Le Front Polisario déplore l'"inaction" et "le silence" du Conseil de sécurité    Conférence Opep+ : une véritable opportunité pour réaliser la stabilité du marché pétrolier    Revue El Djeïch: une cohérence totale entre le Président de la République et l'ANP    Yémen: cessez-le-feu unilatéral pour prévenir une propagation du Covid-19    Real Madrid: le rétropédalage de Kroos sur la baisse des salaires    94 nouveaux cas confirmés et 30 nouveaux décès en Algérie    Report du jugement et proposition de procès à distance    M.Belhimer adresse ses condoléances "les plus attristées" à la famille du défunt Mohamed Baghdadi    Real : Zidane et Benzema ont poussé pour la baisse de salaire    Coronavirus: mise en oeuvre de mesures exceptionnelles de sauvegarde des entreprises    Foot / Covid-19 : les joueurs de l'Académie de Khemis Miliana passent au E-learning    Le Général Rachedi nommé directeur général adjoint de la Sécurité intérieure    Serie A : Le président de la Sampdoria demande la fin de saison    Le journaliste Mohamed Baghdadi n'est plus    L'Adra lance une cagnotte    Lourd impact financier pour Air Algérie    L'Apoce dénonce le chantage des commerçants    Ali Mecili ou l'initiateur de l'organisation de l'opposition    La FIFA contre les championnats à blanc    "Avec le Ramadhan, la reprise de la compétition devient de plus en plus difficile"    Belaïdi : "Je m'entraîne le matin en forêt"    Renouvellement à distance des contrats d'assurance    2 morts dans le crash d'un hélicoptère de l'armée    Suspension de la rotation des Casques bleus    Ben Mohamed, poète "Mes seules angoisses sont alimentées par la situation politique du pays"    Lancement d'un concours national de scénario    Le vécu d'une femme à l'écriture miraculeuse    «Nous sommes tous dans le même bateau»    Test de dépistage du Covid-19 : L'hôpital Mustapha se lance dans le diagnostic    Covid-19, chauve-souris ou pangolin ?    Nassira Benharrats. Ministre de l'Environnement et des Energies renouvelables : Nous assistons les entreprises agréées pour accélérer la collecte»    Covid-19 en Europe : Le confinement commence à payer mais gare au relâchement    L'ONU condamne les bombardements d'un hôpital à Tripoli    Le permafrost, un milieu peu connu    Malgré des débits supplémentaires : Facebook tourne au ralenti    Confinement culturel et solidaire sur les réseaux sociaux : Un artiste par jour avec la galerie Le Paon    Lutte contre le coronavirus: L'Armée prête à toute éventualité    Mila: Plus de 3 quintaux de viande blanche saisis et détruits    Bouira: Collecte de sang aux malades    LA TERRE TOURNE EN ROND    Le temps qui passe: Le temps relatif    Sa composition, son organisation et sa mission définis au JO    JOURNEE MONDIALE DE LA SANTE : Le Président Tebboune rend hommage au secteur de la santé    Covid19-Foot: le payement des frais d'engagement et amendes ajourné    Coronavirus ou pas, le régime algérien réprime    Mohamed Kaïdi remplace Mohamed Bachar    Youcef Gamouh ou le reflet dans l'art de siffler    Théâtre régional de Tizi Ouzou : Diffusion de spectacles en ligne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Don d'organes et de tissus: Entre tabous et réticences des familles
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 04 - 2018

Le don d'organes et de tissus humains à partir de sujets décédés est-il une cause perdue d'avance et difficile à promouvoir dans une société obsédée par ses tabous et ses interdits ?
Le personnel médical, confronté tous les jours à des milliers de malades qui croupissent dans les listes d'attente dans l'espoir de bénéficier d'une greffe de la cornée ou d'un rein, insiste sur l'urgence de lancer un plan national de greffe d'organes et de tissus pour sauver ces patients. Mais les tabous en Algérie ont la peau dure et rares sont les familles qui accordent leur consentement. Une journée porte ouverte sur le don d'organes et de tissus se tiendra ce 24 avril à l'université des sciences et de la technologie d'Oran Mohamed-Boudiaf, avec la participation de différents intervenants dans le domaine de la greffe d'organes (chirurgien, légiste, réanimateur, psychologue, juriste, professeur en sciences islamiques, sociologue). Il sera question de débattre sur les contraintes organisationnelles et socioculturelles qui freinent les activités de prélèvement des organes et des tissus humains sur un sujet décédé. Le prélèvement d'organes à partir d'un seul cadavre peut sauver en fait la vie à dix malades. Cette pratique maîtrisée et prometteuse reste l'ultime espoir pour des milliers de patients nécessitant une greffe hépatique ou une transplantation de reins qui semblent aujourd'hui condamnés à mourir à petit feu dans nos hôpitaux. Malheureusement, le prélèvement d'organes à partir de donneur en état de mort encéphalique reste tributaire du consentement des parents. Le hic est que la société algérienne, qui sacralise le cadavre, rejette catégoriquement cette pratique. A l'exception de rares cas de prélèvement de foie sur un donneur en état de mort encéphalique, la quasi-totalité des proches de donneurs potentiels en état de mort encéphalique repoussent les incessantes exhortations des médecins.
Le personnel médical, qui active depuis de nombreuses années pour la promotion du don d'organes, de tissus et de cellules de donneurs en état de mort encéphalique à travers, notamment, la sensibilisation de la population sur les dispositions religieuses, médicales et réglementaires permettant ce geste, se heurte aux réticences de la société. Outre les idées reçues sur le prélèvement d'organes à partir de donneur en état de mort encéphalique, il existe une crise de confiance entre la société et le système sanitaire. En dépit de la publication de fatwas religieuses autorisant cette pratique pour cause de nécessité, la société rejette catégoriquement cette idée. Le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs avait émis en 2003 une fatwa autorisant la greffe d'organes à partir d'une personne décédée. «Le prélèvement d'organes tels que l'œil, le rein, l'épiderme ou le cœur d'une personne qui vient de décéder pour les transplanter dans le corps d'une personne vivante pour la sauver est autorisé», précise une fatwa émise par l'ancien président du Haut conseil islamique (HCI). Les médecins assurent que le nombre de malades en attente de greffes d'organes ne cesse d'accroître en Algérie en raison essentiellement de la progression des hépatites A B et C parmi la population, d'où la nécessité de revoir de fond en comble toute la stratégie de promotion du prélèvement d'organes sur donneur en état de mort encéphalique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.