Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Du nouveau pour les 18-40 ans: Une allocation chômage qui ne dit pas son nom
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 10 - 2009

Toutes les personnes de nationalité algérienne en situation de précarité, inactives et sans revenu, âgées de 18 à 40 ans, peuvent désormais bénéficier du nouveau dispositif d'insertion sociale. Elles peuvent, à l'issue de l'étude de leur dossiers, être placées dans des entreprises, des administrations, des locaux d'artisans, des associations, etc. pour un contrat d'une année renouvelable une fois, et des indemnisés à hauteur de 6.000 dinars par mois.
L'insertion de ces personnes au sein des entreprises publiques, privées ou des administration, leur indemnité, les conditions de leur éligibilité, la durée de l'insertion et de l'indemnité, etc. viennent d'être fixées par un nouveau décret exécutif paru sur le Journal officiel. Ce décret (09-305 du 10 septembre 2009), relatif au dispositif d'activité d'insertion sociale, a pour objet de fixer le cadre général de ce dispositif et les modalités de sa mise en oeuvre.
L'objectif visé par les pouvoirs publics, à travers la promulgation de ce nouveau décret, tourne essentiellement autour de l'insertion des jeunes sans revenus et en situation de précarité, notamment ceux issus des déperditions scolaires, la valorisation d'action pour le développement local et la lutte contre la pauvreté et la marginalisation.
Ce dispositif concerne les domaines d'activité d'utilité publique et sociale, entre autres, la protection de l'environnement, l'agriculture, le tourisme, les services, l'artisanat, l'accompagnement des personnes âgées, l'aide à domicile des personnes handicapées, etc.
Toutes les personnes insérées dans le dispositif bénéficient des prestations d'assurance sociale en matière de maladie, de maternité, d'accident du travail... conformément à la législation en vigueur.
A la faveur de ce nouveau décret, les personnes de nationalité algérienne âgées de 18 à 40 ans, en situation de précarité sociale, inactives et sans revenu sont éligibles au bénéfice de ce dispositif. Une fois le dossier du postulant retenu par la commission de wilaya (commission de sélection), les personnes insérées dans le dispositif sont placées auprès des collectivités locales, des administrations publiques, des entreprises publiques ou privées et des entreprises et institutions intervenant dans l'artisanat ou dans des association ou coopératives agricoles. Les personnes postulant au dispositif doivent au préalable s'inscrire auprès des services de la direction de l'action sociale de la wilaya. Le bénéfice de ce dispositif est exclusif de tout autre dispositif similaire mis en place par l'Etat.
Les bénéficiaires du dispositif sont engagés sur la base d'un contrat d'une année renouvelable une seule fois. Il perçoivent une indemnité de 6.000 dinars par mois. Il peuvent en outre bénéficier d'une formation compatible avec les tâches qui leurs sont confiées. Le contrat est établi entre le bénéficiaire, l'organisme d'accueil, la direction de l'action sociale de wilaya et l'agence de développement social.
Sur la base des dispositions du contrat, le bénéficiaire est tenu d'achever la période d'insertion sociale, de respecter le règlement intérieur de l'organisme d'accueil et d'informer les services de la direction de l'action sociale au cas où il trouve un emploi. Pour sa part, l'organisme d'accueil se doit de réunir les conditions adéquates pour l'insertion sociale, d'accompagner et d'encadrer les bénéficiaires, d'aviser, en cas de rupture unilatérale de contrat, les services de l'action sociale, de l'agence de développement social et le bénéficiaire dans un délai d'un mois avant la date de la résiliation du contrat. La rupture non justifiée du contrat par le bénéficiaire entraîne la suspension de l'indemnité.
C'est le ministère chargé de la Solidarité nationale qui prend en charge les dépenses inhérentes au financement de ce dispositif. Les dotations financières du ministère sont gérées par l'Agence de développement social qui a aussi pour mission d'assurer la gestion du dispositif en relation avec la direction de l'action sociale de wilaya.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.