Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sebastien Ledoux : « Il existe en France de nouveaux conflits de mémoire »
Publié dans El Watan le 24 - 05 - 2010

Comment avez-vous choisi le thème de ce colloque 2010 ? Pourquoi, alors qu'on célèbre les 50 ans de la décolonisation de l'Afrique noire, et bientôt le 50e de l'indépendance algérienne, ce sujet garde-t-il sa pertinence pour les chercheurs ?
Il nous a semblé nécessaire de travailler la question post-coloniale en France par le biais des traces mémorielles. En 2005, la loi du 23 février reconnaissant à la colonisation française un rôle positif en Afrique du Nord, puis les émeutes urbaines de novembre, ont mis sur le devant de la scène cette question, sans forcément y intégrer les théories post-coloniales issues du monde scientifique anglo-saxon. Nous souhaitons donc confronter ces théories avec la réalité d'une société française en profonde mutation. Or, ces mutations se sont cristallisées depuis plusieurs années sur les mémoires post-coloniales devenues des enjeux politiques majeurs. Au-delà d'une actualité souvent « brûlante » et par définition instantanée, les théories post-coloniales et les travaux de recherche sur la mémoire peuvent nous aider à penser, et donc à comprendre, ce qui se joue sur la scène nationale.
Parmi les interventions annoncées le premier jour, on parle de « race, culture raciale et culture coloniale ». Est-ce à dire que ces vieux démons ont la vie dure ?
La République française s'est en grande partie construite dans son discours sur l'évacuation des questions « raciales » pour édifier une identité exclusivement citoyenne. L'irruption de ces questions, favorisée par le délitement de l'imaginaire national traditionnel français depuis une quarantaine d'années, est un regard plus abrupt, mais moins hypocrite, sur les dynamiques d'exclusion sociale et politique qui touchent les populations issues de l'immigration aujourd'hui. La recherche scientifique doit s'emparer de ces questions qui taraudent notre société tout en évitant de réduire chaque individu à une identité exclusive de type racial, religieux, etc. C'est tout l'intérêt des théoriciens du post-colonial qui insistent sur les notions de circulations et de créations identitaires en mouvement dans notre monde de plus en plus globalisé.
Dans le contexte où les luttes mémorielles ne cessent d'occuper le devant de la scène publique, votre contribution portera sur le « devoir de mémoire, expression du post-colonial ? ». Quelle sera désormais la place pour les « mémoires post-coloniales », dont on a vu encore récemment qu'elles sont vilipendées, avec la polémique autour du film Hors-la-loi, de Bouchareb, projeté à Cannes.
Soulignons d'abord que le fait que ces mémoires post-coloniales soient justement sur le devant de la scène est tout à fait nouveau en France. Les conflits des mémoires coloniales ont été pendant longtemps cantonnés entre les anciens combattants de l'armée française en Algérie et les rapatriés, à propos, en particulier, du choix d'une journée de commémoration pour la guerre d'Algérie. Des groupes sociaux, issus de l'immigration post-coloniale, ont revendiqué à partir des années 1990 leur droit de cité à travers un devoir de mémoire. Ils ont été en cela relayés par des politiques, comme la députée Christiane Taubira, qui a fait voter une loi en 2001 reconnaissant l'esclavage comme crime contre l'humanité, par des artistes comme Rachid Bouchareb, ou par des scientifiques engagés.
Ces mémoires s'octroient en fait progressivement une place au sein de la société française, ce qui crée, par contre, effectivement en retour des réactions fortes de la part de groupes de mémoires antagonistes, comme celui des rapatriés d'Algérie défendus en particulier par des élus de droite, ou de la part des défenseurs d'une « identité nationale » qui serait menacée par ces nouvelles mémoires. Il existe donc en France des nouveaux conflits de mémoire, autour de la mémoire coloniale essentiellement, mais cette conflictualité sociopolitique démontre aussi par de nombreux aspects l'existence désormais publique des mémoires post-coloniales. Ce colloque est là pour rendre compte à la fois des enjeux des conflits, mais aussi des expressions multiformes de ces mémoires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.