Déconfinement: la reprise des activités économiques scindée en deux phases à partir du 7 juin    Manifestations aux Etats-Unis : une neuvième soirée plus calme,Trump critiqué pour sa gestion de la crise    L'Alliance libre européenne appelle le Maroc et l'UE à mettre fin à l'occupation du Sahara occidental    La consommation d'eau en Algérie a augmenté de 10% depuis le début de la crise de la Covid-19    Un "dangereux" terroriste capturé par les services de sécurité à Aïn Temouchent    Coronavirus: 98 nouveaux cas, 79 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Accord Opep+ : une action décisive afin d'empêcher un effondrement total du marché    Gaz: Sonatrach adapte sa stratégie pour faire face à la concurrence croissante du marché mondial    Les essais cliniques sur l'hydroxy-chloroquine repris: l'Algérie confortée dans sa position    Barça : Une inquiétude pour Lionel Messi ?    Elle a décidé de régler les contentieux vis-à-vis de la FIFA : La FAF au secours des clubs professionnels    Djamel-Eddine Damerdji relève la «complexité» d'un retour à la compétition    Affaire de l'enregistrement sonore : Le procès reporté au dimanche    Hommage à Guy Bedos : Il fera tordre de rire les anges    Chengriha rappelle le soutien de l'ANP à Tebboune    Le Care critique les choix du gouvernement    Les travaux s'éternisent    Vers un intérimaire à la tête du MPA    La CAF propose de nouvelles formules pour les compétitions interclubs    Le stade 5-Juillet "parmi les plus chauds au monde"    L'épreuve    Naples : Le successeur de Koulibaly déjà identifié ?    7 ans de prison requis contre Yamani Hamel    Le gouvernement libyen tente de reprendre l'aéroport de Tripoli    Bras de fer au sommet sur la diplomatie en Tunisie    Plusieurs localités durement touchées    Projet d'évitement de la ville d'Azeffoun : Deux ans de travaux pour un tronçon de quatre km    Plus de 500 migrants bloqués au large de Malte    Des familles de victimes de la répression réclament justice    Vu à Souk-Ahras    " Détruisons les murs, construisons des ponts "    J'accuse Apulée, saint Augustin, Ibn Khaldoun et les autres !    Oulkhou : Recueillement à la mémoire de Tahar Djaout    Quatre réseaux de crime organisé transfrontaliers démantelés: 115 kg de kif, 58.602 comprimés psychotropes et 450 millions saisis    Trafic de drogue, 2 arrestations    Un déni français    Ce n'est pas à Sonatrach de repenser sa stratégie, c'est au HCE de le faire    Accompagnement des entreprises    Ces profils atypiques qui veulent se faire une place en politique !    SpaceX, l'espace n'est plus un bien commun de l'humanité    Hirak : Mouvement ? Soulèvement ? Révolution ?    La fin d'une ère    Mise à plat du moral national    Les articles sur l'identité et la nature du régime ne seront pas amendés    Le ministère du Commerce dément    Détournement de foncier agricole et abus d'affluence : Hamel rejette toutes les accusations portées contre lui    ENVOI DE TROUPES DE L'ANP A L'ETRANGER : Laraba apporte des précisions    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Election de Donald Trump: Pas de changement de la politique US au Maghreb
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 11 - 2016



L'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche ne va pas tellement chambouler la politique extérieure des Etats-Unis dans le monde, en particulier au Moyen-Orient et au Maghreb.
C'est ce qu'a souligné, hier, mercredi, dans une déclaration à la Radio nationale Cherif Driss, enseignant à l'Institut des Sciences politiques de l'Université d'Alger. Il a estimé que le nouveau locataire de la Maison Blanche ne va pas trop changer la politique américaine au Moyen-Orient. «Les Américains ont une politique globale au Moyen-Orient et au Maghreb dans son ensemble», a-t-il indiqué, avant de préciser que «Trump va suivre la même démarche que son prédécesseur, il n'y aura pas de changement radical par rapport à Obama», dans les relations des Etats-Unis avec les pays du Maghreb, en particulier l'Algérie. «Pour l'Algérie, la politique américaine s'inscrit dans un ensemble global, qui est le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord», explique-t-il. Pour cet expert, ‘il est peu probable de voir un changement radical des Etats-Unis par rapport au Maghreb et à l'Algérie.»
Sur un autre registre, «le Moyen-Orient garde toujours son importance, mais pour l'Asie, Trump n'aura pas d'autre choix que de faire du multilatéralisme», estime M. Cherif Driss selon lequel Trump ne va pas développer, par rapport à certains de ses discours militaristes, une politique d'intervention militaire, «car une politique de va-t-en guerre sera néfaste pour les Etats-Unis.» En outre, «le président américain doit jongler avec une série de contraintes, dont le temps, et il n'aura pas le temps de remettre en cause une politique bâtie sur trente ans.»
En fait, explique cet universitaire, «le système politique américain est fait de telle manière qu'il y a des garde-fous, il est difficile d'imaginer que les républicains vont suivre Trump dans son aventure guerrière. Même le plus va-t-en guerre des républicains y réfléchirait à deux fois.» Sur la question palestinienne, il affirme qu'avec Trump, «ce sera la continuité, et il a affiché son soutien à Israël. C'est une constante des partis républicain et démocrate, c'est une constante de la politique américaine au Proche-Orient.» Le discours sera, également favorable au rapprochement entre la Russie et les Etats-Unis, car «avec la Russie et la Chine, les Américains n'auront d'autre choix que d'aller vers un rapprochement. La Russie étant l'allié utile au Proche-Orient et dans la gestion du dossier syrien, et en même temps, l'adversaire traditionnel.» Avec la Chine, M. Cherif Driss estime que les «rapports commerciaux primeront. Ce ne sera pas l'affrontement ni le bras de fer» avec ces deux pays, a-t-il affirmé. D'autre part, ces dossiers ne devront être abordés qu'après une période de transition, «car on dit qu'il (Trump) n'a pas de capital expérience, dans la diplomatie, et ce qui peut être supposé, c'est qu'il y aura une période de transition, et il va puiser dans les cadres du parti républicain pour former son équipe». Pour autant, «si Trump a tenu un discours hostile à l'égard de certains pays du Moyen-Orient, comme l'Iran, et qu'il veut remettre en cause l'accord nucléaire avec l'Iran, il n'ira pas jusqu'à mettre en cause ce qui a été bâti.» Dans ces questions, «ce sera, probablement, une continuité, mais avec une différence de style, juste pour mettre sa touche», relève encore M. Cherif Driss, qui rappelle qu' «Obama a continué à faire la guerre dans le Moyen-Orient, mais d'une autre manière.» «Je vois mal un nouveau président américain, même sans expérience internationale remettre tout en cause. Il essaiera de mettre en valeur son style, mais mettre en œuvre son discours électoral sera très compliqué», souligne la même source. Par ailleurs, cet universitaire estime que la victoire de Donald Trump à cette 45ème élection présidentielle américaine est «une remise en cause de l'establishment par la population américaine.» «Ce n'est pas une surprise, car il y a des mécontents à l'égard de l'administration Obama, et à l'égard d'Hillary Clinton.» En outre, «Trump est placé comme celui qui va réaliser ce que n'a pu faire l'administration Obama, car dès le début il a ciblé la classe moyenne frustrée avec son discours populiste par rapport à une certaine idée d'exercer la politique», et «Trump est allé contre le politiquement correct incarné par Clinton.» En quelque sorte, «c'est un vote sanction, c'est une hypothèse valable, Trump a joué sur l'anxiété, l'angoisse de l'Américain moyen», et «les républicains ont joué sur cela en leur disant que nous sommes le refuge pour vous, ce que n'ont pas fait les démocrates.» La crise de 2007-2008 avec l'éclatement de la bulle immobilière ou la crise des subprimes, a laissé des séquelles, «plus de quatre millions de foyers ont été touchés.» Aujourd'hui, «il y a une tendance populiste et nationaliste, qui a gagné de larges régions du pays, en particulier dans le sud» où le vote est républicain de tradition, relève M. Cherif Driss.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.