Forum mondial de l'eau en Indonésie: l'Algérie se distingue par ses positions claires    Para-athlétisme/Mondiaux de Kobe-2024: nouvelle médaille d'argent pour l'Algérie, grâce à Ziamni    Ligue 1 Mobilis: duel à distance pour la place de dauphin, choc "à six points" pour le maintien    Grand Prix International de la Ville d'Alger: 70 coureurs au départ de l'édition 2024, prévue sur 82,5 km    Les SMA célèbrent leur Journée nationale sous le slogan "Les Scouts toujours au service de la patrie"    Deuxième Forum du livre: une quinzaine d'inventeurs et de créateurs algériens distingués    L'armée sahraouie cible le siège d'un bataillon des forces d'occupation marocaines dans le secteur de Mahbes    La prévention des conflits en Afrique devrait être une priorité    Benbraham exhorte depuis Akbou à amplifier le mouvement associatif    Deux terroristes abattus dans la wilaya de Chlef    Pêche: Badani donne à Tipasa le coup d'envoi de la campagne de pêche au thon rouge    Le renforcement du parc hôtelier entraînera la baisse des prix    Formation professionnelle: Merabi préside une réunion d'évaluation de l'état d'avancement du processus de numérisation    Agriculture: Création d'une entreprise publique de développement des cultures agricoles stratégiques    Attaf copréside une séance de travail avec son homologue sénégalaise    Infrastructures routières: accorder une importance majeure au Grand sud    La rencontre du président de la République avec les chefs des partis politiques représentés aux Assemblées élues saluée    « Son application ne fera que renforcer l'Etat et protéger le citoyen de tout acte malveillant »    Mondial Para-athlétisme : Médaille de bronze pour Baka (1500m) et Bouchref    Mise à jour de la Ligue 1 Mobilis    US Souf : Six mois de suspension fermes pour le dirigeant Attoussi Belkhir    La Norvège va reconnaître l'Etat de Palestine à compter du 28 mai    La CPI doit également enquêter sur les ministres britanniques    L'entité sioniste persiste dans sa politique de profanation et de judaïsation de la Mosquée Al-Aqsa face au silence de la communauté internationale    Le HCLA célèbre la littérature pour enfants    Poursuite des campagnes d'hygiène et de propreté en prévision de la saison estivale    Saisie de 7,920 capsules de psychotrope et arrestation de 7 individus    Ouverture à Alger de la 2e édition    Le projet d'extension de l'aérogare réceptionné    Ouverture du 16e Salon national des arts plastiques    "Zawaya", nouvelle plateforme électronique dédiée aux productions cinématographiques et télévisuelles algériennes    Les candidatures sont ouvertes jusqu'au 27 juin 2024    « c'est ainsi que La Bataille d'Alger nous inspire ! »    Le Président Tebboune rencontre les chefs des partis représentés au sein des Assemblées élues    Le président de la République rencontre les chefs des partis politiques représentatifs au sein des Assemblées élues    Message de condoléances du Président Tebboune    Le pouvoir politique US des deux poids, deux mesures….    Palestine. Mieux vaut tôt que jamais    Le droit de massacrer, de Sétif à Gaza    Megaprojet de ferme d'Adrar : « elmal ou Etfer3ine »    Témoignage. Printemps Amazigh. Avril 80    Le Président Tebboune va-t-il briguer un second mandat ?    L'imagination au pouvoir.    Prise de Position : Solidarité avec l'entraîneur Belmadi malgré l'échec    Ils revendiquent la régularisation de la Pension complémentaire de retraite: Sit-in des mutualistes de la Sonatrach devant le siège Aval    Coupe d'afrique des nations - Equipe Nationale : L'Angola en ligne de mire    Suite à la rumeur faisant état de 5 décès pour manque d'oxygène: L'EHU dément et installe une cellule de crise    Pôle urbain Ahmed Zabana: Ouverture prochaine d'une classe pour enfants trisomiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Jeu de la mort
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 06 - 2011

Dans un monde arabe où l'opacité des régimes est une règle sacrée, les citoyens, quand ils ne sont pas définitivement dégoûtés, essayent de deviner comment pensent ceux qui les gouvernent. Et à chaque fois qu'un petit épilogue arrive, comme c'est le cas pour la Tunisie et l'Egypte, ils découvrent que la réalité dépasse, en grotesque et en sordide, leur imagination. Demain, la Tunisie entame un procès de Ben Ali et de sa femme. Les Tunisiens n'auront pas la possibilité de voir le dictateur rendre des comptes. Mais aujourd'hui qu'ils sont un peu mieux informés de ses turpitudes et de ses petitesses, ils découvrent qu'ils lui ont, malgré eux, prêté plus qu'il ne mérite. Les citoyens sont comme ça. Même écrasés, ils sont trop grands pour imaginer l'ampleur de la petitesse qui se drape derrière les grands mots. Dans tous les cas de figure, les citoyens, même les moins instruits, ont une appréciation trop rationnelle sur des comportements de pouvoir qui ne le sont pas.
Pourtant, ce qui se passe actuellement en Syrie défie les esprits les plus «pervers». Comment expliquer ce terrible aveuglement d'un régime qui avait les possibilités d'organiser un changement pacifique, où le salut, voire la reconversion de ses membres pouvaient être assurés, mais qui a choisi délibérément de déclencher une guerre générale contre sa population ? Ce paysage de tentes blanches alignées en Turquie, où des Syriens terrorisés viennent se réfugier avec femmes et enfants, est l'illustration d'une démarche perverse d'un régime qui a décidé, avec une démesure caricaturale, qu'il était le pays. Et qui pousse les habitants, par la terreur, à le quitter.
Bachar Al-Assad aurait pu organiser le passage en douceur vers une nouvelle étape. Mais c'était avant que tant de sang ne coule. Il a voulu reproduire la répression «exemplaire» de Hamma, menée par son père Hafedh Al-Assad contre les Frères musulmans et qui a fait entre 15.000 et 20.000 morts. Bachar Al-Assad s'est trompé d'époque et de peuple. Il y a aujourd'hui de la répression, mais elle n'est plus «exemplaire». Elle crée au contraire plus de contestation et plus de détermination. Le régime syrien, ne connaissant pas d'autre langage que celui de la force, a décidé d'aller vers l'escalade. Bachar Al-Assad accule les Syriens et cherche à les priver de leur pays. Les Syriens désormais ne cherchent plus à comprendre ce qui se passe dans la tête d'un «jeune» président présumé instruit. C'est qu'il n'y a rien à comprendre. Bachar Al-Assad n'est désormais plus un élément de la solution, il est un des premiers éléments du problème.
Au Liban, en écho à ce qui se passe en Syrie, des affrontements ont eu lieu entre alaouites (auxquels appartient Bachar Al-Assad) et sunnites. Un régime qui a choisi de dialoguer par le feu avec le peuple et qui n'éprouve aucune honte à ce que ses citoyens fuient par milliers dans un pays voisin, n'hésitera pas jouer sur tous les registres, y compris à allumer les feux des conflits confessionnels.
La situation en Syrie est d'une extrême gravité. L'absence d'intervention énergique des régimes arabes et de leur «ligue» face à un régime qui a perdu tout crédit moral est en train de créer les conditions d'une intrusion extérieure qui sera nécessairement dévastatrice. L'engrenage est en marche. Il ne reste plus que l'espoir, ténu, d'une implication politique plus forte et plus énergique de la Turquie pour contraindre le régime à stopper ce jeu de la mort.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.