Le Parti de la liberté et de la justice tient son 2e congrès    Naples : Une piste en Italie pour Adam Ounas    M. Lamamra présente à Malabo un exposé sur le rapport du président de la République sur la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent en Afrique    Liverpool-Real Madrid : Les compositions d'équipes    Le partenariat avec des entreprises mondiales, principal axe de la politique énergétique nationale    Les Palestiniens célèbrent le 58e anniversaire de la création de l'OLP    Football / Ligue 1 algérienne : la JSK consolide sa place de dauphin    Ouverture prochaine d'un hôpital des urgences médico-chirugicales à Annaba    Variole du singe: le ministère de la Santé prêt à assurer la protection des citoyens    Des chercheurs et des moudjahidine reviennent sur le parcours révolutionnaire du défunt moudjahid Salah Boubnider    Tenue de la 3e session des concertations politiques algéro-vietnamiennes    Amnesty International appelle l'occupant marocain à arrêter de "harceler" les militantes sahraouies    Les jeunes appelés à demeurer fidèles au serment des chouhada et poursuivre les efforts pour le développement du pays    Tebboune en Italie: «Convergence totale» des points de vue    Equipe nationale: Sept nouveaux joueurs retenus par Belmadi    Boxe - Imène Khelif : Une footballeuse devenue championne de boxe    Le ministre du Travail: Une nomenclature des métiers en cours de finalisation    La liberté de tuer    Hadj: Début des procédures administratives    Une opération de contrôle des centres de remise en forme: Des produits chimiques périmés saisis    Gdyel: Deux blessés dans l'explosion d'un chauffe-bain    Rupture des médicaments: Le Syndicat national des pharmaciens rassure    APN: Déchéance de Mohamed Bekhadra de son mandat de député    Tiaret: Le percussionniste d'Ali Maâchi n'est plus    75ème édition du festival de Cannes - Entre l'Algérie et le Maroc, la guerre des Chiffons    Le Caftan bleu, le film mal cousu de Maryam Touzani en clôture d'Un certain Regard    Une sprinteuse algérienne aux portes de l'UTEP    Moscou accuse l'Occident de bloquer les exportations d'Ukraine    L'armée du Niger élimine une quarantaine de terroristes    Un «berceau de l'espoir» malgré de nouveaux défis    Mouvement dans les services externes    Me Bitam dame le pion à Salah Hadjam    L'accès sera-t-il réellement gratuit?    Le grand apport de l'arbre    Un réseau de dealers démantelé à Draâ Ben Khedda    La diplomatie parlementaire à l'honneur    La chèvre kabyle en voie de disparition    Les assurances de Zeghdar    La belle!    Brèves Omnisports    Bouslimani brandit «l'arme» médiatique    Tebboune visite la prison du roi numide Jugurtha    «Les cultures entretiennent un dialogue musical»    Le Président Tebboune regagne Alger au terme d'une visite d'Etat en Italie    Lancement de la chaîne parlementaire: ancrage de l'exercice démocratique    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie au Népal    L'ONU à l'épreuve des enjeux géopolitiques et stratégiques du 21ème siècle    Affaire GB Pharma: Ouyahia et Sellal condamnés à 3 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise en Ukraine : Le dilemme européen
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 03 - 2014

L'Europe et les USA annoncent des sanctions symboliques contre la Russie. Moscou demeure inébranlable. Vladimir Poutine sait très bien les limites des Occidentaux : en cas de boycott de l'économie russe, celle de l'Europe, déjà en difficulté, s'écroulera.
En attendant la réunion, en session extraordinaire, des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union européenne (UE) prévue ce jeudi et vendredi à Bruxelles, ce sont donc les ministres des Affaires étrangères qui ont annoncé, lors de leur rencontre à Bruxelles mercredi dernier, une première salve de sanctions visant 21 hauts responsables de Crimée, d'Ukraine et de Russie en réponse aux choix, par le référendum du 16 mars, du peuple de Crimée de rejoindre la Fédération de Russie. Sanctions qui prêtent plus au «symbole politique et diplomatique» qu'à une riposte franche, ferme qui refroidirait les ardeurs et l'engagement de Moscou dans la région et l'obligerait à céder aux pressions des Occidentaux (USA et Europe). 21 personnalités dont l'ex-chef de l'Etat ukrainien, Victor Inoukovitch, le 1er ministre de Crimée, le président du Conseil suprême, certains parlementaires russes et d'autres seconds couteaux du nouveau régime en Crimée seront privées de visas de circulation dans les pays de l'UE. Au même moment, les USA annonçaient les mêmes sanctions pour la même liste de personnalités avec, en plus, le gel des avoirs financiers de certaines d'entre-elles.
Désormais, les regards sont tournés vers Moscou pour juger de sa réaction. Et Vladimir Poutine est resté de marbre, annonçant qu'il va solliciter la Douma (chambre basse du Parlement russe) pour mettre en route les procédures juridiques pour «l'inclusion» de la Crimée dans la Fédération russe. Que peuvent faire les Occidentaux après «l'annexion» définitive et officielle de la Crimée à la «mère patrie» russe ? Ils laissent entendre qu'ils précéderont à des sanctions économiques qui ébranleront le régime de Vladimir Poutine. Comment ? Sur quels segments de l'économie russe ? Avec quelles conséquences en retour sur les Occidentaux ? Ce qui est, en revanche, certain, c'est que la Russie dispose, elle aussi, de moyens de réplique qui auront un impact catastrophique sur l'économie des pays de l'UE. 3e partenaire économique et commercial de l'UE, la Russie dispose de «l'arme» de l'énergie : le gaz. Près de 30% du gaz consommé en Europe provient de Russie. Cependant, certains pays européens y dépendent à 100%, tels les pays Baltes, d'autres à 60 et 80% comme la Pologne, l'Ukraine et l'Allemagne et d'autres comme la France, d'à peine 15%.
C'est sur cette disparité dans la dépendance du gaz russe que Vladimir Poutine compte pour s'éviter l'unanimité dans le degré et la nature des sanctions et menaces brandies par les Européens. Par ailleurs, il faut rappeler qu'en matière de commerce et investissement, les Européens réalisent plus de 48% de leur chiffre d'affaires en Russie. Cela va du secteur de l'automobile aux services (16.000 permis de travail délivrés aux Européens chaque année) et jusqu'au secteur de l'armement. Cependant, les Européens disposent d'un avantage : 75% des investissements étrangers en Russie proviennent de l'Europe. L'interdépendance des économies russe et européenne est si dense qu'un «boycott» de l'économie russe provoquera une «débâcle» économique et politique en Europe. Plus risqué encore : les accords de partenariat stratégique Otan-Russie, actés depuis 1997 et gérés depuis 2002 par le Conseil Otan-Russie (COR). L'équilibre géostratégique du monde en dépend. Rappelons-nous l'épisode (lancé sous l'ère de George W. Bush) du «bouclier antimissile» américain en Pologne et Tchéquie, mis en veilleuse après l'opposition de Moscou. Tant d'intérêts réciproques sont en jeu qu'une guerre économique (ou manœuvres militaires) entre Russes et Occidentaux serait catastrophique pour tous, y compris pour le reste du monde. Les dirigeants politiques des deux camps le savent, en sont conscients et n'ont d'autre choix que la voie diplomatique et la négociation pour s'en sortir par le «haut». C'est ce que prônent des pays comme l'Allemagne et l'Italie parce que plus touchés (gaz) en cas de crise ouverte avec la Russie. Du coup, la crise en Ukraine ne pourra pas se passer, éventuellement, d'autres puissances régionales (Chine, Inde ?) qui serviront de médiateurs entre les Occidentaux et les Russes. Comble de l'absurde, le cadre onusien apparaît comme trop étroit pour la gestion de cette crise : la Russie dispose du droit de veto au Conseil de sécurité. Habitués à prévenir les crises de cette ampleur, d'aucuns s'interrogent sur la «maladresse» et «l'amateurisme» diplomatique des Européens dans la gestion de l'affaire ukrainienne depuis son début en novembre dernier, lorsque le président déchu, Victor Ianoukovitch, s'est vu refuser une aide financière au moment de la signature de l'Accord d'association. Aide consentie (promise), finalement, au nouveau gouvernement de Kiev.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.