Equinoxe 22    Interrogations autour des investissements étrangers    2e édition du salon du BTP    Le directeur persona non grata    Tunisie : La présidentielle est-elle jouée d'avance ?    Batelli renvoie Bouchar    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    ASO Chlef : Sursaut impératif devant le PAC    Les oncologues plaident pour le renforcement du dépistage    On adopte la règle du pollueur payeur    Aouinet El Foul : Des habitants non relogés ferment la route    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Championnat arabe des clubs: JSS-Al Shabab, aujourd'hui à 21h00 - Mission ardue pour les Sudistes    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    GALETTE ET PETIT-LAIT    Aïn Témouchent: Une tentative d'émigration clandestine déjouée    Deux fast-foods fermés à Cité Petit et Emir Khaled: 114 personnes intoxiquées après avoir consommé des sandwichs    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Division nationale amateur - Ouest: Le SCMO, l'IRBEK et le CRT confirment    Division nationale amateur - Centre: Le CRBT et le WRM sans partage    Environnement Une feuille de route pour l'économie circulaire sera lancée début octobre    Afin de consacrer l'indépendance de la magistrature : Amendement impératif et immédiat du cadre juridique    Ligue 2 (5e journée): L'O Médéa seule aux commandes, l'USMH coule    CHAN 2020, Algérie 0 - Maroc 0 : Peu audacieuse, l'Algérie se fait accrocher par le Maroc    Un procès hors normes    Les victimes protestent et réclament leur argent    Le procès de Kamel Chikhi reporté au 6 octobre    Début de l'opération    Le marché pétrolier "équilibré, main incertain"    Le ministère s'explique    Le procès historique attendu par les Algériens    Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Constantine - Session spéciale du bac: Le transport assuré pour les candidats éloignés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 07 - 2017

Invité hier à l'émission «Question en débat», un programme d'été de la radio régionale de Constantine qui a remplacé l'émission hebdomadaire « Forum », M. Mohamed Bouhali, directeur de l'éducation de la wilaya (DE), a révélé tout le dispositif mis en place pour un déroulement normal de la session spéciale du Bac 2017 qui aura lieu du 13 au 18 juillet en cours.
Il a commencé tout d'abord par donner des chiffres en annonçant que les candidats de la wilaya de Constantine concernés par cette session sont au nombre de 3292 dont 1724 filles. Dans ce chiffre global on compte seulement 195 qui sont scolarisés et parmi lesquels 85 résident à Constantine. Le reste au niveau des daïrate. C'est dire que la grande majorité de ceux qui s'étaient absentés à la session de juin dernier sont des candidats libres. Pour l'ensemble de ces candidats, les examens se dérouleront dans 8 centres, tous localisés dans le chef-lieu de wilaya. Le déroulement des examens sera encadré par 885 surveillants choisis parmi les professeurs, et ce à raison de 3 surveillants par salle d'examen. Il a été recommandé aussi à chaque candidat de localiser et reconnaître le centre dans lequel il est affecté pour passer l'examen afin d'éviter encore d'arriver en retard le jour de l'examen. « Le téléphone portable est interdit dans la salle d'examen, a rappelé le DE, le candidat sera soumis à une fouille minutieuse à l'entrée du centre et si quelqu'un est pris dans la salle d'examen avec un tel appareil il sera automatiquement exclu ».
Par ailleurs, a indiqué M. Bouhali, les candidats qui résident dans les communes, et ils sont peu nombreux (un seul à Aïn Smara, par exemple), seront pris en charge par les APC qui mettront à leur disposition, très tôt le matin du jour de l'examen, des moyens de transport pour les conduire à temps du siège de l'APC jusqu'au centre d'examen. Ce sont les instructions données par le wali aux chefs de daïrate et aux P/APC lors de la dernière réunion de coordination qui s'est déroulée en son cabinet.
Evoquant ensuite le cas des candidats libres qui s'étaient absentés en masse à la session de juin, M. Bouhali a révélé qu'ils appartiennent à cette catégorie d'étudiants qui avaient obtenu le bac l'année passée avec des moyennes faibles et qui s'étaient inscrits à la session de 2017 dans la catégorie des candidats libres dans l'espoir d'améliorer cette moyenne et prétendre à une meilleure orientation au niveau des filières universitaires. « Il y a eu même des candidats libres de plus de 60 ans qui ont passé cette année le bac, mais ils sont très peu nombreux », a indiqué le DE de la wilaya. M. Bouhali a cité une troisième catégorie de candidats qui figure parmi les candidats libres : ce sont ceux qui sont employés dans les administrations, les entreprises publiques, et même dans les corps constitués, surtout ceux qui sont affectés à des postes très éloignés de la wilaya.
« Ils sont assez nombreux, a-t-il signalé, et nous rencontrons cette catégorie chaque année, à chaque examen. Ils utilisent cette méthode surtout pour pouvoir obtenir de leurs organismes des congés payés, tout à fait réglementaires, d'une dizaine de jours environ en prétextant la participation à l'examen du bac », a expliqué M. Bouhali, ajoutant que ce phénomène doit être pris en compte sérieusement et suivi par les secteurs. « Car, a-t-il estimé, si nous considérons que sur les 9000 candidats libres qui ont été inscrits à la session de juin dernier nous avons enregistré plus de 3500 absents, cela conduit à poser des question sur la nature exacte de ces absences ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.