Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Six de ses adeptes interpellés à Msila: La secte Ahmadiyya toujours active en Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 05 - 11 - 2016



Un groupe de six adeptes de la secte Ahmadiyya, appelée aussi mouvement «Qadiani», a été démantelé au cours des dernières 24 heures par la police de la daïra de Sidi Ameur, a indiqué, ce jeudi, la Sûreté de wilaya de Msila. Informés des agissements de ce groupe dans la commune de Sidi Ameur, les policiers, munis d'un mandat de perquisition, les ont trouvés en train de prier dans une maison d'un de ses adeptes qui leur servait d'imam. Plusieurs livres et dépliants ont été saisis. Selon l'enquête policière, les membres du groupe sont originaires de plusieurs communes de Msila, des wilayas voisines et du littoral et évitent d'accomplir la prière du vendredi dans les mosquées. Interrogés, ils ont indiqué que leurs liens avec la secte sont établis à travers une chaîne satellitaire appartenant à l'Ahmadiyya, probablement les émissions propagandistes diffusées en arabe sur la chaîne satellitaire MTA3, notamment celle de «Hiwar Moubachar» où des numéros de téléphone y sont diffusés pour faciliter le recrutement et le contact entre les adeptes de la secte. Les autres canaux de communication restent les réseaux sociaux et certains sites internet. Accusés de constitution d'un groupe religieux prohibé, création d'un lieu de culte sans autorisation, reproduction et échange de publications d'une pensée extrémiste, les mis en cause seront présentés devant la justice. En juin dernier, les éléments de la Section de recherche de la Gendarmerie nationale (SRGN) de Blida ont mis fin aux activités de la succursale mère de la secte en Algérie. Tout a commencé à Larbâa Béni Moussa, dans la wilaya de Blida, quand les gendarmes des brigades territoriales, assistant les services de l'urbanisme dans l'opération de démolition de deux habitations érigées illicitement sur un terrain domanial, ont constaté la présence de six personnes locatrices d'une partie de l'une des habitations en question. Convoqués, et après enquête, il s'est révélé qu'ils font partie de la secte religieuse El-Ahmadiyya. Les mis en cause avaient envisagé d'ouvrir un centre régional regroupant les adeptes de cette phalange religieuse, dont le nombre a atteint plus de 1.000 adhérents à travers le territoire national. Lors des interrogatoires, les six individus ont divulgué l'identité de trois autres acolytes, dont le présumé président national d'El-Ahmadiyya en Algérie qui a été interpellé à Bou-Ismaïl (Tipasa) ainsi que deux autres individus demeurant à Alger. Les neuf individus ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de Larbâa pour atteinte à la sécurité de l'Etat et appartenance à un groupe pouvant porter atteinte à l'intégrité sociale. Selon des sources sécuritaires, «il s'agit d'une secte subversive à caractère confessionnel qui avait publié, en 2013, un communiqué faisant valoir son autorité et ses objectifs en Algérie pour instaurer une république islamique au nom du Printemps arabe». A l'époque, cette organisation était dénommée Khatm Ennouboua. Ce n'est pas la première fois que cette secte fait parler d'elle en Algérie où elle active depuis plus de dix ans, ciblant, dans un premier temps, les étudiants. En 2010, le ministère des Affaires religieuses aurait été contacté par la «Ahmadiyya Muslim Community», une sorte de Califat des Ahmadis dont le siège est situé à Londres, au sujet d'une demande pour une autorisation officielle permettant la construction de la première mosquée Ahmadie en Algérie. Demande refusée catégoriquement par le département de Bouabdellah Ghlamallah, alors ministre du Culte à l'époque.
Rappelons que l'Organisation de la conférence islamique a déclaré comme secte l'Ahmadisme en 1973. Depuis, les Ahmadites, au nombre de 10 millions d'adeptes à travers le monde, ne peuvent plus accomplir le pèlerinage à La Mecque.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.