Energie et Mines : Arkab reçoit une délégation parlementaire vietnamienne    L'APS célèbre le 61e anniversaire de sa création    L'Algérie honorée à Bamako pour son rôle en faveur de la paix et la réconciliation au Mali    Une délégation parlementaire algérienne prend part à la 46e EUCOCO à Berlin    Ligue 1/ CS Constantine : l'entraineur Madoui remobilise ses joueurs avant d'affronter la JS Saoura    Tribunal de Sidi M'hamed : 12 ans de prison ferme contre Ouyahia et 10 ans de prison ferme contre Sellal et Bedoui    ONU: une ONG appelle à la démission d'une responsable marocaine pour enfreinte aux normes de conduite    Tribunal de Dar El Beida: les terroristes Zitout, Aboud et Boukhors condamnés à 20 ans de prison ferme    Sport : les nouveaux textes juridiques devront instaurer une nouvelle dynamique au sein des associations sportives    Foot/ CHAN-2022 (préparation): le Sénégal et la Mauritanie au menu de la sélection A' en amical    Lutte contre le Sida: le gouvernement mobilisé pour assurer des soins gratuits aux malades    La ministre de la Solidarité nationale donne le coup d'envoi d'une caravane de sensibilisation sur la prévention de la grippe saisonnière    Enseignement supérieur: 16 plateformes numériques créées pour moderniser le secteur    L'inscription du Raï par l'Unesco, "un acte décisif de reconnaissance par le monde"    300 à 350 sous-traitants disponibles pour approvisionner les constructeurs automobile    Tissemsilt: le programme de développement se charge des préoccupations de la population    Festival de la production théâtrale féminine: "Chajarat El maouz" remporte le prix "Keltoum"    Ligue 2 (8e journée): Des chocs à la pelle    La fin de l'Etat jacobin ?    Le badge de l'Emir du Qatar    Les études d'aménagement achevées: 140 millions DA pour trois nouvelles mini-zones d'activités    Un recul réconfortant    En perspective de la distribution de 5.300 logements ce mois de décembre: Des instructions pour accélérer l'affichage des listes des bénéficiaires    Rue Mohamed Boudiaf (ex-rue de Mostaganem): Une tentative de squat d'une terrasse avortée    Tiaret: Une nouvelle organisation de soutien aux agriculteurs    Sûreté de wilaya: 129 officiers de police prêtent serment    ALGERIE (NS) UNDERGROUND !    L'Ukraine appelle les pays de l'Otan à accélérer l'envoi des aides    «On a tous intérêt à ce que le Burkina reste debout»    «Nous combattons les idées toxiques»    L'ambassadeur russe dit tout    Une technologie de pointe à l'accent algérien    La Tunisie appelle la communauté internationale à protéger le peuple palestinien    Seul un diagnostic précoce...    Le CRB aux commandes    Brèves    Belatoui sur la sellette    Appel à ancrer la lecture au sein des générations    Tournage du film «Hami Essahra» sur le chahid Si El Houas    Un génie forgé dans la douleur    Tebboune reçoit une délégation du Conseil du renouveau économique algérien    Sétif: encourager les initiatives pour l'écriture et la documentation de l'archive sportive    Entre le Maroc et la France, le grand désamour    Ligue 2 - GC Mascara : Belloumi et Yesaad en renfort    Quel avenir pour l'Europe ?    Décès du Général à la retraite Mohamed Betchine    Pourquoi s'auto-dénigrer ?    Les PME sont-elles hors la loi?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les représentants de la société civile interpellent les hautes autorités de l'Etat
Situation désastreuse des sans domiciles fixe à Sétif
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 12 - 2020

La situation dramatique dans laquelle se trouve les personnes sans domiciles fixes dans la wilaya de Sétif a fait réagir les représentants de la société civile qui ont laissé éclater leur colère à travers les réseaux sociaux. Ces derniers interpellent les hautes autorités du pays leur demandant d'intervenir pour sauver des vies humaines avant qu'il ne soit trop tard.
«Nous n'avons pas le droit de rester les bras croisés alors que des êtres humains comme nous souffrent devant nos yeux», ont-ils écrits. Intervenant sur les pages Facebook, Instagram et autres, les dirigeants des associations, organisations non gouvernementales et même des militants de partis politiques ont interpellent les hautes autorités de l'Etat sur les cas désastreux des sans-logis. «Faites quelques choses SVP, avant qu'il ne soit trop tard», a indiqué un président d'une association. Ce dirigeant a même inséré sur les réseaux sociaux des photos montrant des femmes seules, certaines avec enfants et des vieillards dans un état lamentable. La goutte qui a fait déborder la case est la photo d'une jeune fille se baladant à proximité de l'université.
Sur la photo, nous pouvons voir la jeune fille emmitouflée dans une couverture dans la rue avec un sac noir comprenant certainement ses affaires. «J'ai beaucoup pleuré en regardant cette photo», a indiqué un confrère. Un réseau bien connu défendant la cause des femmes suivi par des milliers d'internautes a repris sur sa page Facebook un article de presse relatant la situation dramatique des femmes SDF. Sur ce papier nous pouvons lire je cite : «En cette période de froid glacial, une dizaine de femmes SDF, accompagnées de leurs enfants en bas âge, squattent les pavés et arcades de la capitale des Hauts-Plateaux, Sétif, dans l'indifférence totale». Dans le même papier, l'auteur a indiqué que les pauvres personnes sans-abris font l'objet d'agressions multiples. Les fonctionnaires de la direction sociale de Sétif indiquent qu'ils effectuent des sorties nocturnes par des équipes mixtes mais certains SDF refusent l'offre.
L'insécurité qui sévit dans les lieux proposés pour se mettre à l'abri serait à l'origine du refus des sans domiciles fixes de répondre aux «mains tendues» par les fonctionnaires de la DAS. Des informations qui restent à confirmer que des jeunes filles qui avaient grandi dans des centres pour enfants figurent parmi les SDF. Ces informations sont à prendre bien sûr avec beaucoup de prudence tant que des enquêtes n'ont pas confirmé cet état de fait. Cette catégorie de jeunes filles n'a plus le droit d'être prise en charge par les centres spécialisées pour enfant du moment qu'elles sont devenues majeures. A travers une vidéo insérée sur les réseaux sociaux, des jeunes filles ont indiqué qu'elles avaient refusé une proposition des autorités locales visant à les héberger dans des centres pour vieillards.
«Nous sommes des jeunes, notre avenir est devant nous. Il est trop tôt pour nous de vivre dans des maisons de repos», ont-elles fait savoir. Pleurant leur sort dans cet enregistrement, les jeunes filles ont indiqué qu'elles voulaient des logements sociaux de types F1 ou F2 pour pouvoir vivre dignement». Ce qui est sûr, c'est que les sans domiciles fixes vivant à Sétif se trouvent toujours dans la rue en cette période hivernale à la merci du froid glacial, vent, pluie et neige. Les représentants de la société civile avec qui nous nous sommes entretenus souhaitent une intervention urgente des hautes autorités du pays afin de trouver des solutions pour les hommes, femmes, enfants et les malades mentaux qui sont depuis plusieurs années dans la rue.
Les sans domiciles fixes (SDF) de Sétif ne sont pas les seuls à vivre ce calvaire, il existe des dizaines de cas dans les quatre coins du pays. Il serait souhaitable que les autorités locales interviennent pour trouver des solutions adéquates à ces malheureux. Ce sont des hébergements d'urgence qu'il faudrait mettre en place le plus rapidement possible pour sauver des vies humaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.