Adopter une "approche réfléchie" pour adapter la formation aux nouveaux défis et enjeux    8e session de la haute commission mixte algéro-égyptienne: le Premier ministre égyptien à Alger    JM: le programme des épreuves d'athlétisme    JM /Boxe : les Algériens Mordjane et Benlaribi en demi-finale, Bouloudinats éliminé    JM: quatre soirées du festival international de danse populaire programmées à El Bahia    Le président Tebboune reçoit le Secrétaire général de l'UGCAA    Infirmières agressées à proximité du CHU de Beni Messous: le suspect arrêté    JM/Cyclisme: ''Nous visons le podium de la course en ligne'' (Reda Kehlal)    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les forces de l'occupant marocain dans le secteur d'al Farsia    Cour d'Alger: L'ancien ministre Abdelwahid Temmar condamné à 4 ans de prison ferme    Mise en échec d'introduction d'énormes quantités de drogue par les frontières marocaines    Un plan d'urgence pour la relance de l'activité du port de Ténès en partenariat avec le groupe Gica    Festival de la musique et de la chanson oranaise: clôture en apothéose    JM: un engouement sans précédent pour les spectacles dans la rue    PSG : Départ inattendu de Xavi Simons    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    JSM Tiaret: Un parcours satisfaisant mais...    Drame de Melilla: Le Maroc tente une diversion, Alger répond    Facteurs défavorables    17 ha de blé, 16.000 arbres fruitiers et 20.000 poussins ravagés par le feu    Enseignement supérieur: Assurer l'employabilité des diplômés universitaires    Des opérations de contrôle inopinées des transporteurs: Des mesures pour veiller au respect du nouveau plan des transports    Traversée du «Tassili II» Marseille-Skikda quasiment vide: Une action délibérée    Chlef: Parer aux coupures d'électricité    Industrie pharmaceutique: La facture d'importation d'insuline réduite de 50% en 2023    Surfer prudent, surfer intelligent    Bouchouareb première recrue    Ça brûle au conseil d'administration    Le mot de Lamamra à la diaspora    Ces obstacles à franchir    Une délégation américaine à Caracas pour parler «agenda bilatéral»    Les start-up pour briller    Chakib Khelil condamné à 20 ans de prison ferme    «Chaud» sera l'été...    Le service d'addictologie inauguré    Le CHU sera concrétisé    La session prolongée au 15 juillet    Loukal rattrapé par la justice    562 véhicules livrés    Luis Suarez à River Plate?    Freestyles et punchlines au rendez-vous!    «M'tember» exposition collective    Hamidouche, le chanteur à la voix douce    Migrants africains tués par la police marocaine: l'OIM et le HCR expriment leurs "plus vives inquiétudes"    JM: la présence de jeunes de la communauté nationale établie en France, très importante    8 ans pour Tliba, 6 pour Ould Abbès    A l'initiative de Mohamed Afane: La maison d'Oran d'Yves Saint Laurent retrouve une nouvelle vie    Le mouvement des réformes (1986-1991), précurseur du Hirak    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Des centres d'hébergement d'urgence pour sauver des vies humaines
Sans domiciles fixes (SDF)
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 12 - 2020

En cette période hivernale, la situation des sans domiciles fixes (SDF) est vraiment désastreuse et alarmante à la fois. Il sera très difficile pour cette catégorie de personne de faire face au froid glacial, pluies diluviennes et les chutes de neige. Il serait vivement souhaitable que des centres d'hébergements d'urgences soient ouverts dans l'ensemble du territoire national pour sauver des vies humaines
En effet, l'hiver est déjà là, les services météorologiques annoncent dans bulletin du 5 décembre de rafales de vent et du froid glacial, pluies diluviennes et même de la neige à l'Ouest et au Centre du pays. Les années passent et se suivent mais la situation des sans-abris reste dans notre pays très préoccupante pour ne pas déplorable. Les responsables de la société civile tirent déjà la sonnette d'alarme, interpellant qui de droit de prendre les mesures nécessaires pour permettre aux sans-logis de se réfugier. Des milliers de sans domiciles fixes (SDF) dont des malades mentaux, des familles se trouvent en danger à la remercie du froid glacial, vent, pluies et les chutes de neiges dans les quatre coins du pays. A ces malheureux, il faut ajouter également d'autres vies humaines, celles des migrants. Des photos et des vidéos partagées sur les réseaux sociaux vous donnent froid au dos. Des vieillards, femmes, enfants habitent dans la rue, dorment sur les cartons et se protègent avec des couvertures offertes par des passants. De temps à autre des actions de solidarité envers cette couche de population se font parfois sous les projecteurs des caméras de télévisions et les crépitements des appareilles à photos des journalistes.
Des colis alimentaires sont distribués et quelques hommes, femmes et parfois enfants n'ayant pas de domicile sont mis provisoirement à l'abri. Cet état de fait ne sera que de courte durée avant que les sans domiciles fixes et les malades mentaux ne soient à la remercie des intempéries. Des internautes signalent sur leurs pages des agressions physiques dont ont fait l'objet les sans domiciles fixes. Certaines femmes ont été agressés physiquement et sexuellement par des voyous. Plusieurs femmes-malades mentales se trouvent enceintes. Les éléments de la Sûreté nationale et de la Protection civile interviennent à chaque fois au secours de ces malheureux mais ne savent pas quoi faire de l'homme, la femme où l'enfant récupérés dans la rue. Pour des raisons humanitaires, les personnes prises en charge sont mises à l'abri durant la nuit dans des hôpitaux. Durant la matinée, ils seront invités à repartir. Certains responsables de la société civile s'inquiètent du sort de cette catégorie de personne et tirent une fois encore plus, la sonnette d'alarme. Nos interlocuteurs n'ont pas manqué de nous signaler que la constitution garantie au citoyen le droit au logement et le travail. L'Etat a également prévu des budgets pour les couches nécessiteuses, ont-ils expliqués. Malheureusement, rien n'a été fait pour l'instant au profit de cette catégorie de personnes qui continuent de souffrir, ont-ils ajoutés.
«Ils seraient souhaitables que les responsables au niveau centrale donnent des instructions aux autorités locales dans les wilayas d'ouvrir des centres d'hébergements d'urgences surtout dans les périodes hivernales. Les services des Assemblées populaires communales (APC) pourraient faire loger des familles ayant des enfants mineurs dans des chambres d'hôtels à titre provisoire. Ce sera l'occasion pour les services des daïras et de l'OPGI d'examiner les dossiers de ces personnes pour des éventuelles attributions des logements sociaux. Les personnes âgées pourraient également être hébergées dans les centres destinés à cette catégorie de personne. La création des hébergements d'urgence dans des établissements vides gérés par les APC et par les directions de l'action sociale pourraient sauvés des vies humaines durant la période hivernale. Durant l'hiver, il serait également souhaitable que des salles de gymnases, salles vide non utilisées soient mis à la disposition des SDF. Les malades mentaux doivent être admis dans des hôpitaux psychiatriques afin de suivre des traitements d'une part et d'échapper au froid et aux agressions. Les autorités du pays doivent également penser à mettre une place une loi interdisant à des bailleurs que ce soit publics ou privés de procéder à l'expulsion des clients durant la période hivernale. La même loi doit porter également l'interdiction d'interrompre le gaz et l'électricité durant cette période.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.