Belaid: toute manipulation des voix des citoyens est une manipulation du devenir du pays    Hadj: les inscriptions pour le tirage au sort débuteront mercredi 11 décembre    Mostaganem: marche populaire de soutien à l'élection présidentielle et à l'ANP    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    Vote de la communauté nationale à l'étranger: taux de participation "acceptable"    OGC Nice : grosse blessure et opération pour Youcef Atal    OPEP: l'application des baisses supplémentaires sans incidence sur les ressources de l'Algérie    AFFAIRE BAIRI : 10 ans de prison requis contre l'ancien wali, Nouria Zerhouni    Poursuite du procès d'anciens responsables et hommes d'affaires impliqués dans des affaires de corruption    Ligue des champions (Groupe D). ES Tunis 1 – JS Kabylie 0 : Victoire difficile pour le tenant du titre    A BATNA : Mihoubi plaide pour la préservation de l'Algérie    EN VISITE AU COMMANDEMENT DES FORCES TERRESTRES : Gaid Salah valorise la relation entre peuple et son Armée    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    EN RAISON DES TRAVAUX LANCES DANS LA STATION D'EPURATION : Mostaganem sans eau potable depuis des jours    SIDI BEL ABBES : Louable stratégie adoptée aux handicapés par la CNAS    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Barça : Messi dépasse Ronaldo    Archaïsme et mauvaise gouvernance    Les opérateurs affichent leur inquiétude    Nouvelle domiciliation au stade de Ras El-Oued    La rue divisée à Constantine    Le Congrès américain désavoue Trump    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Human Rights Watch dénonce    «Aux entreprises de s'adapter !»    Gâteau au yaourt, sirop au citron    Crème au concombre    Un nouvel essai en ligne d'Ahmed Cheniki    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Mise en exploitation de la bibliothèque de lecture publique dans la commune d'El Mahmal    L'hagiographie dans la poésie melhoun, une ethnographie des grands saints de l'islam    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Sérieux test pour les Pacistes    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Financement du 5ème mandat: Ali Haddad enfonce Saïd Bouteflika    Skikda: 19 harraga secourus    Débat télévisé: Dans les coulisses du «face-à-face»    Football - Ligue 1: Le CRB creuse l'écart, des bleus pour le NAHD    Syrie : Erdogan annonce un nouveau sommet Turquie-France-Allemagne-Grande-Bretagne en février    En réplique à la taxation des GAFA : "L'attaque de Trump est en dessous de la ceinture"    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    LPA: Les communes d'Alger procéderont à la convocation des souscripteurs fin décembre    France : Plus de 800 000 manifestants contre la réforme des retraites selon l'Intérieur    Cinéma : Trois films algériens primés au festival d'Al Qods    Théâtre : La pièce "Ez'Zaouèche" présentée à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 11 - 2019

Des universitaires et des spécialistes ont mis en garde, jeudi à Alger, contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société et sur la santé des jeunes, appelant les pouvoirs publics à mettre en place une stratégie «globale» afin d'assurer un meilleur usage de ces technologies de communication et de protéger la société de tous les dangers.
Intervenant lors d'une journée d'étude organisée par le Conseil national des journalistes algériens (CNJA), sous le thème «impact des réseaux sociaux sur la société, enjeux et défis», des universitaires et experts dans le domaine ont alerté quant aux conséquences négatives des réseaux sociaux (Facebook, Twitter...) sur la sécurité et la stabilité du pays, ainsi que sur la santé, notamment des jeunes. Dans ce contexte, le professeur Abderrahmane Ammar a souligné que «les réseaux sociaux sont devenus, aujourd'hui, une «véritable république» avec un nombre de 2.450 milliards d'abonnés», précisant que «le pays vit une ère de bouleversement technologique réel». Selon l'intervenant, «le bouleversement numérique fait peur, en raison de la dépendance totale de la frange juvénile des réseaux sociaux, au détriment de leur santé physique et psychologique». «Les réseaux sociaux constituent désormais un pouvoir virtuel qui est pris en considération par les autorités de tous les pays. C'est grâce à l'usage de ces technologies que des gouvernements sont tombés, notamment dans la région arabe», a ajouté l'universitaire, mettent l'accent sur le fait que «les aspects négatifs quant à l'utilisation de ces moyens de communication sont beaucoup plus importants que les points positifs». Pour sa part, l'universitaire, Lazhar Marok, a affirmé que les pouvoirs publics et toutes les institutions de recherche scientifique devraient mener une étude «approfondie» sur les effets des réseaux sociaux, soutenant que «des parties extérieures et internes exploitent ces espaces pour attenter à l'unité nationale et propager de fausses informations pour semer la discorde». Assurant que des services de renseignements étrangers et des multinationales exploitent les réseaux sociaux, notamment pour la collecte d'informations sur les sociétés, M. Marok a relevé, en outre, que «ces plateformes numériques servent aussi à la désinformation, à semer le désespoir et la frustration parmi les jeunes, ainsi qu'à véhiculer des critiques souvent sans fondements sur les actions des autorités publiques». «Les abonnés aux réseaux sociaux sont assaillis quotidiennement par un flux continu d'informations, la plupart sont des fake news, à telle enseigne que les utilisateurs ne sont pas en mesure de les vérifier et de les authentifier», a-t-il fait savoir encore. Plaidant pour une «stratégie nationale globale» impliquant toutes les parties concernées, l'universitaire se dit «persuadé» que l'Algérie «dispose de capacités matérielles et humaines pour contrer toutes ces tentatives malveillantes». De son côté, le politologue Slimane Laâradj a noté que les réseaux sociaux font partie d'une «immense révolution numérique» pouvant provoquer, selon lui, «une confusion, voire un sentiment d'infériorité pour ceux qui ne peuvent pas la maîtriser». Confirmant que les effets des réseaux sociaux peuvent être «néfastes» pour la cohésion de la société, M. Laâradj a appelé les médias et les institutions en charge du secteur de l'information à réagir à travers de «nouveaux mécanismes pour se repositionner dans ce domaine à défaut de disparaître».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.