CS Constantine : La démission de Redjradj entérinée    483 nouveaux cas confirmés et 7 décès en Algérie    Covid-19/sétif: appel aux volontaires médecins et paramédicaux pour prêter main forte au staff médical en activité    Polsario: il est évident que l'UE ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Boukadoum à Anadolu: Alger œuvre pour l'intégrité territoriale de la Libye    MESURES PREVENTIVES CONTRE LE COVID19 : Les walis impliqués dans les mécanismes d'application    TIZI OUZOU : Vers l'ouverture de deux nouveaux services Covid-19    TAMANRASSET : Un terroriste capturé à In M'guel    Le mandat présidentiel et le rôle de l'armée au centre de la contribution de Abdelaziz Rahabi au débat sur l'avant-projet de Constitution    Covid19-Prise en charge des patients: vers l'augmentation des capacités d'accueil des hôpitaux    Belhimer: les médias publics doivent se réorganiser "de manière profonde"    YEMEN: REQUIEM POUR UN PEUPLE    Le parlement vote une loi controversée sur les avocats en Turquie    Cap sur les mines    Encore un doublé de Benrahma    À qui profitent les blocages ?    Soutien des porteurs de projets: prochaine mise en place d'un Fonds de financement des start-up    Le FFS face au défi du rassemblement    La classe politique sort de sa léthargie    Le RCD s'en prend aux "philistins attitrés"    Raid policier avant des primaires de l'opposition    Démission du ministre de la Justice    Le Chabab défend le recrutement de Benmenni (CABBA)    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Kafkaien    La nouvelle feuille de route    Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Un recrutement en catimini    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    MO Béjaïa : Le club interdit de recrutement    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Palestine : El-Qods sous la botte de Tsahal
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 07 - 2012

Depuis le début du «Printemps arabe», Israël accentue les opérations d'occupation de ce qui reste de la Palestine. Même la mosquée El-Aqsa n'échappe pas à la judaïsation tous azimuts de la Palestine.
Profitant de la situation qui prévaut depuis plus d'un an dans le monde arabe, dont certains pays vivent une crise politique majeure tels la Libye, le Yémen et l'Egypte, ou en situation de guerre civile comme la Syrie, le gouvernement israélien intensifie ses plans d'occupation de la Palestine, notamment la ville sainte d'El-Qods (Jérusalem). C'est ce qui ressort du rapport semestriel de l'Institution internationale «El- Qods». De nouvelles constructions en tout genre, entre logements, centres culturels juifs, centres commerciaux et hôtels encerclent le dôme du rocher, la mosquée El-Aqsa. Le comité interministériel du gouvernement israélien, en charge de cette mission, vient d'approuver un nouveau projet présenté par les partis de droite relatif à l'annexion du mont des Oliviers (Jabal Ezaytoun), le considérant comme le 1er cimetière juif dans le monde et un lieu historique et national pour les juifs. Dans le même temps, les tribunaux israéliens multiplient les ordres d'expulsion de familles palestiniennes établies à Jérusalem depuis des lustres sur la terre de leurs ancêtres. Le rapport cite l'exemple de tout un immeuble «dégagé» des arabes pour y implanter à sa place une synagogue. La volonté d'Israël d'occuper entièrement El-Qods est contenue dans ce qui est appelé «le projet du Bassin Sacré». En clair, Israël veut s'attribuer à lui seul l'héritage et l'histoire de Jérusalem (El-Qods) en effaçant et reniant la légitimité historique des arabes et autres ethnies (arméniens, kurdes…) sur la Palestine, toute la Palestine. D'ailleurs, l'occupation de la totalité de Jérusalem est, pour Israël, une question réglée, donc exclue des pourparlers de paix avec l'Autorité palestinienne.
Le rapport relève, en outre, l'organisation par le gouvernement israélien d'un festival culturel varié, du 6 au 14 juin dernier, sous le slogan «Semaine de la lumière», pour célébrer l'unification de Jérusalem. C'est donc par le biais de la culture et des arts, autre stratégie, qu'Israël judaïse tous azimuts la ville d'El-Qods, trois fois sainte. Pratiquant la politique du fait accompli, le gouvernement d'Israël s'active à «nettoyer» les villages millénaires à proximité de la ville sainte, isolés par le «mur de séparation». Plus de 100.000 Palestiniens sont concernés. La méthode ? Ces villages, jusque-là sous administration civile israélienne, viennent de basculer sous la coupe de l'administration militaire. Conséquences : ils n'auront plus accès aux services publics classiques : école, santé, etc. En réalité, toute la stratégie du gouvernement israélien repose sur un nettoyage ethnico-religieux de Jérusalem et ses environs. El-Qods sera (est) exclusivement ville à très large majorité juive. Le plan d'Israël est de construire aux alentours du «Bassin sacré» (Jérusalem) un autre référant religieux sous l'appellation de «Jardin biblique». Ces événements se passent alors que le reste du monde a les yeux braqués sur la guerre civile en Syrie et les soubresauts politiques dans les autres pays arabes. Profitant du «Printemps arabe», le gouvernement israélien a «légalisé» le contrôle par des soldats de son armée de l'intérieur de la mosquée El-Aqsa. Des soldats, armes à la main, piétinent avec leurs godasses les tapis de prière de la mosquée, sous prétexte d'un contrôle inopiné pour arriver, aujourd'hui, à truffer la mosquée El-Aqsa de multiples caméras de surveillance. Le troisième lieu saint de l'islam est «violé», piétiné, pendant que la communauté arabe est aux prises avec ses démons et l'Occident englué dans la crise financière et bancaire.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.