L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



LE PATRIARCHE SEME LES TURBULENCES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 02 - 2012

Le Sénégal a longtemps fait figure d'îlot de stabilité et de relative dé mocratie de sa vie publique. Sans grave crise de pouvoir. Cela risque de n'être plus qu'un souvenir depuis que le patriarche Abdoulaye Wade a décidé, à l'âge de 86 ans, malgré ses engagements précédents, de se représenter pour un nouveau mandat.
Les électeurs sénégalais qui se rendent aujourd'hui aux urnes sont invités, de facto, à valider un coup de force constitutionnel. Après avoir verrouillé la Constitution en limitant le nombre des mandats, le vieux patriarche, sans doute dépité de ne pouvoir placer son fils en successeur direct, a décidé de la «déverrouiller»… Il a décidé que son premier mandat ne doit pas être comptabilisé, chose qui fait sursauter les juristes. Mais peu importe : du moment que les membres du Conseil constitutionnel sont «ses» hommes, la candidature du vieux est validée. Avec un argument qu'on retrouverait parfaitement dans un délire de patriarche si brillamment conté par Garcia Marquez : «Je l'ai dit, je me dédis». Et, semble-t-il, dans le style gros roublard, Wade a expliqué que lorsqu'on se dédit, c'est celui qui a cru aux propos qui a tort !
«Un peuple peut-il faire confiance à quelqu'un qui se donne le droit de dire une chose et son contraire ?», s'est écrié un ami sénégalais. Ce n'est même pas une question. Mais dans ce scrutin qui se tient dans un climat de violence et de tension, et où les dés sont pipés, le Sénégal s'enfonce dans une régression qui ne semblait pas inéluctable. Il devient même éligible, chose inimaginable il y a encore dix ans, à l'intrusion des militaires dans le jeu politique. Il y a trop de mépris et de légèreté dans la démarche de ce patriarche, qu'on aurait vu volontiers prendre une retraite philosophique au lieu de s'accrocher aussi férocement au pouvoir pour que cela reste sans conséquence.
Pour beaucoup, les jeux sont faits : Abdoulaye Wade n'a pas mis en branle toute cette machine à bloquer le temps pour se contenter de faire de la figuration. Mais sa victoire, ultime vanité du vieillard encouragé par une cour sans vision et très corrompue, sera un danger pour son pays et son peuple.
Bien sûr, M. Wade s'appuie sur des clientèles et des soutiens. Mais cela ne légitime pas qu'il ait choisi de casser une tradition sénégalaise où les présidents savent tirer leur révérence à temps et prendre une retraite respectable. Demander un autre mandat à 86 ans, c'est de la caricature, du grotesque.
Et c'est d'autant plus regrettable que le Sénégal, sans être un paradis, n'a pas l'habitude de se donner en spectacle au reste du monde. Wade a sans doute l'idée fixe de faire hériter son rejeton du pouvoir d'une manière ou d'une autre. Mais cette incroyable lubie a un prix : Wade sera peut-être «élu», mais le Sénégal n'aura jamais été autant divisé. Bien sûr, l'opposition sénégalaise est trop divisée pour constituer une menace à cette réélection et la répression fait son œuvre.
Mais le pays est entré en turbulence. Les ingrédients sont déjà là. Entre une jeunesse, dont une partie est gagnée par le désespoir, et le patriarche qui refuse de céder, la distance est trop grande. Le Sopi, changement en wolof, qui avait été le mot d'ordre de Wade il y a plus d'une décennie, n'ayant plus la possibilité de s'exprimer par la politique, pourrait trouver son expression dans la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.