Le Président Tebboune adresse ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'avènement du mois de Ramadhan    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupations marocaines    L'investissement agricole et agroalimentaire, levier de la croissance économique nationale    Ramadhan: Echange de vœux entre le Président Tebboune et son homologue égyptien    Bayern Munich: Müller annonce de la prudence    Borussia Dortmund: Raiola n'est pas forcément d'accord avec le BVB dans le dossier Håland    Sétif: saisie de plus de 10 millions d'euros en faux billets    Education : La grève des enseignants largement suivie, selon le CNAPESTE    Coronavirus: 129 nouveaux cas, 104 guérisons et 4 décès    Lutte contre les répercussions de la Covid-19: les agriculteurs algériens ont été à la hauteur du défi    Baouche reste    Crise à la laiterie de Tizi    Des députés français réclament la publication des données sur les déchets nucléaires enterrés en Algérie    Le procès d'Abou Dahdah reporté au 9 mai    Soufiane Djillali ne sera pas candidat    Incident sur le site nucléaire    La CAF «va voir»    290 millions DA dépensés depuis août dernier    Benzema et Zidane domptent le Barça et propulsent le Real Madrid vers le sommet    Processus de réconciliation nationale    Les filiales de Sonelgaz en première ligne    Réunion de travail en présence des imams    La Coquette se prépare pour la saison estivale    Saisie de 200 comprimés psychotropes et arrestation d'un dangereux malfaiteur    Actuculte    Le rapport à l'écriture littéraire présenté par des auteurs algériens    C'est la frénésie !    4 morts et 7 blessés dénombrés    Arezki Hadj Saïd, nouvel inspecteur général des services de police    Et si c'était du schiste ?    Fractures et manœuvres répugnantes    Ibn Sina et Haï El Badr: Relogement de 102 familles à Belgaïd    Appel des étudiants algériens en Russie    Tlemcen: Le mouvement associatif encensé    Les monarchies et les bibelots comme dieux    Voici venir le Ramadhan...    Elle élira domicile à l'espace «Evasion» de l'hôtel Liberté: Une Académie internationale de musique bientôt à Oran    Aboul-Gheit en visite pour discuter des développements régionaux    Une tactique droit dans le mur    L'état doit frapper fort    Le Cnese réactive la Cellule d'équité    Hamdi menace de jeter l'éponge    Deux ministres sur le gril    Le piège de la mémoire    «Personne ne peut porter atteinte à l'unité nationale»    Un roman sur la réalité fabriquée    Abdelaziz Belaid: "nécéssaire cohésion de toutes les franges de la société    Paris réagit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Harraga algériens: Un parti italien demande l'intervention du gouvernement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 08 - 2018

L'ancien président de la région de Sardaigne, en poste de 2009 à 2014, et membre de Forza Italia, Ugo Cappellacci, a de nouveau fait parler de lui sur son sujet de prédilection. En effet, il vient d'interpeller le gouvernement italien à intervenir dans le dossier des harraga après l'énième arrivée, sur la côte sud de la Sardaigne, de 35 immigrants clandestins d'Algérie. «Les débarquements d'immigrants illégaux sur l'axe Algérie-Sardaigne sont une urgence nationale», déclare l'homme appelant à «une intervention décisive du gouvernement», issu de la coalition entre la Ligue et le Mouvement 5 Etoiles, hostile à l'immigration.
Le programme commun entre les deux partis au pouvoir prévoit ainsi l'expulsion de 500 000 personnes en cinq ans et la fermeture des frontières. La Ligue prône aussi l'usage de la légitime défense pour lutter contre l'immigration clandestine. Cappellacci a également critiqué la gestion du gouvernement alors dirigé par le parti démocrate, indiquant que durant ces années, «les arrivées n'ont pas diminué, mais elles ont doublé». Evoquant un danger sur la sécurité nationale, il a aussi demandé à ce que les départs des harraga soient stoppés «immédiatement» en renforçant les accords conclus avec l'Algérie et en rendant effectif le rapatriement des immigrés illégaux.
Pour rappel, l'Algérie et l'Italie sont liées par un accord de réadmission depuis 2000. Une question, d'ailleurs déjà abordée par son successeur à la tête de la région de la Sardaigne, Francesco Pigliaru qui était sorti de sa réserve pour adresser une lettre urgente au ministre italien de l'Intérieur, lui réclamant des mesures concrètes pour rapatrier tous les migrants clandestins algériens. Il a également exigé des mesures urgentes pour stopper l'arrivée des harraga, avaient alors révélé plusieurs médias transalpins. D'après lui, le nombre des Algériens qui ont débarqué illégalement sur les côtes de la Sardaigne a explosé depuis 2016 où il a été enregistré plus de 1106 qui ont rallié les plages de la Sardaigne sur des embarcations de fortune. Francesco Pigliaru a tiré la sonnette d'alarme et a réclamé au gouvernement italien (PD) de mettre la pression sur les autorités algériennes afin de stopper le départ des harraga vers les côtes de l'île italienne.
En septembre 2017, Marco Minniti, le ministre italien de l'Intérieur, avait rencontré, à Alger, son homologue Nourredine Bedoui et aurait demandé à l'Algérie d'aider son pays à arrêter cette nouvelle vague de départs depuis les côtes algériennes. Rome avait fait part de son inquiétude face à l'afflux de migrants en provenance d'Algérie, craignant que le pays ne remplace prochainement la Libye comme point de départ des flux de migrants vers l'Europe à partir de la Méditerranée, avait rapporté le journal britannique The Times. Ainsi, environ 800 personnes ont effectué la traversée de la Méditerranée à partir de l'Algérie, pendant les neuf premiers mois de 2017 alors qu'ils seraient plus de 2 500 Algériens détenus dans les prisons italiennes dont l'écrasante majorité en raison de leur séjour illégal dans le pays, selon la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.