Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Sa gestion confiée à l'EPIC Ermeso: La mise en service du parking à étages de M'dina Djdida tarde à venir    Skikda: Grève au marché de gros de Salah Bouchaour    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Sovac: Des offres inédites pour le Salon AUTOWEST    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    NA Hussein Dey: Le Nasria dès aujourd'hui en Zambie    Division nationale amateur - Ouest: Une étape favorable aux poursuivants    El Tarf: Deux corps repêchés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Communion    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Tizi-Ouzou : La recherche des harraga disparus au large de Tigzirt se poursuit    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    La viande saisie achetée par un jeune "inconnu"    L'Algérie incapable d'abriter une compétition majeure    Le marché, couvert à 53% de ses besoins    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    Le prix Mohia d'or institutionnalisé    L'instance de coordination s'est réunie hier au siège du RND: Alliance pour… la stabilité    «Al Capone le faussaire», dans les filets de la police de sougueur    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    «El Partiya», spectacle d'improvisation avec le public, présenté à Alger    Une programmation qui a tenu toutes ses promesses    Déclaration de patrimoine: 54 000 élus et 6000 hauts fonctionnaires concernés    CHLEF: Journée de sensibilisation sur «El Harga»    Le TAS saisi dans l'affaire de l'entraîneur Bouakkaz, son adjoint et trois joueurs    Le Congo Brazzaville n'est pas candidat à l'organisation    AIN EL BERD (SIDI BEL ABBES) : 2 cyclistes mortellement percutés par un véhicule    SELON LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES : L'Algérie ne craint rien pour son Islam    Boca débouté    Rapatriement demain des dépouilles des deux Algériens morts noyés au large de Cagliari    Ah'chem chouia !    Travaux de la deuxième législature du Parlement arabe : Le Conseil de la nation y prendra part au Caire    Divergences au sommet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le livre, le meilleur ami !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 07 - 2018

Le jour où j'aurai rempli la Colombie de livres, a affirmé il y a quelques années, José Alberto Gutierrez, un quinquagénaire ayant réussi à fournir des livres à plus de 235 lieux de culture de son pays et à peupler les étagères de 450 bibliothèques en recyclant, des vieux bouquins, récupérés des poubelles des villes, je me sentirais comme Ulysse, après avoir sauvé Pénélope et éloigné la guerre d'Ithaque. Ce « seigneur des livres », comme l'ont nommé les médias locaux, décédé récemment, avait même aidé 22.000 Colombiens des quartiers les plus pauvres de Bogota à se procurer, gratuitement, des livres alors que cette capitale n'a que 19 bibliothèques pour une population de 8,5 millions d'habitants ! Et à force d'avoir séduit les partenaires sociaux et le public, le généreux bénévole a pu recevoir beaucoup de donations venant de plusieurs régions du monde. Cette initiative part d'un principe simple : « un livre lu, un délinquant en moins ». Chose ayant suscité de l'enthousiasme dans ce pays de l'Amérique centrale, infesté par les bandes de narcotrafiquants. Mission accomplie, car au bout de quelques années d'essai, l'affluence des lecteurs était telle que les autorités ont dû, elles-mêmes, s'y mettre à leur tour. Mais pourquoi de telles initiatives sont rares, sinon quasiment inexistantes chez nous ? L'un de nos étudiants à l'Université d'Alger à qui j'ai raconté l'expérience de ce Colombien s'est tout simplement esclaffé de rire : « on dirait que tu vis à Stockholm ou à Munich ! », me tance-t-il, ironiquement.
« Mais pourquoi ? », lui dis-je, un rien remonté. « Tu sais, j'ai mis toute une journée à faire la queue devant la bibliothèque centrale de notre fac pour emprunter un livre dont j'avais besoin pour un exposé, en salle de classe » « et tu l'as eu ? » « Malheureusement, non ! » « Pourquoi ? » « On m'a dit qu'il a été volé ! » « Volé ? » « Oui ! Peut-être c'est vrai, parce que parfois des étudiants indélicats ne rendent pas les bouquins qu'ils empruntent, mais c'est fort probablement aussi un prétexte pour que je ne revienne pas là-bas leur casser les pieds » « à qui ? » « Les bibliothécaires bien sûr ! » « L'accès n'est pas libre à la bibliothèque ? » « C'est libre en salle de lecture, mais pas là où sont stockés les livres. Ce qui met les employés à l'aise pour dire n'importe quoi, selon la tête du client, lorsqu'on leur demande un livre ou une revue. Le problème, c'est que presque tous les livres datent des années 1970-1980 et ça n'aide plus à faire des recherches fraîches et sérieuses!». Il est certain qu'en comparant les exemples colombien et algérien, deux pays appartenant pourtant au tiers monde, on trouve que l'écart, du moins dans ces deux cas, est énorme. Un bénévole qui tente avec succès de répandre le savoir même dans les rues les plus déshéritées de la capitale, aidé, en cela, par les autorités et un étudiant qui cherche désespérément, dans son université, un livre qu'il ne retrouve pas. Chercher l'erreur maintenant, chers lecteurs ? C'est, sans doute, dans le manque d'initiative des nôtres, la mauvaise organisation dans nos lieux de savoir, le laisser-aller, le mépris de tout ce qui a trait à la Culture et à l'épanouissement de l'humain.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.