Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comité exécutif de la CAF: Raouraoua emporté dans le sillage de la chute de Hayatou
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 03 - 2017

Le président sortant de la FAF, Mohamed Raouraoua, aura tout perdu, et la FAF et son poste de membre au sein du Comité exécutif à la CAF. Raouraoua était candidat à sa propre succession au Comité exécutif de la CAF qu'il occupe depuis 2004, mais les changements qui touchent les instances internationales ont fait que la CAF ne soit pas une exception. Raouraoua a obtenu 7 voix contre 41 pour son adversaire, le Marocain Fouzi Lekjaa, patron de la Fédération royale marocaine, alors que le troisième candidat Anwar El Tashani (Libye) s'est retiré de la course. Les affaires de corruption qui ont éclaboussé le monde du sport et du football, à commencer par le Comité international olympique (CIO), puis la FIFA et l'UEFA ont fini par atteindre la CAF. Avec le départ de Joseph Sepp Blatter de la FIFA, puis Michel Platini de l'UEFA, l'éviction de Hayatou était devenue inévitable. Il s'agit de l'effritement d'un empire bâti sur l'argent de la corruption. Pour rappel, Hayatou a été battu par Ahmad Ahmad (34 contre 20 voix) après 29 ans de règne à la CAF. Les contrats de publicité, de marketing et de retransmission télévisuelle des matches de la CAF conclus par Hayatou n'ont pas plaidé en sa faveur. La campagne qui a été menée contre lui à cause de ces contrats, ne l'a pas épargné quand on sait que son successeur, le Malgache Ahmad Ahmad était soutenu par le nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino. Ahmad Ahmad a ainsi promis de revoir la politique de la CAF en matière d'organisation des compétitions, à savoir la CAN et les coupes interclubs. Il se pourrait aussi qu'il revoie les contrats signés au temps de Hayatou, bien que cette mission s'annonce des plus difficiles compte tenu du pouvoir puissant des lobbies qui dominent le monde du sport et de la finance. En attendant d'autres changements, c'est l'empire de Hayatou qui tombe emportant dans son sillage Mohamed Raouraoua. Toutefois, il faut reconnaitre que le départ de Hayatou demeure une surprise dans la mesure où il était assuré de sa réélection pour un 8e mandat. Idem pour Raouraoua qui avait juré, lors de la dernière AG ordinaire de la FAF, qu'il allait être réélu à la CAF.
Cependant, le nouvel ordre mondial décidé à la FIFA qui a éloigné Blatter et ses vestiges a eu raison de Hayatou et ses soutiens, ce qui explique aussi la non-élection de Raouraoua. Pour rappel, Raouraoua avait pu intégrer le Comité exécutif de la CAF en 2004 grâce à une campagne électorale qui a été menée à l'époque par des membres du bureau fédéral proches de lui. On citera à cet effet l'ancien président de la Ligue nationale de football, Mohamed Mecherara et l'ancien membre du bureau fédéral et président des commissions de discipline et de la coupe d'Algérie, Mohamed Khelaifia. Ces deux anciens membres du BF n'ont pas lésiné sur les moyens et avaient mené une campagne électorale ayant permis à Raouraoua d'être élu pour la première fois en 2004. Par la suite, Raouraoua qui a laissé tomber ceux qui lui avaient balisé le chemin de la CAF et de la gloire, a intégré les rouages de la Confédération africaine de football et a pu être réélu par la suite. Mais en 2017, Raouraoua a fait les frais de la chute de Hayatou, alors qu'il nourrissait le rêve de lui succéder. Il aura tout perdu, la FAF et la CAF !
Résultats des élections :
Election des membres du Comité exécutif (2017-2021)
Zone Nord : Fouzi Lekjaa (Maroc), 41 voix, élu, Mohamed Raouraoua (Algérie) 7 voix.
Zone Ouest A : Hassan Musa Bility (Liberia) 26 voix, élu, Amadou Diakité (Mali) 22 voix
Zone Ouest B : Amaju Melvin Pinnick (Nigeria) 32 voix, élu, Anjorin Moucharafou (Bénin) 17 voix
Zone Centrale : Adoum Djibrine (Tchad) élu, seul candidat
Zone Centre-Est : Suleiman Hassan Waberi (Djibouti), élu au 2e tour après le retrait de son adversaire.
1er tour : Suleiman Hassan Waberi (Djibouti) 20 voix, Magdi Shams El Din (Soudan) 12 voix, Juneidi Basha Tilmo (Ethiopie) 9 voix, Moses Magogo (Ouganda) 10 voix
Zone Sud (2 postes) : Danny Jordaan (Afrique du Sud) 35 voix, élu, Rui Eduardo da Costa (Angola) 25 voix, élu, Frans Mbidi (Namibie) 24 voix
Poste femme : Isha Johansen (Sierra Leone) 35 voix, élue, Lydia Nsekera (Burundi) 12 voix
Election des représentants africains au Conseil de la FIFA (2017-2021)
1. Catégorie arabophone, Lusophone, Hispanophone : Tarek Bouchamaoui (Tunisie) élu, seul candidat
2. Catégorie francophone : Omari Constant Selemani (RD Congo) élu, 35 voix, Augustin Sidy Diallo (Côte d'Ivoire), 19 voix
3. Catégorie anglophone : Kwesi Nyantaki (Ghana) élu, 33 voix, Leodegar Tenga (Tanzanie) 20 voix
Catégorie ouverte (3 postes à pourvoir dont au moins un membre féminin)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.