«Le dialogue doit prendre en considération les craintes légitimes de l'opposition»    Plus de 82 % des citoyens satisfaits des services de police    Omari insiste sur l'accompagnement des projets agricoles    Les modalités de fonctionnement d'un compte d'affectation spéciale fixées au JO    Rentrée sociale et balance des paiements au menu    Signature d'une convention entre le secteur des forêts et l'unité d'ingénierie    Hassan Rabehi à Ouargla évoque le rôle capital des médias    ARRESTATION DU DIRECTEUR DE L'AGENCE FONCIERE D'ORAN : Plusieurs hauts responsables impliqués dans un scandale immobilier    TISSEMSILT : Des coupures intempestives d'électricité au quotidien    30 milliards de dollars dilapidés au ministère du Travail    CLASSEMENT MONDIAL DES ARMEES : L'ANP parmi les 30 puissances mondiales    COUR SUPREME : Tayeb Louh placé sous mandat de dépôt    COUR DE JUSTICE DE MOSTAGANEM : Le nouveau président et le procureur général installés    Drame du concert de Soolking : 5 morts et 17 blessés    BIR EL DJIR (ORAN) : Le nouveau maire suspendu par le wali    RENTREE SCOLAIRE A MASCARA : Plus de 230.000 élèves bientôt sur les bancs de classes    JUSTICE : Zeghmati veut nettoyer son secteur    Naples: Lozano a signé (officiel)    Real Madrid: Neymar, un pied qui inquiète    Vers la fin du pouvoir militaire ?    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    Les souscripteurs montent au créneau    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Amrani reste    Velud : "Je suis confiant pour la qualification"    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le gouverneur de la Banque d'Algérie l'affirme: Le renseignement financier n'est pas une prérogative des banques
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 04 - 2018

Le gouverneur de la Banque d'Algérie (BA) est revenu, hier, sur la dernière instruction adressée, en février 2018, aux établissements bancaires.
Mohamed Loukal a indiqué, lors des travaux d'un symposium, sur la place financière algérienne et les produits bancaires et d'assurances, en présence du ministre des Finances, que son organisme a mis en place "une frontière imperméable" entre la collecte des ressources, censée être l'objectif essentiel des banques, et le renseignement financier, du ressort exclusif des instances concernées, à leur tête la Cellule de traitement du renseignement financier (CTRF) et non une prérogative des banques, a expliqué Loukal.
Ce dernier ajoutera que " le système bancaire s'est enfermé dans une situation qui l'a amené, en voulant développer du zèle dans la loi sur la lutte anti-blanchiment, à aller à l'encontre de cette loi". A titre d'exemple, il citera le cas d'"un client d'une agence, depuis 20 ans, qui a vendu un bien immobilier. En se présentant chez sa banque avec un chèque pour le verser, dans son compte, on lui demande l'objet de l'opération", faisant remarquer que la loi interdit ces "dérives". "On touche, pratiquement, à la dignité du client lorsqu'on lui demande l'objet de l'opération", affirmera-t-il. Rappelons que la BA avait adressé une instruction aux établissements bancaires les invitant à davantage de souplesse dans les opérations de dépôts de fonds et de l'accès à ces dépôts par les épargnants. La BA a expliqué, dans ce document, qu'il a été enregistré des refoulements de capitaux " de manière arbitraire et sans justifications réglementaires" dans certains guichets bancaires, à la lumière "d'une interprétation, souvent abusive et non fondée, des dispositions de la loi régissant le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme". Cette lecture faussée et "restrictive" des textes en vigueur a précipité des banquiers à ne pas respecter leurs obligations légales. La note précise que cette interprétation est constatée, notamment, en matière d'ouverture de comptes, d'acceptation des dépôts et de "délais exagérés" de mise à disposition des fonds. La note de la BA affirme que l'attitude des banques " a desservi les objectifs de l'inclusion financière et a généré, auprès des épargnants potentiels, un phénomène d'incompréhension et d'expectative". Pour remédier à cette situation pénalisante pour les clients des banques, la BA a appelé l'ensemble des banques "à cesser d'exiger, lors de tout dépôt de fonds, en caisse, auprès de leurs guichets, des justificatifs au-delà de ceux relatifs à l'identité du client, dans le cadre des exigences réglementaires en matière de connaissance du client". Mohamed Loukal a saisi l'occasion, pour inviter les banques, à plus "d'agressivité commerciale" de façon à "récolter le maximum de la masse fiduciaire qui se trouve en dehors du circuit bancaire". En conséquence, et pour réduire la masse monétaire circulant en dehors du circuit formel, la BA avait interpellé le système bancaire, de nouveau, "à se déployer, à travers ses différents outils et instruments, à capter et à canaliser tout épargne potentielle" et "d'instaurer la confiance avec la clientèle épargnante, dans le cadre d'une relation bancaire professionnelle et sereine". La BA estime qu'à fin 2017, l'économie informelle pesait entre près de 2.680 et 3.200 milliards de DA. Sur une masse monétaire en circulation de 14.000 milliards de dinars (mds de DA), il y a 4.780 mds de DA qui n'intègrent pas le circuit bancaire dont 1.500 à 2.000 mds de DA thésaurisés chez des particuliers et le reste irrigue le marché informel, a rappelé le gouverneur.
La BA estime qu'à fin 2017, l'économie informelle pesait entre près de 2.680 et 3.200 milliards DA. Interrogé par la presse sur les raisons du manque de liquidités qui aurait été observé chez certaines banques, Loukal a assuré qu'il s'agit "de cas exceptionnels" et qu'il n'y avait "aucun problème de liquidités, ni au niveau des banques ni au niveau des points postaux", indiquant même qu'il y avait 1.480 mds de DA de surliquidités. Le gouverneur a, également, tenu à démentir les bruits sur un éventuel abandon, par la BA, des produits alternatifs (produits conformes à la Chariâ islamique).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.