Santé de Bouteflika et relations algéro-françaises : Quand Bajolet se lâche…    ANP : Gaïd Salah installe le nouveau commandant des forces terrestres    «Nous craignons un règlement de comptes»    Le RCD réaffirme sa position    Reddition de deux terroristesà Tamanrasset    ETRHB va obtenir la totalité des actifs du groupe espagnol Villar Mir dans Fertial : Les travailleurs protestent et interpellent le ministre de l'energie    Entre les menaces de Trump et les divisions au sein de l'OPEP : Difficile et houleuse sera la réunion d'Alger    Allemagne : Alstom lance l'aventure du train à hydrogène    CMAE: Zerouati examine avec ses homologues africains les défis de l'environnement dans le continent    Caisse nationale des assurances sociales La situation financière de l'institution est "équilibrée"    L'Algérie "resserre l'étau sur les groupes armés terroristes dans la région"    Syrie : Un sommet russo-turc pour déterminer l'avenir de la province d'Idlib    Sahara occidental : Le Front Polisario dépose plainte au Tribunal de Paris contre une société française    Guerre commerciale : La Chine ne dévaluera "jamais" le yuan    L'Algérie suspend la protection policière    Jaafari dénonce l'agression israélienne    Le MCA en péril à Oran    Engloutissement de deux enfants dans l'oued Mellah    2 morts et sauvetage de 11 personnes bloquées dans leurs voitures    Coups de couteau, viols et rixes mortelles… c'est l'été meurtrier La France est-elle devenue un pays violent ?    Pluies torrentielles à Bouira : Routes coupées et commerces inondés à Ighrem    Catastrophes naturelles en Algérie : 25 milliards de dinars de pertes en 2018    La bravoure des habitants d'El Kantouli    "Achoura" noire à Constantine    A Alger, les femmes ne sont en sécurité nulle part !    Maurice Audin revient cette semaine !    «Le GPRA, précurseur d'une diplomatie révolutionnaire et moderne»    Témoignage sur le parcours de Boualem Bessaïh :    Les promesses des dirigeants déjouent la grève des joueurs    Le supporter serait-il pris par la mauvaise gestion ?    Bendjemil désigné nouvel entraîneur national    Un appel au don de sang entendu    Les gagnants du Leapfrog Hack intègrent Sofrecom Tunisie pour un stage d'été    Des milliers d'employés de l'Unrwa manifestent à Ghaza contre des licenciements    Plus de prérogatives aux élus ?    Les habitants de Djanet fêtent la S'beiba    Gaïd Salah à l'installation du nouveau commandant des Forces Terrestres: «La sécurité de l'Algérie est au centre de nos priorités»    Ligue 1 Mobilis MCO – MCA, gare au perdant!    Les carnets de Hartmut Elsenhans de Rachid Ouaissa: La France reconnaitra-t-elle tous ses crimes ?    Leader de la Ligue 1 Mobilis: La JSK enfonce le CRB    La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    Le football national… au plus bas    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Djamel Allam vu par ses proches et ses amis : Un poète d'une grande sensibilité et immense générosité    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    L'histoire est écrite par les vainqueurs mais l'histoire des vainqueurs n'est pas l'histoire qui finit, tôt ou tard, par reprendre ses droits    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardaigne : Un centre de détention pour dissuader les harraga
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2017

Les responsables de la région sarde sont décidés à mettre un terme à l'arrivée «trop massive», selon eux, de harraga en provenance de Annaba. Pour ce faire, une ancienne prison sera transformée en centre d'expulsion, pour accélérer le rapatriement forcé des nouveaux débarqués.
Ce centre de permanence et de rapatriement sera un instrument de dissuasion pour les flux migratoires pour «dire à ceux qui s'apprêtent à monter sur une barque à destination de la Sardaigne, pour immigrer illégalement, qu'ils ne pourront plus utiliser l'île comme porte d'entrée pour l'Europe, mais qu'ils devront faire marche arrière», a affirmé le président de la région sarde, Francesco Pigliaru.
Les jeunes Algériens (environ un millier chaque année), qui débarquent sur le littoral sarde, étaient jusque-là laissés libres de quitter par leurs propres moyens le territoire de l'île. A leur interpellation par les forces de l'ordre, un mandat d'expulsion, leur signifiant l'obligation de partir de la Sardaigne avant un court délai, leur était délivré, mais ces derniers tentaient l'aventure de poursuivre leur voyage vers le reste de la péninsule, voire l'Europe.
Certains y réussissaient, en empruntant les ferries, d'autres étaient interceptés et expulsés vers l'Algérie, une opération rendue simple par le fait que les Algériens présentaient rarement une demande d'asile politique, qui aurait contraint les autorités italiennes à les maintenir plus longtemps sur le territoire européen, le temps d'examiner leur requête. Et bien que ces flux ne se soient pas accrus outre mesure, ces derniers mois, les autorités sardes ont lancé récemment d'insistants appels au gouvernement de leur pays, exigeant des mesures drastiques pour «empêcher les Algériens d'arriver sur l'île».
«Ce sera un centre de détention administrative où les personnes seront enfermées en attendant leur expulsion (...). Le centre sera destiné principalement à freiner le flux en provenance de l'Algérie», renchérit l'assesseur aux affaires générales, Fillipo Spanu, selon ce que le journal online, Sardinia Post, a rapporté.
Pour réaliser ce projet, et transformer l'ancienne prison de Macomer en centre de détention, une réunion s'est tenue, la semaine dernière, entre les responsables de la région sarde, du ministère de l'Intérieur et de la commune intéressée.
Et bien que le maire de Macomer, Antonio Succu, ait tenté de rassurer ses concitoyens en leur expliquant que «les immigrés seront enfermés et ne pourront pas sortir du centre», des partis de droite hostiles aux étrangers ont rapidement constitué un comité pour s'opposer à l'ouverture de ce centre, considéré comme «une menace pour la sécurité des habitants».
L'opposition a même exigé un référendum populaire pour décider de l'opportunité du projet. En attendant, les autorités ont entamé les vérifications sur place, sur le site de l'ancien centre pénitentiaire de BonuTrau, situé dans la commune de Macomer, dans la province de Nuoro, à 150 kilomètres de Cagliari, capitale de l'île.
En 2016, 1100 immigrés se déclarant de nationalité algérienne ont débarqué sur l'île et la majorité en a été expulsée depuis. En 2017, ce nombre a atteint 1168, à la fin du mois de septembre. Une légère hausse, pourtant invoquée par les responsables de la région autonome, qui a interpellé le gouvernement italien, allant jusqu'à invoquer «une aggravation du taux de la criminalité locale».
Des députés du parti de droite xénophobe, Fratelli d'Italia, ont même été jusqu'à exiger, en séance parlementaire, du ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, «la nécessité d'un blocus naval» pour empêcher, selon eux, l'arrivée de harraga en Sardaigne. «Nous savons que les Algériens sont dangereux et qu'ils se promènent tranquillement dans nos villes, et cela n'est pas acceptable», a prétendu l'un d'eux, Bruno Murgia, en juin dernier, alors que les Algériens débarqués sur l'île étaient à peine au nombre de 300.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.