Les écrits journalistiques de Bennabi dans la presse algérienne    Présidentielle 2019 :l'art de bricoler un mandat à blanc    La mémoire, madame, la mémoire !    «Les personnes inscrites au DAIP seront permanisées en 2019»    L'urgence d'explorer d'autres solutions    Les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Trump veut un référendum au Sahara Occidental    Le Hamas débouté par la justice européenne    L'opposant Bédié évoque une alliance avec l'ex-président Gbagbo    Riyad Mahrez dans la short-list    Le calendrier fixé    Sensibilisation sur les risques en milieu professionnel    4 personnes sauvées in extremis d'une asphyxie    Le satisfecit d'Alger    Ouverture du Festival national du théâtre amazigh    «Ach dak temchi lezine...»    «Investir dans la ressource humaine pour promouvoir le patrimoine culturel»    Béchar : Sensibilisation sur l'économie de l'eau    En bref    Mostaganem : Les communes déchargées de la gestion de l'eau au profit de l'ADE    Culture : L'artiste-peintre Mohamed Bachir Bouchriha expose    Sidi Bel Abbès : Formation sur la gestion des risques    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Tizi Ouzou: Des investisseurs prennent possession de leurs terrains    Son frère interpellé en Algérie: L'assaillant du marché de Noël à Strasbourg tué    Tebessa: Peine capitale contre l'auteur d'un crime    Le poids d'une non-candidature    Ligue des champions (16es de finale): JSS - IR Tanger, aujourd'hui à 17h45- Faire le plein à domicile    Coupe de la CAF - 16èmes de finale Aller : USMBA - Enugu Rangers aujourd'hui à 16 h 00 - Rude mission pour les Belabbésiens    Mercato d'hiver - Clubs interdits de recrutement: La LFP hésite à publier la liste définitive    Grève des contrôleurs aériens en France: Perturbations sur les vols d'Air Algérie vers Paris et Marseille    Messahel à une réunion sur la Réforme du Conseil de sécurité de l'ONU à Freetown    "La Maison-Blanche projette un coup d'Etat au Venezuela"    La CAF face aux retraits de dernières minutes    Arrestation de 6 éléments de soutien aux groupes terroristes à Tébessa    Plusieurs wilayas en alerte !    "Nos hôpitaux sont noyés de maladies cardio-vasculaires"    Le Stade Malien en quête de revanche    Séminaire des arbitres d'élite à Sidi Bel-Abbès    Entame de l'édition 2018 à Oran    Mustapha Lehbiri opère un mouvement partiel    Naïma Salhi crache son venin sur l'Identité nationale    Autour des manuscrits des croyances    FUSILLADE DE STRASBOURG : Le frère du tireur arrêté en Algérie    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    L'idée de la distribution digitale nécessite un développement, mais nous n'en sommes pas très loin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Annulation du projet d'El Ezz Steel à Bellara: Temmar établit un lien avec le match Algérie-Egypte
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 05 - 2010

Le football sera-t-il désormais l'explication facile pour tout ce qui se rapporte aux relations algéro-égyptiennes ? L'approche est contestable...
Les groupes Mtsui (Japon), ArcelorMittal (Inde) et Cévital (Algérie) ont fait des offres pour la réalisation de projets sidérurgiques dans la zone industrielle de Bellara, à Jijel. C'est cela la vraie nouvelle annoncée par Hamid Temmar, ministre de l'Industrie et de la Promotion des investissements, l'annulation du projet El Ezz Steel étant déjà connue (cf Le Quotidien d'Oran du 13 avril 2010 - Pourquoi El Ezz Steel n'investira pas en Algérie).
Des trois projets en lice, deux seulement seront retenus, a indiqué jeudi le ministre en réponse à une question orale d'un député. «Nous sommes en train d'étudier trois offres des groupes Mitsui (japon), ArcelorMittal (Inde) et Cévital (Algérie) pour la réalisation de ces projets sidérurgiques. Mais la superficie limitée de la zone (de quelque 500 hectares) ne nous permet pas d'accepter plus de deux d'entre eux ». Ces offres interviennent suite au «récent gel » du projet d'El Ezz Steel.
La vraie nouveauté sur le dossier El Ezz Steel est que c'est bien la première fois qu'un ministre algérien établit un lien entre l'annulation d'un projet d'investissement égyptien et la «crise » née entre l'Algérie et l'Egypte du fait de la compétition pour l'accession à la phase finale de la Coupe du monde. «Nous avions entamé les discussions avec El Ezz mais les événements entre l'Algérie et l'Egypte, suite au match de football, et la crise économique internationale ont conduit au gel total du projet», a-t-il déclaré. Quelle est la part de la crise économique internationale et de la «crise footballistique » algéro-égyptienne dans l'annulation de ce projet d'investissement de 1,25 milliard de dollars ? Les propos de M. Hamid Temmar ne donnent pas une indication.
Certaines sources, qui avaient annoncé il y a plusieurs semaines la fin du projet El Ezz Steel à Jijel, minimisent l'importance des disputes footballistiques. Ou alors, elles ont un effet très indirect. Selon ces sources, le groupe d'Ahmed Ezz, un proche de Hosni Moubarak et un dirigeant du PND au pouvoir, comptait sur son entregent politique pour obtenir des privilèges en Algérie. El Ezz ne se contentait pas des facilités fiscales et parafiscales et des avantages spécifiques accordés par le Conseil national des investissements (CNI). Il cherchait à obtenir que l'Algérie lui construise un quai à Bellara et lui garantisse du gaz à prix subventionné pour une durée de 25 ans. El Ezz attendait également que l'Etat algérien construise une centrale électrique. La «crise footballistique » a eu peut-être l'effet de convaincre Ahmed Ezz qu'il est vain d'essayer d'obtenir ces privilèges...
Le football ou l'effet Lafarge ?
«Si le politico-entrepreneur égyptien abandonne son projet, c'est qu'il a fini par se convaincre peut-être qu'en l'état actuel des désamours officiels et populaires, sa quête de privilèges ne sera pas assouvie », pouvait-on lire le 13 avril dernier dans notre journal. Au moment de la signature du contrat en 2009, Ahmed Ezz ne tarissait pas d'éloges pour le «climat favorable et propice pour l'investissement en Algérie » et les «conditions favorables à même de relancer et d'inciter à l'investissement en Algérie où existent de nombreuses opportunités favorisées par des mesures d'encouragement et d'incitation ». Le groupe égyptien semblait compter sur des liens politiques - aujourd'hui quelque peu distendus - pour avoir plus de privilège. Le football - et ses débordements - n'est qu'un ingrédient - pas le plus important - dans l'attitude de ces hommes d'affaires égyptiens. Le dernier bilan présenté par Orascom Télécom montre que les pertes d'abonnés enregistrés par Djezzy dans la foulée des disputes liées au football ont été rattrapées et dépassées. Djezzy a même enregistré un accroissement de 4,6% de ses abonnés. Si aujourd'hui Orascom cherche à se retirer d'Algérie, il serait faux d'en incriminer le football... L'effet le plus sérieux a été la vente de la filière ciment à Lafarge qui a entraîné un changement lourd dans la législation algérienne en matière d'investissement. Voilà un contexte plus sérieux pour expliquer le renoncement d'El Ezz Steel que cette histoire de ballon.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.