Manchester City: rebondissement pour Mahrez?    Russie-Egypte : Poutine a manqué la rencontre !    Tirs groupés contre les nouvelles taxes    L'équivalent de 30 milliards de dollars imprimé en 3 mois    Bataille acharnée à Al-Hodeida    ONU : record de 68,5 millions de déplacés en 2017    Le lycée des 1 014-Logements toujours sans nom    Un an de prison requis contre des dirigeants du MDS    "L'USMA ne m'a pas encore fixé d'objectifs"    La malédiction de la dernière minute    BeoutQ, la chaîne pirate qui irrite le Qatar    40% de candidats libres au bac    Bréves du Centre    Les résidents d'Alger décident de geler la grève    Une attaque et son onde de choc    JSK / Boukhanchouche met fin au suspense et décide de rester à la JSK    LFP - Election du président: Quatre candidats, quatre programmes différents    Mostaganem: Deux enfants meurent noyés dans un bassin d'irrigation    Ain Bessem: Une fillette gravement mordue par un chien    Constantine - Vols d'accessoires de véhicules, deux individus arrêtés    Mohamed Aïssa: Dans nos mosquées, il n'y a que des imams algériens    L'illégitimité des vœux    Le consul général de France préside une cérémonie de remise des prix: Les trois premiers prix internationaux de distinction décernés à Oran    FLN : Ould Abbes sous pression    L'agriculture pâtit avec 600 000 emplois ne trouvant pas preneurs    Saisie de 19 kg de kif traité et trois trafiquants arrêtés    Arrestation de trois criminels armés    Lancement prochain des travaux de réaménagement    Un nouveau système mis en place par les Douanes    Aller à la redécouverte d'Ibn Rochd    La waâda de Sidi El-Hasni célébrée du 4 au 7 juillet à Oran    Prix de l'or noir : Le pétrole porté par de nouvelles spéculations sur l'Opep    Conférence des Plénipotentiaires de l'UIT pour l'Afrique    Le citoyen en gardien vigilant    Nigeria : Chercher l'or dans l'espoir de sortir du tout pétrole    Lestées par les tensions commerciales : Les Bourses européennes en baisse    Tlemcen : Aménagement de 400 km de pistes et de routes boisées depuis début 2018    Maroc : "Il existe un ras-le-bol généralisé chez la majorité de la population"    Etats-Unis : La guerre commerciale de Trump enterrera-t-elle l'économie américaine?    Migrants : Merkel sous pression des durs de son gouvernement et de Trump    Daesh sème encore la terreur dans le désert irakien    L'immigration toujours au coeur des débats    Les héroïnes au "Forum de la mémoire"    La nuit des écrivains    Mihoubi à Azerbaïdjan pour la cérémonie d'ouverture    Louh plaide pour la révision de la Constitution    Farid le Boucher et les bijoux    Ramadhan : Kaouane dénonce la violence des programmes TV    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardaigne : Un centre de détention pour dissuader les harraga
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2017

Les responsables de la région sarde sont décidés à mettre un terme à l'arrivée «trop massive», selon eux, de harraga en provenance de Annaba. Pour ce faire, une ancienne prison sera transformée en centre d'expulsion, pour accélérer le rapatriement forcé des nouveaux débarqués.
Ce centre de permanence et de rapatriement sera un instrument de dissuasion pour les flux migratoires pour «dire à ceux qui s'apprêtent à monter sur une barque à destination de la Sardaigne, pour immigrer illégalement, qu'ils ne pourront plus utiliser l'île comme porte d'entrée pour l'Europe, mais qu'ils devront faire marche arrière», a affirmé le président de la région sarde, Francesco Pigliaru.
Les jeunes Algériens (environ un millier chaque année), qui débarquent sur le littoral sarde, étaient jusque-là laissés libres de quitter par leurs propres moyens le territoire de l'île. A leur interpellation par les forces de l'ordre, un mandat d'expulsion, leur signifiant l'obligation de partir de la Sardaigne avant un court délai, leur était délivré, mais ces derniers tentaient l'aventure de poursuivre leur voyage vers le reste de la péninsule, voire l'Europe.
Certains y réussissaient, en empruntant les ferries, d'autres étaient interceptés et expulsés vers l'Algérie, une opération rendue simple par le fait que les Algériens présentaient rarement une demande d'asile politique, qui aurait contraint les autorités italiennes à les maintenir plus longtemps sur le territoire européen, le temps d'examiner leur requête. Et bien que ces flux ne se soient pas accrus outre mesure, ces derniers mois, les autorités sardes ont lancé récemment d'insistants appels au gouvernement de leur pays, exigeant des mesures drastiques pour «empêcher les Algériens d'arriver sur l'île».
«Ce sera un centre de détention administrative où les personnes seront enfermées en attendant leur expulsion (...). Le centre sera destiné principalement à freiner le flux en provenance de l'Algérie», renchérit l'assesseur aux affaires générales, Fillipo Spanu, selon ce que le journal online, Sardinia Post, a rapporté.
Pour réaliser ce projet, et transformer l'ancienne prison de Macomer en centre de détention, une réunion s'est tenue, la semaine dernière, entre les responsables de la région sarde, du ministère de l'Intérieur et de la commune intéressée.
Et bien que le maire de Macomer, Antonio Succu, ait tenté de rassurer ses concitoyens en leur expliquant que «les immigrés seront enfermés et ne pourront pas sortir du centre», des partis de droite hostiles aux étrangers ont rapidement constitué un comité pour s'opposer à l'ouverture de ce centre, considéré comme «une menace pour la sécurité des habitants».
L'opposition a même exigé un référendum populaire pour décider de l'opportunité du projet. En attendant, les autorités ont entamé les vérifications sur place, sur le site de l'ancien centre pénitentiaire de BonuTrau, situé dans la commune de Macomer, dans la province de Nuoro, à 150 kilomètres de Cagliari, capitale de l'île.
En 2016, 1100 immigrés se déclarant de nationalité algérienne ont débarqué sur l'île et la majorité en a été expulsée depuis. En 2017, ce nombre a atteint 1168, à la fin du mois de septembre. Une légère hausse, pourtant invoquée par les responsables de la région autonome, qui a interpellé le gouvernement italien, allant jusqu'à invoquer «une aggravation du taux de la criminalité locale».
Des députés du parti de droite xénophobe, Fratelli d'Italia, ont même été jusqu'à exiger, en séance parlementaire, du ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, «la nécessité d'un blocus naval» pour empêcher, selon eux, l'arrivée de harraga en Sardaigne. «Nous savons que les Algériens sont dangereux et qu'ils se promènent tranquillement dans nos villes, et cela n'est pas acceptable», a prétendu l'un d'eux, Bruno Murgia, en juin dernier, alors que les Algériens débarqués sur l'île étaient à peine au nombre de 300.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.