La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





S. Nasrallah : la riposte juste à l'assassinat de Soleimani et Muhandes
Publié dans La Nouvelle République le 08 - 01 - 2020

«La nuit du vendredi 2 djanvier 2020 est une date fatidique, une date qui marque le début d'une nouvelle période historique, non pas pour l'Irak ou pour l'Iran seulement mais pour toute la région» , c'est en ces termes que le secrétaire générale du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah a marqué le ton de son discours prononcé , à l'occasion d'une cérémonie de deuil, organisée dans la banlieue-sud de Beyrouth, rendant un dernier hommage aux martyrs qui sont tombés dans la nuit du jeudi à vendredi dernier, à leur tête le commandant en chef de la brigade al Qods-branche extérieure des Gardiens de la Révolution islamique, le général Qassem Soleimani et du numéro 2 des Hachd al Chaabi, Abou Mahdi al Muhandes.
Rappelant les faits de l'assassinat de ces deux grands chefs, S. Nasrallah a expliqué pourquoi l'administration de Trump a décidé une telle action, et sous cette forme aussi intentionnelle et officielle. Son éminence a défini les responsabilités de l'axe de la résistance, en particulier des factions de la résistance, soulignant que concernant l'Iran, «cette dernière n'a pas demandé et ne demandera à personne parmi ses amis, ses alliés, de répondre à cet assassinat. Et si jamais il y a riposte, cela n'engage que la partie qui a riposté, libre à chacun d'évaluer s'il veut ou pas riposter.»
Il a, toutefois, précisé que «toute punition juste à l'assassinat de Soleimani et de Muhandes, ne peut se traduire par l'assassinat d'un responsable militaire ou d'un secrétaire d'Etat US, car nul n'est comparable à ces deux chefs. Le soulier de Soleimani vaut plus que la tête de Trump ou de toutes les têtes de son administration».
Et de poursuivre : «La seule punition juste à cet assassinat est l'expulsion de toutes les forces US de la région, avec leurs navires, leurs destroyers, leurs bases, leurs armes» sachant «que nous n'avons rien contre le peuple américain, il n'a pas à nous craindre, sauf ceux qui collaborent directement avec cette administration». Et d'ajouter : «Quand les forces US seront expulsées de la région, nous n'aurons pas besoin d'une guerre avec les Israéliens, ils plieront bagages d'eux-mêmes. la bataille d'al-Qods sera facile».
Ce n'est pas un assassinat traditionnel
Le défi direct qui se pose aujourd'hui en Irak, suite à cet assassinat, est que nous ne sommes pas dans une situation d'assassinat traditionnel, loin de là, nous sommes dans une situation qui marque le début d'un comportement des usa dans la région. Ils ont déclenché une nouvelle forme de guerre dans la région, ils ont étudié les éléments qui peuvent briser l'axe de la résistance dans le but de redorer leur blason dans la région, afin de pouvoir l'exploiter ultérieurement à l'intérieur. Car les USA ne sont pas prêts à une guerre générale, elle est trop coûteuse pour eux. De même, une guerre de la part d'«Israël» contre le Liban est trop compliquée pour l'entité sioniste, et une guerre contre l'Iran l'est davantage…
C'est pourquoi, les USA se sont concentrés sur un facteur qui représente au sein de l'axe de résistance un point central, le choix s'est porté sur Soleimani. D'ailleurs, lors de ma dernière rencontre avec Soleimani - une visite amicale car Soleimani était juste passer pour me voir - je lui ai dit de prendre ses précautions car la presse US ne cessait de parler de lui, et qu'il s'agit d'un prélude à son assassinat.. Evidemment, il s'est contenté de rire…»
Bref, les USA ont constaté que Soleimani se trouvait partout, en Palestine occupée, où il soutenait en armes, en logistique, en expertise, les factions de la résistance palestinienne, au Liban, il était présent durant la guerre de 2006 contre l'agression israélienne, en Syrie, il était présent dans la lutte contre Daech, en Irak on le voyait parmi les combattants sur les fronts, au Yémen, en Afghanistan, et enfin en Iran où les Iraniens savent qui est Soleimani… De plus, rappelons qu'Israël a estimé que Soleimani était l'homme le plus dangereux pour lui depuis sa création. Il l'a qualifié de menace à son existence, il pouvait le tuer en Syrie, surtout que Soleimani ne s'est jamais caché. Il était dans tous les champs de bataille, mais l'entité sioniste n' a pas osé, elle a recouru aux usa.. Et donc, la décision a été prise de le tuer de cette manière, et de revendiquer le crime, haut et fort, pour des raisons psychologiques.
Car, les USA espèrent à travers cet assassinat briser l'axe de résistance, de perturber ses factions, d'affaiblir l'Iran, l'Irak..
Désormais, deux projets s'opposent et s'affrontent : un projet hégémonique américano-sioniste dans la région qui veut mettre la main sur ses Lieux Saints, ses richesses, son pétrole, même le pétrole du Liban qui n'a pas encore été exploré est une cible pour les USA. De l'autre côté, il y a le projet d'indépendance, d'autonomie, de liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes. Entre ces deux projets, il y a ceux qui sont avec tel ou tel projet, il y a des gens au milieu, il y a des gens qui ne savent pas où être, il y a des gens qui observent attendant qui sera le vainqueur pour le rejoindre.
La riposte juste
Ce crime criant doit être puni.. il ne s'agit pas d'un crime impliquant une seule victime comme par exemple une frappe américaine contre une base iranienne ou une personnalité iranienne autre que Soleimani. Un tel acte serait considéré comme une agression contre l'Iran exclusivement. Or, Soleimani ne représente pas sa personne, ni son pays d'origine, il représente la nation, l'axe de la résistance. Viser Soleimani c'est viser le Liban, la Syrie, la Palestine, l'Afghanistan. Cela dit, les Iraniens sont libres de riposter comme ils jugent bon le faire..
Et donc je serai franc envers nos amis, nos alliés. D'abord, il faut bien éclaircir un point : l'Iran ne demandera à personne, ni aux forces de l'axe de la résistance, ni aux pays amis ou alliés de riposter… les forces de l'axe sont libres de riposter ou pas, cela dépend de leur volonté, de leur évaluation de la situation, si elles le font cela n'engage… Soyons clair sur cette question : l'Iran n'a pas demandé et ne compte demander de riposte à personne. L'Iran est en deuil… Il a perdu un de ses meilleurs chefs. Il saura quand et comment riposter.
Alors, comment allons-nous réagir ? Allons-nous nous contenter de condamner sachant qu'une nouvelle période s'impose exigeant une riposte juste ?
Commençons d'abord par définir que veut dire une punition juste. Cela veut dire qu'elle doit respecter les normes de justice. Cela veut dire une riposte qui puisse être à la hauteur de Soleimani, de son poids stratégique, de son rôle. Certes, il ne s'agit pas de tuer un responsable militaire ou un secrétaire d'état US,… Car le soulier de Soleimani vaut beaucoup plus que la tête de Trump, ou les têtes de toute son administration. Ils ne sont pas comparables, dans ce cas.
Une riposte juste, et je marque mes mots, ne pourra se traduire que par l'expulsion de toutes les forces US de la région.
Toute base militaire, tout navire, tout soldat, tout marine, tout drone, tout chasseur US devraient payer le prix de leur présence dans notre région. Cela dit, le peuple américain n'a pas à nous craindre, sauf ceux qui collaborent et soutiennent directement cette administration.
Notre bataille est avec l'auteur de ce crime, soit l'armée US.
Car l'assassinat de Soleimani et de Muhandes, ne peut rester sans représailles ou riposte, cela mettrait en danger toute la région, cela ouvrirait les portes à l'arrogance des USA et de l'entité sioniste. Si les forces de la résistance choisissent cette confrontation, les usa sortiront de la région humiliés, vaincus. Les martyrs qui ont expulsé les forces US de la région, dans le passé, sont toujours présents, ils étaient en nombre réduit, aujourd'hui ils sont beaucoup plus nombreux, plus armés, plus performants..
Le résultat de cette confrontation se traduira par un nombre infini de cercueils embarqués dans avions us de retour aux USA.
A ce moment-là, les USA finiront par réaliser qu'ils ont perdu la région…
La seule riposte juste à l'assassinat de Soleimani et de Muhandes est l'expulsion des troupes US de la région, et cela se réalisera inchallah, et nous récupérerons Al Qods, dès que les usa seront expulsés de la région. Nous n'aurons plus besoin d'une guerre avec les Israéliens : ils plieront bagages par eux-mêmes. Trump l'ignorant n'a aucune conscience de son acte. Encore moins son administration, les jours à venir seront témoins de mes paroles, rappelez-vous.
Si seulement vous saviez quel sang sacré vous avez versé ?!!! Quel cœur vous avez transpercé ?!! La riposte juste sera celle de tous les martyrs de l'axe de la résistance, de Soleimani, de Muhandes, de Ragheb Harb, de Imad Moughnieh, de Moustafa Badreddine..
Cette riposte juste est une décision prise dans la sérénité. Nous ne sommes pas en colère, nous sommes des gens rationnels qui ne se laissent pas entraîner par les émotions, car pour nous, ce martyr nous offre une occasion pour finir une fois pour toute avec cette hégémonie..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.