Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soldes d'hiver : Entre bonnes affaires…et arnaques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 02 - 2015

Avec l'économie de marché et la mondialisation les Oranais ont fini par faire adopter les soldes comme un mode de consommation à part entière. Pour des consommateurs aux regards constamment rivés sur l'évolution des mœurs de consommation en Occident, les soldes ne semblent pas, en effet, une découverte, mais une aubaine à ne pas rater. Pour ceux, et surtout celles, ayant des bourses limitées mais qui cherchent des articles de marque, ces soldes sont du pain bénit. Le concept existe depuis quelques années déjà, mais sa mise en application sur le terrain reste à clarifier et à organiser. A Oran, c'est la période des soldes. La plupart des magasins, notamment ceux du prêt-à-porter et de la maroquinerie, affichent des réductions qui vont de 20 à 60%, voire même 80% du prix de l'article. Lancés depuis une quinzaine de jours conformément à la loi, les soldes d'hiver ne jouent pas le jeu comme il se doit. Cette pratique n'a pas été épargnée par l'escroquerie. Certains consommateurs ne connaissent pas les prix réels des produits et les sites officiels du déroulement de ces ventes. Certains magasins ont même lancé les soldes avant la période officielle. Les réductions sont fictives, les prix initiaux ne sont pas connus ; certains ne respectent pas la période fixée par la loi et affichent le mot «soldes» sur leurs vitrines tout au long de l'année. A Oran certains magasins de vêtements de marque ont choisi cette période de soldes pour baisser les rideaux sous prétexte « d'inventaire ». Mais en réalité ils ferment pour écouler les produits soldés à une clientèle bien ciblée. Pour les consommateurs, l'annonce des soldes n'est qu'un appât. «Les prix ne sont pas systématiquement affichés sur les articles, et il n'est pas possible de comparer entre le prix avant et après les soldes. Même soldés, les articles sont à des prix élevés», dira Asma, fonctionnaire rencontrée à la rue Larbi Ben M'hidi au centre-ville. « Plusieurs magasins affichent des réduction jusqu'à 80%. Mais une fois à l'intérieur, le client découvre que les réductions ne concernent pas les produits qui l'intéressent. Il s'agit de produits démodés et poussiéreux, cédés avec l'annonce d'une maigre réduction par rapport au prix initial», se désole-t-elle.
45 AUTORISATIONS DELIVREES PAR LA DIRECTION DU COMMERCE
Devant cet état de fait, beaucoup de gens crient à l'arnaque. Pour la direction du commerce, 45 autorisations avaient été délivrées au titre de la période des soldes d'hiver pour l'année 2015. Ces autorisations interviennent conformément au décret exécutif 205-06 fixant les conditions et les modalités de réalisation des soldes, des ventes promotionnelles, des ventes en liquidation de stocks, des ventes en magasins d'usines et des ventes au déballage. Selon la direction du commerce, 90% des opérateurs économiques à Oran respectent les règles des soldes, de la vente promotionnelle et de liquidation des stocks. Seule une dizaine d'infractions ont été enregistrées l'année dernière, a-t-on indiqué. Cette forte adhésion à l'application de la loi fait suite à des actions de sensibilisation et d'explication menées par les agents du commerce à travers la radio et la presse écrite, a-t-on souligné. L'opération de soldes se pratique de la mi-janvier à fin février prochain pour la période d'hiver et de juillet à août pour l'été. Le commerçant désirant réaliser des ventes en soldes doit déposer auprès du directeur du commerce territorialement compétent une déclaration accompagnée de la liste et les quantités des biens devant faire l'objet des ventes en soldes, en reprenant les réductions de prix à appliquer ainsi que les prix pratiqués auparavant. Toute contravention aux lois régissant cette période de l'année vaudra aux contrevenants des PV, des amendes et même la fermeture du local. Parmi les produits admis aux soldes, les vêtements, l'électroménager, le cosmétique, les affaires scolaires.. etc. Néanmoins la loi ne permet pas la vente, dans ce cadre, des produits agroalimentaires. Ceux-ci ne peuvent être vendus que dans le cadre promotionnel. Les soldes sont en général utilisées pour écouler les invendus des précédentes saisons. Tandis que les promotions sont des techniques de marketing pour appâter le consommateur : des échantillons, des primes, des cadeaux…et n'ont pas de date précise. Le décret stipule que les ventes en soldes ne peuvent porter que sur des biens acquis par l'agent économique depuis trois mois au minimum à compter de la date du début de ces ventes. Les ventes en soldes sont autorisées deux fois par année civile pour une durée continue de 6 semaines et doivent intervenir durant les saisons hivernale et estivale. Toutefois, certains commerçants prolongent la période des soldes en vue de déstocker les produits invendus. En Europe, chaque commerçant dispose de deux semaines supplémentaires pour des soldes libres tout au long de l'année. Ces périodes de soldes libres doivent, toutefois, s'achever au moins un mois avant les soldes de l'hiver ou de l'été. Ces pratiques sont loin d'être applicables chez nous où certain commerçant décrètent une période de soldes pour une durée indéterminée, voire jusqu'à épuisement des marchandises, et appliquent les prix qui les arrangent. Les ventes à prix réduit stimulent, à vrai dire, les chiffres de ventes des commerçants et leur permettent d'écouler leurs anciens stocks.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.