LOURDE CHARGE    Lentement ou sans précipitation ?    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    O. Médéa: L'Olympique force le respect    USM Bel-Abbès: L'équipe montre le chemin à la direction    Secousse tellurique de 3,5 degrés à Oran: Peur panique et quelques dégâts matériels    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Grands corps «malades»    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    Réveil de la classe politique    Mellal lâché par ses proches collaborateurs    230 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Arrestation de la directrice d'une résidence universitaire    En attente du feu vert des autorités pour la reprise    Guardiola : «Mahrez mérite d'avoir plus de temps de jeu, mais...»    Une nouvelle caravane de migrants vers les Etats-Unis    Un deuxième "impeachment" historique    Les émeutiers cherchaient à "capturer et assassiner" des élus    Système ou pratiques ?    Baisse drastique des visas pour les Algériens    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Le Care pointe l'absence de données économiques    Bonne opération pour l'OM, l'ASO et la JSS    La belle "remontada" des Verts face au Maroc    "Je ne céderai jamais à la pression de la rue"    Omerta sur la liste des concessionnaires    «La station de dessalement de Douaouda fournira 100 000 m3 d'eau»    Les arrêts de travail déclarés par internet à la CNAS    L'Union européenne reste le premier fournisseur de l'Algérie    Guterres propose Jan Kubis pour le poste d'envoyé spécial    Vers un autre recensement du vieux bâti    Les mesures de confinement reconduites    L'opération vaccination sera-t-elle lancée dans les délais ?    5 chasseurs tués et 3 autres grièvement blessés par l'explosion d'une bombe artisanale    Le terroir et le travail de la terre en exposition à la galerie Le Paon    Les Libyens revendiquent la paternité de Chachnaq    La formation de Bennabi lui a permis de faire des applications dans les sciences    Les lauréats du Prix du président de la République distingués    Une nouvelle stratégie pour renforcer le rôle des microentreprises et des start-up    Google soutient le plan d'immigration de Biden    Les Etats-Unis sanctionnent le concepteur du vaccin iranien contre la Covid-19    Erdogan se fait inoculer le vaccin chinois CoronaVac    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    Nettoyer le pays de qui et de quoi ?    Retour au point de départ    Tébessa: Si la place de la Victoire m'était contée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les nouveaux projets expansionnistes du Maroc dénoncés
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 01 - 2020

Le coordinateur sahraoui auprès de la Minurso, M'hamed Kheddad, a dénoncé la dernière «loi marocaine expansionniste» qui vise à annexer les eaux territoriales sahraouies, soulignant que cette loi n'a aucune base légale, dans une déclaration à l'Agence sahraouie SPS.
«Nous condamnons fermement ces projets de loi marocains qui ne sont rien d'autre qu'un nouvel épisode d'expansionnisme marocain dont toute la région souffre», a souligné M. Kheddad, coordinateur sahraoui auprès de la mission de l'ONU pour l'organisation d'un référendum au Sahara occidental.
M'hamed Kheddad a soutenu que «cet acte intervient également dans le cadre de la campagne désespérée menée par le Maroc pour légitimer son occupation illégale de parties du Sahara occidental par des pots-de-vin et l'implication d'entités étrangères dans leur aventure coloniale dans la partie occupée de notre territoire national». «La loi marocaine expansionniste, qui vise également à annexer les eaux territoriales adjacentes aux îles Canaries et à d'autres territoires espagnols, est également une conséquence directe de l'échec de l'Espagne, en tant que puissance administrante du Sahara occidental, à s'acquitter de sa responsabilité juridique et historique de décoloniser le territoire sahraoui conformément aux résolutions pertinentes de l'Assemblée générale des Nations unies d'une part, et la soumission injustifiée de l'Espagne à la politique de chantage marocaine, d'autre part», a-t-il ajouté.
Et d'ajouter: «Le gouvernement espagnol doit être conscient que les soi-disant» frontières authentiques «du Maroc, qui représentent la quintessence de l'expansionnisme marocain, n'ont pas de limites».
Par conséquent, a souligné M. Kheddad, «il y a maintenant une opportunité pour l'Espagne démocratique et son gouvernement progressiste de rectifier cette grande erreur historique et assumer leurs responsabilités historiques, juridiques et morales envers le peuple sahraoui et leurs droits inaliénables à l'autodétermination, à l'indépendance et à la souveraineté permanente sur leurs ressources naturelles». «Le gouvernement espagnol doit également reconnaître que faire plus de concessions à la politique de chantage que le Maroc a soumis à l'Espagne ne fera qu'encourager le Maroc à persister dans son expansionnisme que le peuple sahraoui continue de souffrir depuis que le Maroc a occupé le Sahara occidental par la force en octobre 1975 avec la complicité des autorités espagnoles de l'époque», a lancé M. Kheddad.
En tout état de cause, explique le responsable sahraoui, la loi marocaine qui vise à annexer les eaux du Sahara occidental n'a aucune base légale et n'est qu'un acte de propagande.
«La communauté internationale, qui n'a jamais reconnu l'occupation illégale par le Maroc de parties du Sahara occidental, ne la considérera que comme une nouvelle tentative désespérée du Maroc pour détourner l'attention de la crise structurelle aiguë subie par le régime marocain», a-t-il affirmé. Dans ce contexte, M. Kheddad a indiqué que le Front Polisario examinera les mesures adoptées dans le cadre des procédures judiciaires qu'il a présentées au Tribunal de l'Union européenne et suivra avec intérêt les mesures que l'Espagne prendra à cet égard. «Si nécessaire, il n'hésitera pas à soumettre l'affaire au Tribunal international du droit de la mer pour constater que ces lois sont nulles et non avenues», a prévenu M. Kheddad.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.