Ligue 1 (France) : Marseille s'impose face à Lens    Un match de Premier League interrompu à cause d'un drone    Déficiences comblées ?    Le miracle argentin en temps de Covid    La boîte de Pandore    Sahara Occidental: Guterres appelle à résoudre «une fois pour toutes» le conflit    Episodes de la scène politique tunisienne    Une nouvelle opération de rapatriement: 155 Subsahariens reconduits vers les frontières    Les avocats reçus demain au ministère des Finances: Vers le dénouement du conflit ?    Gel des activités du Parti socialiste des Travailleurs: Le FFS et le PST dénoncent    Mondial 2022 - Barrages: L'Algérie hérite du Cameroun    Nigeria -Tunisie, aujourd'hui à Garoua (20h00): Les Aigles de Carthage à l'épreuve    Burkina Faso-Gabon, aujourd'hui à Limbé (17h00) à chances égales    Explosion des cas de Covid et fermeture des écoles: Le Cnapeste reporte sa grève    Centre-ville, la Glacière et Hai Es Sabah: Sept dealers arrêtés, plus de 460 comprimés psychotropes saisis    Sonelgaz: Le pôle urbain «Ahmed Zabana» raccordé au gaz de ville    Un pays antichoc    L'Algérie déterminée à dire son mot    La menace «jihadiste» nourrit le sentiment anti-peul    Plusieurs mois sans Fati?    Depay dans le viseur    La Juve veut Vlahovic, mais...    Les combats entre Kurdes et Daesh font plus de 70 morts    L'Algérie compte 45,4 millions d'habitants    Algérie nouvelle : la mise sur orbite    «Ma rencontre avec la mort»    L'autre réalité du Covid    113 postes de formation en doctorat ouverts    Grève de trois jours des boulangers de Tizi Ouzou    «Nous partageons une Histoire complexe»    Le moudjahid Cherif Athmane n'est plus    L'urbanisme et les Algériens    Sahara occidental : l'Espagne plaide pour une solution politique, dans le cadre de l'ONU    "Jeter les bases d'une presse professionnelle"    Retour au confinement ?    11 mis en cause placés en détention provisoire    Les activités du PST gelées    Les avocats gagnent leur première bataille    Le projet de loi en débat au gouvernement    Axe d'une nouvelle gouvernance pour relancer l'économie nationale    L'Algérie perd l'un de ses plus grands maîtres luthiers    Un colonel dans la ligne de mire    Parution du roman Les frères Abid de Saâd Taklit    Actuculte    «Dhakhira» Implosée    En deux temps, trois mouvements    Tabi enfin à l'intérieur du pays    Les sénatoriales à l'épreuve des alliances    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une grande puissance européenne (III)
L'Empire austro-hongrois (1867-1918)
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 08 - 2010

En Cisleithanie, la réforme électorale s'avère un échec. Les conflits nationaux deviennent bientôt un enjeu majeur au sein des nouveaux partis, malgré l'intensité des conflits sociaux, et le Parlement retombe dans l'impasse en 1914.
La menace extérieure : 1906-1914
Le mouvement Jeune Tchèque, déçu par le refus autrichien d'accorder à la Bohême une certaine autonomie politique, se rapproche de la Russie et des Slovaques sous domination magyare, avec lesquels il n'a aucune histoire politique commune. Les rapprochements serbo-croate et tchéco-slovaque, fondés sur le dépit plutôt que sur l'affinité, donnent plus tard naissance à des Etats. Le Morave Masaryk, qui s'impose peu à peu comme le chef des nationalistes tchèques, n'exige cependant pas l'indépendance, mais un fédéralisme prenant en compte également les Allemands et les Slovaques.
La situation dans les Balkans
En Hongrie, le système parlementaire fonctionne mieux sous la poigne d'Istvan Tisza et des «libéraux de 1867», mais la politique de magyarisation forcée des minorités provoque de vives tensions dans le royaume. Ces mécontentements sont néanmoins traditionnels et aucun d'entre eux ne menace véritablement l'Empire comme l'a fait la grande crise hongroise de 1903-1906.
En revanche, la menace extérieure se précise à la fin de la décennie. La crise provoquée par l'annexion de la Bosnie par l'Autriche, le 8 octobre 1908, met fin à l'entente avec l'empereur russe, tandis que la perspective d'une alliance avec les Britanniques s'est évanouie avec l'accord anglo-russe de 1907. En outre, l'Allemagne refuse toujours de s'engager à entrer en guerre contre la Russie aux côtés de l'Autriche, sur la question des Balkans. A Belgrade, le régime nationaliste de plus en plus vociférant convoite ouvertement les territoires slaves du sud de l'Empire.
Isolement accru
Vienne se retrouve complètement isolée et, en 1912-1913, doit se contenter d'observer sans pouvoir intervenir le démantèlement des territoires balkaniques de l'Empire ottoman. Les projets d'une seconde ligue balkanique sous les auspices de la Russie, qui constituent une menace directe pour la pérennité de l'Empire, commencent à se préciser. Ce péril devient une véritable obsession chez les responsables politiques autrichiens au cours de l'été 1914.
Le 28 juin 1914, l'assassinat à Sarajevo, par le nationaliste serbe Princip, de l'archiduc héritier de François-Ferdinand, est ressenti comme une provocation de la part de Belgrade qui bénéficie de l'appui russe. L'Empire est assuré cette fois-ci du plein soutien de l'Allemagne et estime, pour la première fois en quarante ans, que seule la guerre peut résoudre la question du nationalisme des Slaves du Sud.
La Première Guerre mondiale et la chute
La guerre, qui a été déclenchée par l'Empire austro-hongrois pour préserver sa capacité de grande puissance, va ruiner la monarchie avant même la défaite de 1918. Sans possibilité de recours à l'option britannique ou russe, Vienne se trouve totalement sous la dépendance de Berlin dont les projets de domination de l'Europe ne laissent guère de place à l'Autriche-Hongrie. Les revers militaires de la monarchie ne font qu'accroître son assujettissement économique et militaire.
Les succès en Pologne, puis dans les Balkans suscitent de vifs débats entre les deux alliés sur le partage du butin dont la monarchie sortie humiliée. La tentative du nouvel empereur Charles (1916-1918) de conclure un accord de paix séparée en 1917 échoue en raison des revendications territoriales de l'Italie. La fureur que cette tentative provoque au sein de l'opinion allemande, place l'empereur dans une position de subordonné vis-à-vis de l'Allemagne dans presque tous les domaines (traité de Spa, mai 1918). Pourtant, la défaite militaire qui se profile ne semble pas devoir entraîner automatiquement la dissolution de l'Empire. À l'intérieur du pays, les minorités opposées au Compromis de 1867 se contentent de réclamer une autonomie accrue et non l'indépendance. Les Etats qui ont émis des revendications territoriales vis-à-vis de la monarchie ont été battus en 1917 et, en Occident, nombreux sont ceux qui voient dans l'Autriche-Hongrie un utile contrepoids à l'Allemagne au centre de l'Europe. Ces voix se contentent d'exiger une réforme fédérale qui mettra fin à la suprématie des élites allemandes et magyares. C'est le refus de ces élites d'envisager une telle réforme et leur pari d'une victoire allemande, qui décident les puissances de l'Entente à suivre les nationalistes exilés qui demandent la dissolution de l'Autriche-Hongrie. A la veille de la défaite de novembre 1918, ces groupes bénéficient également d'un soutien grandissant dans l'Empire et le processus de désintégration commence. Une dernière offre de Charles pour sauver la monarchie par une réforme constitutionnelle fédéraliste est rejetée fermement par Budapest : le Compromis de 1867 a tenu jusqu'au bout, mais pour rien.
La partition…
Le 7 octobre 1918, la République tchécoslovaque est proclamée à Prague et, dans les semaines qui suivent, la Hongrie se comporte comme un Etat indépendant, alors même qu'elle a déjà perdu le contrôle de la moitié de ses territoires au profit de ses voisins.
Le 21 octobre, les Allemands d'Autriche proclament leur rattachement à l'Allemagne et le 29 octobre, les Serbes, les Croates et les Slovènes forment un Etat des Slaves du Sud. Le 11 novembre, jour de l'armistice, l'empereur Charles, dernier des Habsbourg à avoir régné, renonce au trône. Ces bouleversements sont consacrés par le traité de Saint-Germain-en-Laye, signé le 10 septembre 1919, à l'exception du rattachement de l'Autriche à l'Allemagne, pourtant souhaité par toute la population de cet ex-empire qui a eu ses heures de gloire.
(Suite et fin)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.