Réunion du gouvernement: Dessalement et urbanisme au menu    Domiciliation bancaire: Des importateurs veulent plus de concertation    Pouvoir pour savoir    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Football - Ligue 1: Une étape décisive    Dr Elias Akhamouk: «L'Algérie pas à l'abri de la variole du singe»    Une saison estivale sous haute surveillance: Un dispositif de lutte contre les MTH et les zoonoses    Les dos d'âne et la responsabilité de chacun    Le miroir de l'Histoire    L'Art est moins un métier qu'un beau voyage    ECRITS FRATERNELS    Le métro d'Alger voit le bout du tunnel    Les Algériens visent le podium    Le Barça galère dans son opération de dégraissage    La vente approuvée    Quand les Américains surfent à Alger    Algérie-Italie : il n'y a pas que le gaz    Le sort du député Bekhadra scellé    L'ANP fait son bilan    Démantèlement d'un réseau national d'organisation de traversées clandestines    «L'Algérie est notre partenaire stratégique»    L'Amérique sous le choc    La Russie exige la levée des sanctions    Le commandement de la Wilaya III revisité    Rien n'est interdit entre Alger et Rome    Plus de 100 écrivains présents    Flambée des prix du carburant au Maroc: les transporteurs de marchandises menacent d'une grève nationale    Le Président Tebboune rencontre à Rome des représentants de la communauté algérienne établie en Italie    Sétif: lancement des services de la finance islamique dans deux agences de la BEA    L'ONU et l'UA appelées à assumer leurs responsabilités envers le peuple sahraoui    L'émir Abdelkader a unifié les Algériens dans la lutte contre le colonisateur français    Belmehdi: tous les secteurs "mobilisés" pour la réussite de la saison du hadj    Tennis de table/Coupe d'Afrique : quatre pongistes algériens présents au Nigéria    APN : les députés adoptent le projet de loi sur les procédures de saisine et de renvoi devant la Cour constitutionnelle    Le Président Tebboune quitte Alger à destination de l'Italie    ANP: 4 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Algérie-Tunisie: la coopération consulaire passée en revue à Tunis    "Mamlaket el hacharat", un spectacle pour enfants sur les valeurs de la "solidarité" et la "vérité" entre individus    Man City : "Nous versons le salaire que nous pouvons à Haaland"    Klopp désigné entraineur de l'année en Angleterre    Belani: Les régimes marocain et israélien ont le même ADN    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    Ligue 1 - Mise à jour: Une dernière chance pour l'Entente    Les pique-niques et les randonnées en vogue    Le procès a failli «dégénérer»    La démonstration des Forces navales    MDN: Chanegriha supervise un exercice tactique dans la 2ème RM    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les représentants de la société civile interpellent les hautes autorités de l'Etat
Situation désastreuse des sans domiciles fixe à Sétif
Publié dans La Nouvelle République le 09 - 12 - 2020

La situation dramatique dans laquelle se trouve les personnes sans domiciles fixes dans la wilaya de Sétif a fait réagir les représentants de la société civile qui ont laissé éclater leur colère à travers les réseaux sociaux. Ces derniers interpellent les hautes autorités du pays leur demandant d'intervenir pour sauver des vies humaines avant qu'il ne soit trop tard.
«Nous n'avons pas le droit de rester les bras croisés alors que des êtres humains comme nous souffrent devant nos yeux», ont-ils écrits. Intervenant sur les pages Facebook, Instagram et autres, les dirigeants des associations, organisations non gouvernementales et même des militants de partis politiques ont interpellent les hautes autorités de l'Etat sur les cas désastreux des sans-logis. «Faites quelques choses SVP, avant qu'il ne soit trop tard», a indiqué un président d'une association. Ce dirigeant a même inséré sur les réseaux sociaux des photos montrant des femmes seules, certaines avec enfants et des vieillards dans un état lamentable. La goutte qui a fait déborder la case est la photo d'une jeune fille se baladant à proximité de l'université.
Sur la photo, nous pouvons voir la jeune fille emmitouflée dans une couverture dans la rue avec un sac noir comprenant certainement ses affaires. «J'ai beaucoup pleuré en regardant cette photo», a indiqué un confrère. Un réseau bien connu défendant la cause des femmes suivi par des milliers d'internautes a repris sur sa page Facebook un article de presse relatant la situation dramatique des femmes SDF. Sur ce papier nous pouvons lire je cite : «En cette période de froid glacial, une dizaine de femmes SDF, accompagnées de leurs enfants en bas âge, squattent les pavés et arcades de la capitale des Hauts-Plateaux, Sétif, dans l'indifférence totale». Dans le même papier, l'auteur a indiqué que les pauvres personnes sans-abris font l'objet d'agressions multiples. Les fonctionnaires de la direction sociale de Sétif indiquent qu'ils effectuent des sorties nocturnes par des équipes mixtes mais certains SDF refusent l'offre.
L'insécurité qui sévit dans les lieux proposés pour se mettre à l'abri serait à l'origine du refus des sans domiciles fixes de répondre aux «mains tendues» par les fonctionnaires de la DAS. Des informations qui restent à confirmer que des jeunes filles qui avaient grandi dans des centres pour enfants figurent parmi les SDF. Ces informations sont à prendre bien sûr avec beaucoup de prudence tant que des enquêtes n'ont pas confirmé cet état de fait. Cette catégorie de jeunes filles n'a plus le droit d'être prise en charge par les centres spécialisées pour enfant du moment qu'elles sont devenues majeures. A travers une vidéo insérée sur les réseaux sociaux, des jeunes filles ont indiqué qu'elles avaient refusé une proposition des autorités locales visant à les héberger dans des centres pour vieillards.
«Nous sommes des jeunes, notre avenir est devant nous. Il est trop tôt pour nous de vivre dans des maisons de repos», ont-elles fait savoir. Pleurant leur sort dans cet enregistrement, les jeunes filles ont indiqué qu'elles voulaient des logements sociaux de types F1 ou F2 pour pouvoir vivre dignement». Ce qui est sûr, c'est que les sans domiciles fixes vivant à Sétif se trouvent toujours dans la rue en cette période hivernale à la merci du froid glacial, vent, pluie et neige. Les représentants de la société civile avec qui nous nous sommes entretenus souhaitent une intervention urgente des hautes autorités du pays afin de trouver des solutions pour les hommes, femmes, enfants et les malades mentaux qui sont depuis plusieurs années dans la rue.
Les sans domiciles fixes (SDF) de Sétif ne sont pas les seuls à vivre ce calvaire, il existe des dizaines de cas dans les quatre coins du pays. Il serait souhaitable que les autorités locales interviennent pour trouver des solutions adéquates à ces malheureux. Ce sont des hébergements d'urgence qu'il faudrait mettre en place le plus rapidement possible pour sauver des vies humaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.