Enseignement supérieur: renforcer la contribution des étudiants à leur formation universitaire à la faveur d'un modèle national en 5 phases    Sommet arabe: Guterres confirme sa présence, salue la contribution "exceptionnelle" de l'Algérie à la diplomatie mondiale multilatérale    D'importantes réalisations socio-économiques et des indicateurs prometteurs    CAC d'Annaba: lancement de la radiothérapie stéréotaxique pour la 1e fois en Algérie    Sommet arabe: les dirigeants arabes confirment leur participation    Triathlon/Championnat d'Afrique: l'Algérie décroche deux médailles    Le Conseil de la nation prend part à la réunion du Comité exécutif de l'UIP    Une délégation de cadres supérieurs de la DGSN se rend au siège de la Cour constitutionnelle    Codes communal et de wilaya: définir les responsabilités et les prérogatives des élus    Tlemcen: une encontre sur la société civile, la promotion du tourisme et la protection du legs culturel    Tenue mercredi à Alger de la 10e session de la Commission intergouvernementale mixte algéro-russe de coopération    Le développement sportif et les performances des JM d'Oran mis en relief    La Côte d'Ivoire veut récupérer Fofana    La tension monte d'un cran au Maroc    Rage: onze décès enregistrés en 2021    Foot (amical) Algérie-Nigeria: les Verts pour vaincre et convaincre    10 ans de prison ferme pour Anis Rahmani et Tahkout    Déclaration de politique générale du gouvernement: Renforcer les capacités du système national de défense    La chine donne son quitus    Un Palestinien assassiné par les forces d'occupation sionistes    L'Algérie soutient la candidature de la Palestine    Borne et les préoccupations de l'heure    Absurdité    «L'Algérie doit être construite par les algériens»    Que va faire l'Opep+?    Développement régional: La décentralisation comme clé de voûte    Industries: Priorité aux filières de substitution des importations    L'ESS sombre    Grosse inquiétude au Barça    On a évité le pire à El Bayadh    ASO Chlef: Des ambitions à la hausse    Efficacité des ressources et réduction de coûts de production: L'expertise allemande pour les PME algériennes    Démarrage timide dans la capitale    El Bayadh: Des tablettes pour 900 élèves du primaire    Cap Falcon : une femme morte et deux blessés graves dans une collision entre deux voitures    Campagne de dépistage à El Flay    El-Bayadh: Trois morts et un blessé grave dans un accident de la route    Onze ans de retard    De la marijuana à Zéralda    Le président Tebboune présente ses condoléances    Presse, amour et pouvoir    La pièce « Hna ou Lhih » participe    «C'est formidable d'échanger avec les lecteurs»    Des cadeaux attendrissants    Festival du théâtre amateur de Mostaganem: 35 troupes à la 53e édition    Il y a 60 ans était proclamée la République algérienne    Corruption: 10 ans de prison requis contre l'ex-wali de Skikda Fouzi Belhacine    «Gros» mots : les contre-chocs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi
Hommage à Mahboub Bati
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 08 - 2022

Il est l'artisan du succès de nombreuses stars de la chanson chaâbi et l'initiateur des chansonnettes qui ont conquis le public des années 1970.Musicien de talent, parolier et compositeur, Mahboub Safar Bati aura laissé une oeuvre et un nom chevillé à la musique algérienne.
Cet artiste de talent avait révélé au public algérien et à la scène artistique professionnelle des années 1970, des voix comme celles d'El Hachemi Guerouabi, Amar Ezzahi, Boudjemaâ El Ankis ou encore Abdelkader Chaou, d'illustres chanteurs qu'il a participé à lancer avec des succès aujourd'hui éternels.
Cette année le festival national de la chanson chaâbi a choisi de marquer son retour sur la scène musicale en rendant hommage au génie créatif de Mahboub Bati et à son apport au chaâbi avec un programmation musicale qui lui est en grande partie dédiée et portée par des figures du genre comme Abderrahmane El Kobi, Abdelkader Chercham, Abdelkader Chaou ou encore Kamel Aziz.
Né en 1919 à Médéa, Safar Bati Mohamed El Mahboub de son vrai nom, a commencé à travailler très jeune après quelques mois à l'école coranique. Son amour pour la musique et son incroyable capacité d'apprentissage vont le mener à intégrer la troupe de théâtre de Mahieddine Bachtarzi en 1937 alors qu'il jouait déjà de la cornemuse.
A cette période on découvre également Mahboub le saxophoniste de jazz, qui évolue dans l'une des premières formations du genre en Algérie, fondée par son cousin Mahboub Stambouli, avant de créer son propre groupe à Bab El Oued, «Les chardonnerets».
Il a également beaucoup appris auprès de figures de la chanson de l'époque comme El Hadj M'rizek, El Hadj M'Hamed El Anka, Khelifa Belkacem et les frères Fekhardji, Mohamed et Abderrahmane, avant de rejoindre, à la fin des années 1940, l'orchestre moderne de la station de radio d'Alger en qualité de clarinettiste.
Avec une aisance déconcertante, Mahboub Bati passe de luthiste dans l'orchestre traditionnel de Khelifa Belkacem aux instruments modernes dans la formation dirigée par le virtuose Mustapha Skandrani.
Après le recouvrement de la souveraineté nationale il se découvre la vocation de parolier et de compositeur et écrira en premier lieu pour Abderrahmane Aziz.
Mahboub Bati avait multiplié les scènes et les projets musicaux jusqu'aux années 1970, où il eut à affronter l'ire des conservateurs de la chanson chaâbi. Imperturbable et convaincu de son projet de moderniser le chaâbi, il écrit et compose une centaine de chansons, mettant au-devant de la scène une nouvelle génération de chanteurs.
Grâce à ses célèbres chansons et l'apport de belles voix, il aura réussi à conquérir le jeune public des années 1970 avec des succès indémodable comme «El Bareh» interprétée par El Hachemi Guerouabi, «Rah el ghali» portée par Boudjemaâ El Ankis, «Nesthel el kiya» de Amar El Achab, «Djah rabbi ya jirani» qui aura façonné le succès de Abdelkader Chaou ou encore «Mali hadja», sublimée par Amar Ezzahi.
A la fin des années 1970, Mahboub Bati aura signé pas moins de 500 chansons que les puristes vont qualifier de «chansonnette» avant de s'éteindre un 21 février 2000 laissant une oeuvre colossale dont une partie reste inconnue du public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.