Tournoi international ITF juniors-Tableau double: le Chypriote Chapides et l'Espagnol Salmeron sacrés    Le conteur Mahi Seddik au 3e Festival du conte de Larache (Maroc)    Un 53e vendredi grandiose à Alger    Foot/Coupe arabe des nations U20: l'Algérie bat la Palestine 1-0    TSA nous menace de poursuites judiciaires pour avoir publié l'interview de Mr Hadj Nacer sans “autorisation”.    EX-MINISTRES ET WALIS CITES DANS DES AFFAIRES DE CORRUPTION : La justice retient des charges contre d'anciens responsables    AIR ALGERIE : Le PNC décide la suspension de la grève    L'AVICULTURE EN CRISE : Le poussin ne trouve pas preneur à Tiaret    L'Espagne dispute à l'Algérie ses eaux territoriales    MOSTAGANEM : Le chef de cabinet de la wilaya placé sous mandat de dépôt    LE 22 FEVRIER DECRETE JOURNEE NATIONALE : 1er anniversaire du hirak, tout a changé    MASCARA : La BRI arrête 4 dealers à Tighennif    MASCARA : Un mort sur la RN 14    TIARET : Saisie de 195 kg de viande congelée impropre à la consommation    REVISION DE LA CONSTITUTION : Le projet prêt d'ici le début de l'été    M'sila: inhumation du poète et chercheur Ayache Yahiaoui à Ain Khadra    Boxe/Tournoi pré-olympique: élimination de Sara Kali en 8es de finale    PSG: Cette grosse révélation dans le dossier Kylian Mbappé !    La réponse du clan Neymar à la déclaration de Messi    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Slimane Laïchour. officier de l'ALN, messager de Krim Belkacem, Mohamedi Saïd et le colonel Amirouche : «Le maquis est une leçon de courage, d'humilité, une leçon de la mort, mais aussi une leçon de la vie»    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital à Alger    Bendouda s'entretient avec l'ambassadeur de Russie sur l'ouverture de centres culturels    Psychotropes: impératif de revoir la loi de 2004    Journée nationale de la fraternité: instances et partis valorisent la décision du Président Tebboune    CRAAG: Secousse de magnitude 4.3 degrés enregistrée à Jijel    Promotion du dialogue social: une nouvelle approche pour le règlement des contentieux    2020, an II de la nouvelle Algérie    Président Tebboune: l'Algérie peut jouer le rôle d'un arbitre "impartial" dans la crise libyenne    Syrie: la vie reprend son cours normal à Alep et Idleb à l'aune des victoires de l'armée    Polisario: "le Maroc n'est qu'une puissance militaire occupante" du Sahara occidental    Cour suprême: l'ex-wali de Sidi Bel Abbes auditionné    Une expulsion et des interrogations    Le cynisme met fin au sauvetage humanitaire en Méditerranée    Nouveau sit-in des enseignants de l'université de Tizi Ouzou    Les Rouge et Noir renouent avec le derby    Serport annoncera aujourd'hui le rachat du club    L'UA encourage le Mali à dialoguer avec les chefs terroristes    Khalifa Haftar reçu par le ministre russe de la Défense    Décès du poète et chercheur Ayache Yahiaoui    Les chemins vers l'art    …sortir ...sortir ...sortir ...    La femme, une icône du pacifisme de la révolution    Aïn témouchent : deux morts et 13 blessés dans un accident de la route    Es Sénia: Plus de 158 tonnes de tabac à chiquer saisies    Pour faire face à la grève: Air Algérie affrète deux avions et recrute de nouveaux personnels navigants    Travaux de maintenance du réseau électrique: Des perturbations dans l'alimentation électrique dans trois communes    Près de 700 "gülenistes" arrêtés ou recherchés en Turquie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le choléra a peur du savon
Publié dans L'Expression le 30 - 08 - 2018

Certains parlent de panique. D'autres de ruées vers les fardeaux d'eau minérale. Les rayonnages de savonnettes sont évités. Une campagne nationale de nettoyage est prévue aujourd'hui. Pas contre le vibrion...
A quelque chose...Nous aurons passé tout le mois d'août à ne parler que de choléra, d'admissions de malades, de cas confirmés et de localisation du vibrion. Tous ces sujets ne couvrent en réalité qu'un seul et même événement. L'apparition ou plutôt la réapparition de la maladie honteuse des mains sales. Certains sont allés jusqu'à ressentir un vent de panique dans la population. Ils y ont cru en se basant sur les achats massifs de fardeaux de bouteilles d'eaux minérales. On a même entendu parler de spéculateurs qui loin de perdre la boussole ont été très actifs pour faire voltiger les prix de ces fameuses bouteilles. Les premières voix sont venues de l'Association des producteurs d'eau (Apab). Ceux qui n'avaient pas encore eu l'idée de spéculer, ont été bien servis. Ceci dit, le fait que la ruée a eu lieu sur l'eau minérale et non sur la savonnette prouve que la panique était réelle et a fait perdre la boussole à tout le monde. Car enfin, il fallait penser à la lutte contre la bactérie plutôt que de chercher comment sauver sa tête. Boire de l'eau minérale au milieu du vibrion qui se déhanche comme la vache indienne, n'est pas digne de l'intelligence humaine. Personne n'a pensé à ce qui pourrait advenir lorsque l'eau minérale sera épuisée et le vibrion toujours présent. Alors qu'avec une savonnette chacun et un lavage des mains avant chaque repas ou simple encas, le vibrion restera confiné aux excréments, ce qui fera de lui une cible plus facile à éradiquer. C'est dommage et triste que nos concitoyens aient choisi la solution à court terme (l'eau minérale) au lieu de la solution durable (savonnette).
Ces quelques remarques faites sur l'état de la société face à un dysfonctionnement des règles élémentaires d'hygiène, voyons à présent ce qu'est réellement le choléra dans ses divers aspects. D'abord il faut relever que les pays développés sont «vaccinés» contre ce vibrion qui semait la terreur au Moyen âge. «Vaccinés» signifie que l'hygiène dans ces pays est au top.
A tous les échelons. Des citoyens qui veillent à leur hygiène corporelle aux responsables locaux chargés de l'hygiène environnementale (ramassage des ordures, pollution de l'air, des décibels, etc.), tous sont dans un rythme constant de vie saine. Ce qui explique le démenti de l'ambassade de France sur un prétendu contrôle sanitaire des voyageurs algériens dans les aéroports français. Manière de dire que le choléra n'aura aucune prise sur leur peuple très respectueux des règles d'hygiène. Par contre les réactions observées en Tunisie, au Maroc, en Egypte et même en Libye reflètent les mêmes inquiétudes d'une hygiène approximative qui est la leur. Aujourd'hui, notre ministère de l'Environnement lance une campagne nationale de nettoyage.
Un peu tardif mais toujours bon à prendre. Avec des réserves toutefois. Une fois cette journée de «campagne» passée, combien de temps faudra-t-il pour renouer avec la saleté? L'Algérie et les Algériens ont besoin de travail de fond pas de la poudre aux yeux. On n'inculque pas les règles d'hygiène à un humain en une seule journée ou une seule campagne. De plus, l'amoncellement des ordures et les manquements à l'hygiène ne datent pas d'hier.
Le retour du choléra n'est une surprise que pour ceux qui ne pouvaient pas faire la relation entre ceci et cela. De toute façon, notre ministère de l'Environnement n'est pas concerné par le choléra. C'est la ministre qui l'a affirmé. Son ministère est chargé du «contrôle des déchets chimiques des activités industrielles pas... du contrôle bactériologique». Comprendre pas du choléra. Il faut un sacré aplomb pour parler de l'hiver en pleine canicule. Mais au-delà des actions publiques, l'hygiène fait partie d'abord et avant tout de l'intimité de chaque personne. Se laver et être toujours propre est un plaisir pour les uns et un calvaire pour d'autres. Les premiers étant malheureusement moins nombreux que les seconds. Il s'agit de gestes acquis dès la prime enfance. Comme pour le goût et les odeurs, la propreté commence au berceau. C'est-à-dire que les premiers responsables sont les parents. Mais souvent, ils ne peuvent pas transmettre ce qu'ils n'ont pas reçu eux-mêmes. Auquel cas, c'est aux pouvoirs publics de combler ce vide. En formant des formateurs dans le système éducatif. En agissant sur des structures bien ciblées comme les cantines scolaires et les pensionnats. Et surtout le préscolaire. Sans un plan d'action bien réfléchi et bien élaboré il n'y a aucun miracle à attendre. Nous en sommes à notre troisième alerte de choléra en trente ans. Il y en aura d'autres si le problème n'est pas traité à la racine. Avec des gestes pourtant simples!
[email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.