Sahara Occidental: une association africaine dénonce les violations flagrantes des droits de l'homme par le Maroc    Narimane Sadat Cherfaoui expose ses œuvres à Alger    Libye/accord de cessez-le-feu: appels à la mise en œuvre d'"un acquis majeur"    Bayern : La stat monstrueuse de Lewandowski    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic international de drogue    Ghouini: le projet d'amendement constitutionnel garantit le renforcement des institutions de l'Etat    Ligue 1 (amical): le match USM Alger-US Biskra annulé pour des raisons sanitaires    Covid-19: 250 nouveaux cas, 144 guérisons et 10 décès    L'agression féodale et le Hirak.    SKIKDA : Déraillement d'un wagon de train chargé de phosphate    Clasico: encore un record pour Fati !    Le PT réagit à la condamnation de Djelloul Djoudi    La révision de la Constitution une priorité pour l'Algérie qui vit une "phase cruciale"    TISSEMSILT : La rentrée scolaire perturbée dans plusieurs écoles    PLAN NATIONAL DE REBOISEMENT : Un milliard de plants mis en terre    GHARDAIA : Deux morts dans un accident de la circulation    INCENDIE AU CHAMP D'EL MERK (HASSI MESAOUD) : Le ministre Attar en inspection des lieux    Accidents de la route: 9 morts et 359 blessés ces dernières 48 heures    Tebboune réitère l'engagement de l'Etat    Signature du premier accord majeur post-Brexit entre Londres et Tokyo    Les créances de la Sadeg s'élèvent à 1 850 millions de dinars    Un dernier débat Trump-Biden plus calme, malgré l'échange d'accusations    On vous le dit    Résiliation du contrat de Toufik Zerara    Billel Bensaha mouloudéen à titre de prêt    Un clasico devant 100 000 sièges vides, une première    Défection du Sila et souvenirs du «Parnasse» algérien    Le chanteur populaire M'hamed Zighem n'est plus    Commémoration du 116e anniversaire de la mort d'Isabelle Eberhardt    Saad Hariri de retour aux commandes au Liban    "L'Algérie coopérait déjà peu..."    Ali Haddad, le grand casse    Le RCD accuse le pouvoir de "s'acheter une nouvelle clientèle"    Attribué depuis trois mois à Mâalma : Le site AADL des 831 Lgts entre malfaçons et absence de commodités    Les travailleurs sans salaire depuis dix mois    Djerad désavoue le wali d'Oran    Des logements et des aides pour les sinistrés    En attendant une décision officielle...    Erdogan confirme un test de missiles russes    Après l'AGO : Les présidents en fin de mandat doivent quitter la ligue    MO Béjaïa : Un directoire pour gérer les affaires du club    Je suis contre cette Algérie majoritaire !    La représentation des minorités progresse mais reste limitée    Ali Boudarène, un comédien prometteur    Le FMI inévitable?    En raison d'un cas suspect de Covid-19: Le Consulat turc à Alger fermé    VFS Global: Un service de «rendez-vous de test PCR»    Les salles obscures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les manifestations se poursuivent
Publié dans La Nouvelle République le 12 - 11 - 2019

Des milliers de Libanais sont descendus dimanche pour la quatrième semaine consécutive dans les rues de plusieurs villes du pays pour manifester contre la classe dirigeante, alors qu'un nouveau gouvernement se fait toujours attendre et la crise économique s'aggrave, deux semaines après la démission du Premier ministre sous la pression de la rue.
Le Liban vit depuis le 17 octobre au rythme d'un mouvement de contestation inédit contre l'ensemble de la classe dirigeante, jugée corrompue et incapable de mettre fin à un marasme économique profond. La contestation a entraîné la démission le 29 octobre du Premier ministre Saad Hariri mais les tractations traînent depuis pour la formation d'un nouveau gouvernement. Baptisé «dimanche de la détermination», la journée a été marquée par des rassemblements massifs dans plusieurs villes du pays à partir de l'après-midi. A Beyrouth ainsi qu'à Saida et Tyr (sud) mais aussi à Tripoli (nord), les rangs des manifestants ont grossi en début de soirée. Brandissant des drapeaux libanais, les manifestants ont notamment appelé à accélérer la formation d'un gouvernement de technocrates indépendants des partis au pouvoir. «Nous ne quitterons pas la rue avant que nos revendications ne soient totalement satisfaites», a hurlé une jeune manifestante au micro d'une chaine locale. «Nous sommes plus que jamais déterminés», a-t-elle ajouté. Depuis la démission de M. Hariri, les tractations politiques achoppent sur la forme du nouveau gouvernement. Mercredi, la Banque mondiale a appelé les autorités à former un nouveau gouvernement dans les plus brefs délais, mettant en garde contre une «récession plus grave» en cas d'impasse. Le chef du Hezbollah, poids lourd de la vie politique libanaise, doit prononcer lundi un discours télévisé très attendu. Hassan Nasrallah avait balayé l'idée d'un gouvernement exclusivement formé de technocrates, réclamé par la rue. Dans l'attente d'un gouvernement, les craintes d'une crise bancaire vont crescendo parmi la population. Durant les deux premières semaines de la contestation, les banques sont restées fermées, renforçant depuis leur réouverture les restrictions sur les retraits et les conversions vers le dollar. Samedi, le président Michel Aoun s'est réuni avec les ministres des Finances et de l'Economie, ainsi que le gouverneur de la Banque centrale et le président de l'Association des banques. Un communiqué publié à l'issue de la rencontre a appelé la population à ne pas céder à la panique, soulignant que les dépôts bancaires étaient en sécurité.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.