«Retour de l'argent sale à la faveur des alliances»    Le projet renvoyé aux calendes grecques    «Les vraies raisons de l'immobilisme»    Les start-up algériennes à Rome    On ne renoncera pas!    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Les Verts se penchent sur l'Egypte    Haaland peste contre l'arbitrage    Pochettino sous forte pression    Le Cnapeste persiste dans sa grève cyclique    Les travailleurs de la santé courroucés    5 décès et 149 blessés enregistrés en 24 heures    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    L'écrivain Pierre Rabhi n'est plus    Le FLN increvable    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Les médecins libéraux contestent et menacent    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    La direction demande le report de la rencontre face à l'USMA    Algérie, Maroc et Egypte    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine dans plusieurs secteurs    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Appel à une coordination entre le Conseil de paix et de sécurité de l'UA et les pays africains    Le président de l'Etat de Palestine reçu par le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le procès du président du MDS reporté à dimanche prochain    Une ambition technologique de l'Algérie : l'hydrogène sera le gaz naturel en 2030    16 opérations d'exportation réalisées en novembre    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    Spectacle époustouflant de musique flamenco    Retour sur le parcours du penseur    Le Cameroun dans l'incertitude    INDUSTRIE : PLUS DE 400 PROJETS BLOQUES PAR LA BUREAUCRATIE    Il y a les vrais, et il y a les faux !    "Notre participation a été un succès"    Patchwork d'alliances pour la gestion des APC    Report du procès en appel de Abdelkader Zoukh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Et «le colonialisme barbare, un affront à l'histoire de l'humanité»
Wafa Chaâlal : L'Algérie, «deuxième berceau» de l'humanité
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 10 - 2021

La ministre de la Culture et des arts, Wafa Chaâlal, a déclaré jeudi à Alger que l'Algérie était le «deuxième berceau de l'humanité» après l'Ethiopie, de même que la «colonisation barbare» de l'Afrique constituait un «affront» à l'histoire de l'humanité.
Lors de l'ouverture d'une exposition d'ethnographie africaine au musée du Bardo, Mme Chaâlal a estimé que cet événement culturel «est l'occasion de rappeler à ceux qui ignorent l'histoire, que l'Afrique a toujours été peuplée par ses habitants indigènes avant l'avènement de ceux qui ont réduit en esclavage ses enfants en s'emparant de ses richesses». Elle a ajouté que ces actes constituaient «les formes les plus odieuses de génocide contre ses populations par (ce) colonialisme barbare, qui reste un affront à l'histoire de l'humanité», soulignant que «ce n'est aucunement un honneur de vanter ou de glorifier aujourd'hui les soi-disant exploits civilisationnels du colonialisme ou justifier les crimes commis en son nom».
«Les sacrifices consentis par les peuples africains pour la liberté et l'émancipation, ceux des peuples en lutte qui sont toujours sous occupation dans notre continent ou de ceux qui refusent l'ingérence dans leurs affaires, reflètent l'ampleur du rejet des diktats extérieurs», a-t-elle souligné. Et d'ajouter que ces pays «sont déterminés à parachever leur indépendance en dessinant les contours de leur renaissance, notamment à travers la libéralisation économique prévue par l'Accord de zone de libre-échange continentale africaine et les mécanismes d'action prévus par l'Union africaine (UA)», a-t-elle soutenu.
A ce propos, Mme. Chaâlal a estimé que la création du Musée Africain s'inscrivait «parmi les mécanismes de coopération dans le domaine culturel, car il servirait de miroir reflétant le patrimoine matériel et immatériel du continent africain symbolisant le génie de ses peuples et leurs apports en faveur de la civilisation humaine». Concernant cette exposition, Mme Chaâlal a estimé qu'«elle reflète notre histoire, la richesse de notre culture, notre appartenance et nos racines africaines».
La cérémonie d'ouverture s'est déroulée en présence de nombre d'ambassadeurs de pays africains, dont le Ghana, le Sénégal et Madagascar ainsi que d'autres ambassadeurs de pays européens et latino-américains.
L'ambassadrice de la Grèce en Algérie, Nike Ekaterini Koutrakou, a exprimé sa satisfaction pour avoir pris part à cette exposition ainsi que son admiration pour la «spiritualité» des civilisations préhistoriques en Afrique, estimant que «nous sommes tous le produit des civilisations africaines préhistoriques ayant existé sur les terres d'Ethiopie et d'Algérie…». Pour sa part, le directeur du musée national du Bardo, Zoheir Harichene, a fait savoir que l'organisation de cette exposition, qui est le fruit de plus de 6 mois de travail, «intervient dans le cadre d'un projet de réalisation d'un musée africain».
Il a souligné, en outre, que les objets exposés «proviennent de la galerie de ce musée qui compte près de 1.000 objets d'antiquité d'Afrique subsaharienne, originaires dans leur majorité des pays d'Afrique centrale, de l'Ouest et de l'Est, à l'instar du Niger, du Nigeria, d'Ethiopie et de Madagascar».
Ces objets sont sous forme de «sculptures, de paniers, d'instruments de musique, de masques et d'armes… qui datent de la fin du 19e siècle et début du 20e siècle. Certains ont été achetés durant l'époque coloniale et d'autres lors du Festival Panafricain organisé en Algérie lors des années 1960», a-t-il expliqué.
L'exposition d'ethnographie africaine sera ouverte au public samedi prochain et se poursuivra jusqu'au mois de mars 2022.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.