Abdelaziz Bouteflika : «L'Algérie attachée à ce choix stratégique et populaire»    Le Président Bouteflika félicite M. Fayez Al-Serradj à l'occasion de l'anniversaire du déclenchement de la Révolution du 17 février    Djalleb promet plus de facilitations pour les jeunes    Réformes politiques et économiques    Un plan d'aménagement urbain en phase de maturation    La revendication sociale se transforme en atteinte à la Sûreté de l'Etat    Certaines revendications des syndicats ne relèvent pas des compétences du ministère    Bordj-Menaiel expose ses problèmes    L'auteur du crime de Bendaoued placé en détention préventive    Tartit, le désert au féminin pluriel    Ou l'histoire d'un amour impossible    Soirée targuie avec Tikoubaouine    Ligue 2 Mobilis (22e journée) : Le NC Magra résiste au RC Relizane (1-1)    Coupe du monde 2019 "juniors" d'escrime : La France domine la compétition, l'Algérie au tableau des 32    Chine : Les prix ralentissent, la crainte d'une déflation monte    EDF : L'Ebitda a rebondi en 2018 mais risque de stagner cette année    Agence nationale de l'aviation civile : Contrôle, régulation et supervision sont ses missions essentielles    17 millions de dinars dérobés !    Horreur à Haouch El Makhfi    Un terroriste arrêté à Alger    L'opposition cherche toujours un candidat    Accord de pêche UE-Maroc : Appel au boycott des produits issus du Sahara occidental occupé    Selon Moscou : Un coup d'Etat militaire au Venezuela devient une priorité des USA    Oran a son orchestre symphonique    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    L'opposition sceptique    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les Algériens en conquérants    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre, le meilleur ami !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2018

Le jour où j'aurai rempli la Colombie de livres, a affirmé il y a quelques années, José Alberto Gutierrez, un quinquagénaire ayant réussi à fournir des livres à plus de 235 lieux de culture de son pays et à peupler les étagères de 450 bibliothèques en recyclant, des vieux bouquins, récupérés des poubelles des villes, je me sentirais comme Ulysse, après avoir sauvé Pénélope et éloigné la guerre d'Ithaque. Ce « seigneur des livres », comme l'ont nommé les médias locaux, décédé récemment, avait même aidé 22.000 Colombiens des quartiers les plus pauvres de Bogota à se procurer, gratuitement, des livres alors que cette capitale n'a que 19 bibliothèques pour une population de 8,5 millions d'habitants ! Et à force d'avoir séduit les partenaires sociaux et le public, le généreux bénévole a pu recevoir beaucoup de donations venant de plusieurs régions du monde. Cette initiative part d'un principe simple : « un livre lu, un délinquant en moins ». Chose ayant suscité de l'enthousiasme dans ce pays de l'Amérique centrale, infesté par les bandes de narcotrafiquants. Mission accomplie, car au bout de quelques années d'essai, l'affluence des lecteurs était telle que les autorités ont dû, elles-mêmes, s'y mettre à leur tour. Mais pourquoi de telles initiatives sont rares, sinon quasiment inexistantes chez nous ? L'un de nos étudiants à l'Université d'Alger à qui j'ai raconté l'expérience de ce Colombien s'est tout simplement esclaffé de rire : « on dirait que tu vis à Stockholm ou à Munich ! », me tance-t-il, ironiquement.
« Mais pourquoi ? », lui dis-je, un rien remonté. « Tu sais, j'ai mis toute une journée à faire la queue devant la bibliothèque centrale de notre fac pour emprunter un livre dont j'avais besoin pour un exposé, en salle de classe » « et tu l'as eu ? » « Malheureusement, non ! » « Pourquoi ? » « On m'a dit qu'il a été volé ! » « Volé ? » « Oui ! Peut-être c'est vrai, parce que parfois des étudiants indélicats ne rendent pas les bouquins qu'ils empruntent, mais c'est fort probablement aussi un prétexte pour que je ne revienne pas là-bas leur casser les pieds » « à qui ? » « Les bibliothécaires bien sûr ! » « L'accès n'est pas libre à la bibliothèque ? » « C'est libre en salle de lecture, mais pas là où sont stockés les livres. Ce qui met les employés à l'aise pour dire n'importe quoi, selon la tête du client, lorsqu'on leur demande un livre ou une revue. Le problème, c'est que presque tous les livres datent des années 1970-1980 et ça n'aide plus à faire des recherches fraîches et sérieuses!». Il est certain qu'en comparant les exemples colombien et algérien, deux pays appartenant pourtant au tiers monde, on trouve que l'écart, du moins dans ces deux cas, est énorme. Un bénévole qui tente avec succès de répandre le savoir même dans les rues les plus déshéritées de la capitale, aidé, en cela, par les autorités et un étudiant qui cherche désespérément, dans son université, un livre qu'il ne retrouve pas. Chercher l'erreur maintenant, chers lecteurs ? C'est, sans doute, dans le manque d'initiative des nôtres, la mauvaise organisation dans nos lieux de savoir, le laisser-aller, le mépris de tout ce qui a trait à la Culture et à l'épanouissement de l'humain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.