L'Algérie plaide pour une «vision commune»    Vers l'exclusion de Bouhadja    Louh élude les sujets qui fâchent    L'inquiétude des céramistes    Le changement climatique, c'est maintenant    L'impératif d'installer une industrie dans le pays    Khashoggi a peut-être été tué par des «éléments incontrôlables»    Douze personnes appréhendées pour tentative de migration clandestine    Dussuyer et ses joueurs déterminés    47 athlètes en stage à Tlemcen    La grande musique au rendez-vous    17 octobre 61 : il pleuvait ce jour-là, mais le soleil scintillait à l'horizon…    APN: la solution est-elle dans la dissolution?    MC Alger: Courbis lâche le Mouloudia    Hai El Makkari et Toumiat: Relogement demain de 268 familles    1.800 bouteilles de boissons alcoolisées saisies    Hadj 2019: Début des inscriptions au tirage au sort ce jeudi    L'effet octobre    Fertial: l'Etat exercera son droit de préemption    Il y a 57 ans, des Algériens ont été massacrés à Paris    Une instance chargée du développement des zones frontalières sera créée prochainement    4éme session de la commission mixte bilatérale algéro-nigériane    Muhend U Yehya : Le premier fils de la Toussaint    «Hzem El Ghoula» pour le lever de rideau    Projection d'«Ech Chebkha» de Ghouti Bendedouche    «Une AGEx dans les plus brefs délais pour l'élection d'un président»    Athlétisme : Kip Keino et six dirigeants kenyans inculpés pour corruption    Mondial 2006 : La justice allemande abandonne les poursuites pour fraude fiscale    Sahara Occidental … Une ONG américaine accuse des fonctionnaires de l'ONU de corruption    Commerce : L'excédent chinois se rit des menaces de Trump    Allemagne : La coalition de Merkel meurtrie après l'échec électoral bavarois    Le ministère procède à l'examen des recours    949 associations activent sur le terrain    La gendarmerie neutralise un dangereux gang    Les phrases qui tuent    L'Algérie et son racisme    Remboursement des 20% des frais de médicaments non pris en charge par la CNAS    Installation d'un nouveau président de la commission de wilaya du parti FLN    On vous le dit    Les confrontations des promesses des sélectionneurs, qui aura raison ?    Le souci de son département de faire des maisons de jeunes des espaces d'éclosion des talents    «Corps et Mouvements», l'Espaco rouvre ses portes    5 députées du FLN affichent leur ralliement à Said Bouhadja    Renault Algérie prolonge les remises sur la Clio 4 et la Symbol    Menace sur 2 millions de diabétiques !    Citroën rend hommage à la mythique 2CV, qui célèbre ses 70 ans    Un arsenal judiciaire contre le harcèlement    2e Salon de la bande dessinée de Tizi-Ouzou    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre, le meilleur ami !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2018

Le jour où j'aurai rempli la Colombie de livres, a affirmé il y a quelques années, José Alberto Gutierrez, un quinquagénaire ayant réussi à fournir des livres à plus de 235 lieux de culture de son pays et à peupler les étagères de 450 bibliothèques en recyclant, des vieux bouquins, récupérés des poubelles des villes, je me sentirais comme Ulysse, après avoir sauvé Pénélope et éloigné la guerre d'Ithaque. Ce « seigneur des livres », comme l'ont nommé les médias locaux, décédé récemment, avait même aidé 22.000 Colombiens des quartiers les plus pauvres de Bogota à se procurer, gratuitement, des livres alors que cette capitale n'a que 19 bibliothèques pour une population de 8,5 millions d'habitants ! Et à force d'avoir séduit les partenaires sociaux et le public, le généreux bénévole a pu recevoir beaucoup de donations venant de plusieurs régions du monde. Cette initiative part d'un principe simple : « un livre lu, un délinquant en moins ». Chose ayant suscité de l'enthousiasme dans ce pays de l'Amérique centrale, infesté par les bandes de narcotrafiquants. Mission accomplie, car au bout de quelques années d'essai, l'affluence des lecteurs était telle que les autorités ont dû, elles-mêmes, s'y mettre à leur tour. Mais pourquoi de telles initiatives sont rares, sinon quasiment inexistantes chez nous ? L'un de nos étudiants à l'Université d'Alger à qui j'ai raconté l'expérience de ce Colombien s'est tout simplement esclaffé de rire : « on dirait que tu vis à Stockholm ou à Munich ! », me tance-t-il, ironiquement.
« Mais pourquoi ? », lui dis-je, un rien remonté. « Tu sais, j'ai mis toute une journée à faire la queue devant la bibliothèque centrale de notre fac pour emprunter un livre dont j'avais besoin pour un exposé, en salle de classe » « et tu l'as eu ? » « Malheureusement, non ! » « Pourquoi ? » « On m'a dit qu'il a été volé ! » « Volé ? » « Oui ! Peut-être c'est vrai, parce que parfois des étudiants indélicats ne rendent pas les bouquins qu'ils empruntent, mais c'est fort probablement aussi un prétexte pour que je ne revienne pas là-bas leur casser les pieds » « à qui ? » « Les bibliothécaires bien sûr ! » « L'accès n'est pas libre à la bibliothèque ? » « C'est libre en salle de lecture, mais pas là où sont stockés les livres. Ce qui met les employés à l'aise pour dire n'importe quoi, selon la tête du client, lorsqu'on leur demande un livre ou une revue. Le problème, c'est que presque tous les livres datent des années 1970-1980 et ça n'aide plus à faire des recherches fraîches et sérieuses!». Il est certain qu'en comparant les exemples colombien et algérien, deux pays appartenant pourtant au tiers monde, on trouve que l'écart, du moins dans ces deux cas, est énorme. Un bénévole qui tente avec succès de répandre le savoir même dans les rues les plus déshéritées de la capitale, aidé, en cela, par les autorités et un étudiant qui cherche désespérément, dans son université, un livre qu'il ne retrouve pas. Chercher l'erreur maintenant, chers lecteurs ? C'est, sans doute, dans le manque d'initiative des nôtres, la mauvaise organisation dans nos lieux de savoir, le laisser-aller, le mépris de tout ce qui a trait à la Culture et à l'épanouissement de l'humain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.