Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les portraits des dirigeants déridés avec le temps
Selon une étude scientifique
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 09 - 2020

Une étude publiée dans Nature s'est penchée sur près de 2 000 peintures de grands de ce monde réalisées entre 1506 et 2016. Et certains signes du visage ne trompent pas.
Devant un tableau dans un musée, vous vous êtes peut-être déjà demandé pourquoi les dirigeants et autres nobles affichaient une mine sérieuse, voire menaçante, alors que notre réflexe contemporain est plutôt de sourire sur les photos. Hé bien cela n'a rien d'anodin, comme l'expliquent les résultats d'une étude menée par des chercheurs en sciences cognitives du CNRS, de l'ENS-PL, de l'Inserm et de Sciences Po et publiés, mardi 22 septembre. Les scientifiques se sont penchés sur des œuvres du 14e au 21e siècle – pas moins de 1 962 portraits anglais de la National Portrait Gallery de Londres, peints entre 1506 et 2016, et 4 106 portraits de la Web Gallery of Art, couvrant 19 pays d'Europe occidentale entre 1360 et 1918 – et y ont analysé les expressions faciales des hommes et femmes représentés, dans le cadre de cette étude.
L'algorithme qui a passé en revue tous ces visages met en évidence une augmentation des expressions «de confiance et de sympathie» au fur et à mesure que l'époque avance. Comprenez que les visages se sont déridés, les sourcils sont moins froncés et les bouches esquissent davantage de sourires à partir de 1800. «Dans l'histoire de la monarchie anglaise, il suffit de comparer les portraits d'Elisabeth I et Elisabeth II pour le constater. La deuxième est plus souriante que la première», illustre Lou Safra, enseignante-chercheuse à Sciences Po impliquée dans l'étude, interrogée par Le Figaro. En se faisant tirer le portrait, les grands de ce monde ont, selon les époques, voulu manifester leur pouvoir et inspirer la crainte ou, au contraire, se donner un air sympathique et digne de confiance. «À travers leurs sources, les historiens avaient déjà perçu un glissement vers plus de confiance envers autrui au fil du temps.
Cependant, ces changements restaient difficiles à documenter quantitativement», poursuit le communiqué du CNRS. Cette étude, intitulée «Quand la peinture révèle l'augmentation de la confiance sociale», suggère en fait une augmentation du sentiment de confiance envers autrui dans la société, qui suit de près l'accroissement du niveau de vie. Les chercheurs ont d'ailleurs aussi appliqué leur algorithme à la Selfiecity, une base de données regroupant 2 277 autoportraits photographiques postés sur les réseaux sociaux de six villes à travers le monde. Là encore, «la confiance inspirée par les visages était effectivement corrélée à la confiance et à la coopération interpersonnelles préalablement mesurées au travers d'enquêtes internationales.» Désormais, cette étude sur l'évolution de la confiance et ses signes dans la culture va se poursuivre sur la base d'autres sources, comme les textes littéraires ou la production musicale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.