LE PRESIDENT TEBBOUNE AFFIRME : ‘'Il est temps d'opérer le changement''    Le procès en appel d'Ali Haddad reporté au 27 septembre    ILLIZI : Installation du commissaire d'Etat près le tribunal administratif    La société civile devenue un "partenaire essentiel et permanent" dans le développement local    Ces quatre nouveaux joueurs convoqués par Belmadi pour le prochain stage de l'EN    La Fondation Matoub Lounes este en justice Noureddine Khettal    RECUPERATION DES RESTES MORTUAIRES DES RESISTANTS : L'Algérie ne renoncera point à la question    La chaîne française M6 interdite d'opérer en Algérie    Lutte contre l'imigration clandestine: 485 personnes sauvées dans les eaux territoriales algériennes    Mali: le médiateur de la Cédéao en visite à Bamako ce mercredi    Mines: La production nationale d 'or ne dépassera pas 58 kg en 2020    Hamdi Bennani, un des meilleurs ambassadeurs de la chanson Malouf sur la scène internationale    Al Ahli a pris sa décision finale pour Belaili    Coronavirus: 197 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    Eau: une commission pour développer le renouvelable au niveau des équipements énergivores    5e rassemblement de solidarité avec Khaled Drareni    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Boukaroum exclu de l'AG    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    La répression israélienne s'intensifie    Les états-Unis se mettent à dos la communauté internationale    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le Sébaou, un fleuve spolié    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Les femmes en force à Jijel    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Annaba: Les exportations des produits agricoles en débat    ECORCHURE    Les comportements-barrières d'antan    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La cité Chémérik» patauge dans les eaux usées
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2019

«Le risque de voir le vibrion du choléra s'installer est réel», nous ont déclaré des habitants de cette cité érigée par l‘armée coloniale durant la Guerre de libération nationale. Il n'y a qu‘à aller faire un tour dans ce vieux quartier de construction coloniale pour le constater.
Les eaux verdâtres occupent tous les «passages» qui traversent les habitats plus que précaires. Il n‘y a aucun moyen de les évacuer et la population parle du «quartier Chémérik», auquel elle a peur de ressembler un jour ou l‘autre. C'est un cri de profonde détresse qu'elle lance afin de trouver une solution plus que rapide à leur situation. Les moustiques et les rats sont devenus les compagnons des résidents et ils en ont pris l'habitude. Il est vrai que la promesse d'être recasés avant la fin de l‘année 2017 a été faite par les autorités. Mais les odeurs pestilentielles et l‘eau potable polluée ne leur permettent plus de résister. La cité en question souffre de la promiscuité et des saletés qui encombrent leur quartier. Vivement le départ vers d‘autres horizons. «On ne peut même pas inviter des amis ou des proches lorsqu‘on fête un évènement familial», nous a lancé un vieux bonhomme qui avait passé son enfance dans ce ghetto.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.