonter la conjoncture difficile que traverse le pays», a-t-il indiqué dans un communiqué rendu public à l'issue de la rencontre du président de ce parti, Sofiane Djillali avec les membres de l'Instance nationale de dialogue et de médiation, dont le coordinateur, Karim Younes. Le pouvoir, considère le parti de Sofiane Djillali, doit reconnaître clairement qu'il est temps de remettre le flambeau, et le peuple doit être en mesure de l'accompagner dans cette transition historique.
«Il est nécessaire pour un dialogue sérieux, porteur de solutions, que les efforts de tous tendent vers une convergence des vues au sujet des solutions globales», poursuit le communiqué de Jil Djadid faisant observer que les concessions à faire doivent viser uniquement la consolidation des principes de l'Etat de droit et de démocratie. Revenant sur la rencontre avec les membres de la Commission nationale de dialogue et de médiation qui a porté sur les conditions devant être réunies pour organiser un dialogue nationale crédible et trouver un issue à la crise politique actuelle, Sofiane Djillali a rappelé que son parti ne pourrait être partie prenante à ce dialogue sans, précise-t-il, la réunion de certaines conditions, notamment la libération des personnes arrêtées, l'ouverture des médias et la départ du gouvernement actuel. Le pouvoir étant le décideur doit, ajoute le parti de Sofiane Djillali, assurer les conditions d'un dialogue serein et efficace et qu'il lui revient de faire le premier pas afin de rétablir la confiance et satisfaire ces conditions préalables.
«Le dialogue doit aboutir à une solution acceptable pour tous et prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition quant à une refonte globale du système politique, outre l'amendement des lois relatives aux élections et à la création d'une autorité indépendante chargée de l'organisation de l'élection présidentielle», dit-il, réitérant, au passage, sa proposition pour l'organisation d'une élection présidentielle, suivie d'un processus constituant devant ouvrir la voie à un référendum populaire sur la Constitution. Pour sa part, le président du parti Front de la justice et du développement (FJD), Abdallah Djaballah, a soutenu, avant-hier jeudi à Jijel que les revendications du peuple dépassaient de loin ces points pour atteindre, a-t-il indiqué, les revendications du départ du régime et la préservation de l'unité nationale.
«Le peuple à travers son mouvement de protestation (Hirak) a exprimé son refus et sa non reconnaissance de tous ceux qui représentent l'actuel régime», a-t-il dit. Intervenant à l'ouverture de la 2ème université d'été du FJD à la maison des jeunes Rachid Bounab, au centre-ville, Abdellah Djaballah a considéré que la commission du dialogue n'est pas la solution idoine à la crise et l'objectif derrière sa création est d'affaiblir le mouvement populaire. «Les prérogatives de la commission se limitent à deux points : l'instance indépendante chargée d'organiser les élections et la désignation de la date de l'élection présidentielle», a observé le président du FJD pour qui, la disqualification du régime de despotisme doit être étendue aux dirigeants politiques, partenaires du régime au cours des vingt années de règne, en plus des lobbys financiers qui ont pillé le trésor public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.