Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Appel aux familles à faire preuve de confiance en les autorités
Affaire, déplorable et douloureuse, des migrants clandestins portés disparus, depuis 2008, en Tunisie
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 04 - 2022

L'ambassadeur d'Algérie à Tunis, Azzouz Baalal, s'est exprimé, avant-hier vendredi, sur l'affaire, déplorable et douloureuse, des jeunes Algériens ayant émigré clandestinement, en 2008, et qui sont considérés comme disparus et victimes de disparition forcée en Tunisie. Appelant, au passage, ces familles à faire preuve de confiance en les autorités qui les informeront, a-t-il indiqué dans une déclaration à l'agence APS, de tout développement pouvant survenir dans cette affaire. « Les autorités algériennes ne ménageront aucun effort pour tenir les familles des concernés informées de tout développement pouvant survenir dans cette affaire douloureuse », a-t-il dit.
Encadré et orienté par le ministère des Affaires étrangères et de la Communauté nationale à l'étranger, a-t-il poursuivi, notre corps diplomatique et consulaire en République tunisienne a engagé les démarches nécessaires auprès des autorités tunisiennes pour s'assurer de la véracité des faits.
« Les autorités tunisiennes ont officiellement et à maintes reprises, nié la présence de détenus algériens dans les prisons tunisiennes, non signalés aux autorités algériennes, et ce conformément aux us diplomatiques et les dispositions des traités internationaux régissant les relations consulaires.
De même qu'elles (autorités tunisiennes) ont enquêté sur les faits sans parvenir à un quelconque indice quant à la présence de citoyens algériens, victimes de disparition forcée en Tunisie », a fait remarquer le diplomate algérien.
Affirmant que l'Algérie et la Tunisie étaient liées par une relation de confiance empreinte de haut sens de responsabilité et de coopération transparente, y compris en matière de coopération consulaire et judiciaire, notamment lorsqu'il s'agit de recherche de personnes portées disparues ou de recherche dans l'intérêt des familles, le diplomate algérien a rappelé que les deux pays sont liés par une convention de coopération judiciaire prévoyant le respect des mesures en vigueur, l'échange d'informations judiciaires, et le suivi des enquêtes relatives aux personnes morales ou physiques, notamment à travers les commissions rogatoires.
« Ce document est le cadre idoine pour le traitement de pareilles affaires », a ajouté Azzouz Baalal.
Récemment, des familles de migrants clandestins algériens portés disparus depuis 2008 au large des côtes tunisiennes ont été convoquées par les autorités judiciaires tunisiennes, via le représentant d'Interpol en Algérie, pour assister au procès de leurs proches, qui devait s'ouvrir, le vendredi 15 avril courant, au tribunal de première instance de Kef (Tunisie). Sur place, ces mêmes familles furent choquées d'apprendre qu'il n'y avait pas de procès. Le porte-parole de ce tribunal de première instance de Kef, Mohamed Faouzi Dhaouadi, cité par le magazine trimestriel alternatif tunisien, Nawaat, a démenti la présence des ressortissants algériens ainsi que l'ouverture de leur procès. « Il y a eu un malentendu.
Le tribunal de première instance de Kef a certes adressé une convocation aux familles algériennes ayant perdu leurs proches depuis 2008, lors d'une tentative de migration irrégulière, depuis les côtes d'Annaba.
Mais ces familles ont été convoquées en tant que parties lésées.
Le dossier de l'enquête a été transmis à la justice par l'Instance Vérité et Dignité, pour déterminer les responsabilités pénales », a-t-il indiqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.