DEPOT DE DOSSIERS DE CANDIDATURE : 6 postulants ont demandé un rendez-vous    Drapeau amazigh : Quatre détenus devant le juge au tribunal de Sidi M'hamed    CNAS : Le système de gouvernance critiqué    PROPOS DE SAADANI SUR LE SAHARA OCCIDENTAL : Le gouvernement réagit    TIZI-OUZOU : Un jeune de 26 ans sauvagement assassiné à Boghni    ECOLE PRIMAIRE ‘'CHEIKH ABDERRAHMANE DISSI ‘' A MOSTAGANEM : La surcharge de deux classes irrite les parents d'élèves    GROUPEMENT DE GENDARMERIE DE MOSTAGANEM : Saisie de 7440 comprimés de psychotropes sur la RN°11    Real Madrid: contre Galatasaray, Zidane joue gros...    Des enseignants protestent devant le siège du ministère de l'Education    Londres demande officiellement le report du Brexit    La police disperse les manifestants à Hong Kong    L'autre révolution des Tunisiens    Les Libanais crient liberté, révolution    Daesh derrière le bouclier d'Erdogan    Une coordination internationale de la diaspora installée le 1er novembre    Le football local victime de bricolage    L'Algérie dans le groupe D en compagnie du Maroc    Taoufik Makhloufi et Walid Bidani honorés à Alger    Championnats du monde de Karaté Do (Cadets-juniors et espoirs)    D'autres actions des supporters en vue    Appel à l'arrêt de «l'instrumentalisation de la justice»    Des «GAG» à plus de 10 milliards de DA par le Conseil des ministres…    Djaballah poursuit en justice Tahar Missoum    Pedro Sanchez sous pression de la droite en Espagne    "Synapse" de Noureddine Zerrouki en compétition officielle    L'Afrique dans toute sa splendeur    Un espace de tous les arts    Esquisse d'une subversion plombée par la justification    Le mouvement littéraire en Algérie affecté par l'absence de critique    Participation du Crasc d'Oran avec la présentation de 4 nouvelles publications    Monaco : Des stats impressionnantes pour le duo Ben Yedder-Slimani    Saisie de plus de 47 kg de kif traité    Près de 240 nouveaux cas depuis le début de l'année: Campagne de sensibilisation sur le dépistage du cancer du sein    LA SANTE ENTRE L'EPICERIE ET LE MOUROIR    Le PDG d'Air Algérie à l'APS: La sécurité des avions, les prix des billets et la réduction des effectifs    Visioconférence à l'Ecole supérieure de police «Ali Tounsi»: Unification de la terminologie sécuritaire utilisée dans les médias    «Papicha» ou le drame de la censure?    M'SILA : Pose de 514 km de câbles de fibres optiques en 2019    Guerre drogue au Mexique: Un fils du Mexicain "El Chapo" arrêté, puis libéré par des narcos surarmés    L'euro et le yuan remplaceront-ils le dollar pour les prêts extérieurs de la Russie en 2020?    Salah-eddine Dahmoune met en garde la "fitna"    Grand prix Chantal Biya de cyclisme au Cameroun : L'Algérien Azzedine Lagab toujours en tête    Finances: M. Loukal aux plénières des Assemblées annuelles de la BM et du FMI à Washington    Bordj-Bou-Arreridj : Réunion du Conseil exécutif de la wilaya    Recul de la facture d'importation    Sonatrach explique son projet    Six candidats prennent rendez-vous    Priorité aux jeunes auteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La CJUE réaffirme : Le Sahara occidental ne fait pas partie du Maroc
Publié dans Le Maghreb le 24 - 12 - 2016

La Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) a réaffirmé par son arrêt, concluant que les accords d'association et de libéralisation entre l'UE et Rabat ne sont pas applicables au Sahara occidental, que le Maroc est un pays colonisateur, rappelant ainsi la justesse du combat des Sahraouis pour leur indépendance.
L'arrêt est considéré aussi comme un verdict sans ambiguïté qui rappelle avec clarté et force que le Sahara occidental ne fait pas partie du royaume du Maroc et qui, en même temps protège, à terme le Sahara occidental de l'exploitation de ses richesses par l'occupant marocain.
Dans ce contexte, l'Association des amis de la République arabe sahraouie démocratique (AARASD) a estimé que ce verdict une "étape formidable" pour le peuple sahraoui et un "sacré revers" pour le Maroc.
Saluant la décision de la Cour, l'eurodéputé français José Bové, a affirmé que "la Cour a rétabli le droit contre l'imposture des gouvernements européens, en particulier du gouvernement français, alliés au Maroc contre le peuple sahraoui et ses représentants", estimant que cet arrêt "aura un impact au plan diplomatique", relevant ainsi la nécessité qu'il soit "suivi d'effets" notamment pour interdire les importations marocaines de produits provenant du Sahara occidental.
Il a exhorté, à ce titre, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, à "veiller à l'application du droit" rappelant, en particulier à la France, que "le colonialisme est révolu".
"Après 40 ans d'occupation, le Sahara occidental reste un territoire à décoloniser", a-t-il souligné.
L'Espagne doit mettre fin à sa complicité
Exprimant sa "satisfaction" de la décision de la CJUE qui a confirmé "sans ambiguïté" que le Sahara occidental ne fait pas partie du Royaume du Maroc et par conséquent les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, l'eurodéputé espagnol, Florent Marcellesi, a estimé de son côté que "l'Espagne doit mettre fin à sa complicité dans l'occupation illégale du Sahara occidental".
Florent Marcellesi, a qualifié cette décision de "victoire retentissante" pour le peuple sahraoui dans sa lutte pour l'autodétermination", estimant que le verdict de la CJUE a " mis en évidence le fiasco collectif des institutions européennes et des Etats membres de l'Union dans la gestion de cette occupation et annexion illégales qui a duré plus de 40 ans".
Une nouvelle page
Pour le principal avocat du Front Polisario, Me Gilles Devers, l'arrêt de la CJUE dans l'affaire opposant le Front au Conseil de l'UE sur l'accord de libéralisation réciproque de produits agricoles signé en 2012 entre l'UE et le Maroc ouvre "une nouvelle page" pour l'organisation du référendum d'autodétermination au Sahara occidental. "C'est justice rendue au peuple sahraoui. C'est une nouvelle page qui s'ouvre, maintenant, pour l'organisation d'un référendum d'autodétermination dans les délais les plus rapides", a-t-il déclaré, soulignant que l'arrêt de la CJUE stipule "clairement" que les accords entre l'UE et le Maroc "ne sont valables que dans la mesure où il s'applique explicitement au territoire du Maroc".
"Tout acte européen en dehors du territoire du Maroc, sur le Sahara occidental ou dans les eaux territoriales de ce dernier n'a aucun fondement juridique et il est illégal", a ajouté l'avocat.
Réagissant à cette décision, le coordinateur sahraoui auprès de la MINURSO M'hamed Kheddad, a exprimé la "satisfaction du Front Polisario de la décision de la Cour de justice de l'Union européenne et de ses conclusions, qui étaient claires et précises", réaffirmant une fois de plus que "le Sahara occidental n'est pas marocain, et par conséquent les accords entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental." L'ONG Western Sahara Ressources Wacth (WSRW) a, pour sa part, estimé que le verdict prononcé par la Cour européenne est une "merveilleuse victoire" pour le peuple sahraoui car il "protège" le Sahara occidental de l'exploitation de ses richesses par l'occupant marocain.
L'ONG soutient que "ceci est une merveilleuse victoire pour le peuple sahraoui et pour tous ceux qui prônent le respect du droit international au Sahara occidental".
Appel au respect de la décision de la CJUE
Le groupe de l'Alliance progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D), deuxième force politique au Parlement européen, a appelé jeudi l'UE à respecter la décision de la Cour de justice de l'Union (CJUE) qui a affirmé que le Sahara occidental est un territoire non autonome, ne pouvant être considéré comme "territoire du Royaume du Maroc". "La Commission et les Etats membres doivent respecter la décision de la CJUE selon laquelle le Sahara occidental ne fait pas partie du Maroc", a indiqué, dans un communiqué, le groupe S&D qui compte dans ses rangs 189 députés issus des 28 Etats membres de l'UE. Les accords d'association et de libéralisation conclus entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, a conclu mercredi la CJUE.
Se référant à l'arrêt de la CJUE, le S&D a rappelé que les accords commerciaux entre l'UE et le Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental, puisqu'il ne fait pas partie du territoire marocain. Relevant le statut séparé et distinct garanti au territoire du Sahara occidental par la charte des Nations unies, la CJUE a souligné dans son arrêt qu'"il est exclu de considérer que l'expression territoire du Royaume du Maroc, qui définit le champ territorial des accords d'association et de libéralisation, englobe le Sahara occidental et, partant, que ces accords sont applicables à ce territoire".
"La Cour a indiqué clairement que les accords UE-Maroc ne sont pas applicables au Sahara occidental. Je pense que le Front Polisario a atteint son objectif: celui d'exclure les territoires du Sahara occidental du champ d'application des accords commerciaux UE-Maroc", a déclaré l'eurodéputé Norbert Neuser, cité dans le communiqué. Ce député européen, également président de l'intergroupe paix pour le Sahara occidental au Parlement européen a relevé que "la CJUE a constaté que le peuple sahraoui n'a pas consenti à ce que les accords soient appliqués sur le territoire du Sahara occidental" et que "l'UE entendait appliquer les accords d'une manière incompatible avec le droit international".
Par conséquent, le président de l'intergroupe paix pour le Sahara occidental au Parlement européen a exhorté l'UE et ses Etats membres à "s'assurer qu'ils respectent le jugement" de la CJUE et "excluent le territoire du Sahara occidental du champ d'application territoriale des accords UE-Maroc".


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.