Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce vendredi    MCA -USMA J-4 : Bendebka «Pour ne pas décevoir les Chnaoua, toute défaite est interdite contre l'USMA»    MCA -USMA J-4 : Casoni «J'ai une idée précise sur l'équipe de l'USMA, mais... »    Migrants en Libye: les conclusions de l'enquête "ne sauraient tarder"    La Russie va réduire sa présence militaire en Syrie    Elections locales: 16 cas de saisine soumises à la justice    Le pétrole en ordre dispersé en Asie    Zimbabwe : le nouveau président appelle à éviter la vengeance    Méditerranée: 1.500 migrants secourus en 3 jours    Algérie : DZ Joker bombarde la chaine TV Ennahar dans une nouvelle vidéo    Mnangagwa attendu au Zimbabwe pour lui succéder    Le Parlement de Tobrouk donne son quitus    Un nouveau projet de loi adopté par le Conseil des ministres    Des téléphones mobiles LG produits en Algérie    2 600 agents de police mobilisés    "Je ne pouvais pas dire non !"    Séminaire d'arbitres d'élite ce samedi à Sidi-Moussa    Zetchi : "C'est un petit dérapage"    Bouteflika s'implique    Une nouvelle campagne de vaccination du "RR" du 26 décembre au 2 janvier    L'opération d'indemnisation lancée    Bedoui annonce la prorogation du scrutin jusqu'à 20h00 dans 44 wilayas    Saïd Boukhari n'est plus    Sur les traces des héros de la Révolution algérienne à El-Eulma    Maroc - Les autorités monétaires rappellent que les monnaies virtuelles sont interdites    Locales 2017: affluence appréciable des électeurs à Alger-Centre durant la matinée    Sahara Occidental: la Namibie déplore la teneur du discours du Souverain marocain qui "mine tous les efforts d'une solution pacifique" (MAE)    Sahara Occidental: le Conseil de sécurité exprime son soutien aux efforts de Kohler    Vers une nouvelle tendance baissière ?    Graves révélations du syndicat des techniciens de la maintenance    Un mandat dans un contexte de crise    Effondrement d'un immeuble en plein centre-ville    L'Etat veut renforcer la protection des consommateurs    Elections locales : Les gens outrés par l'affichage anarchique    Un déficit fiscal de 4 milliards de dollars    Brèves....    Les Bourses européennes en ordre dispersé en l'absence de Wall Street    Tlemcen - Protection de l'enfant : tous concernés    Rendez-vous de la paix pour la Syrie à Sotchi    «Une étape historique dans la coopération éducative franco-algérienne»: Inauguration officielle de l'école française à Oran le 3 décembre    La cartographie politique confortée    "Je ne peux pas promettre le titre pour plaire aux fans"    Le ministère de l'Education annonce le calendrier    Il a été effectué hier    Une pièce retraçant les souffrances des Algériens lors de la Guerre de libération    400 chiites arrêtés en une semaine    Le Miptv et Canneseries au secours de l'audiovisuel    Le chant traditionnel sarde s'invite à Alger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardaigne : Un centre de détention pour dissuader les harraga
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2017

Les responsables de la région sarde sont décidés à mettre un terme à l'arrivée «trop massive», selon eux, de harraga en provenance de Annaba. Pour ce faire, une ancienne prison sera transformée en centre d'expulsion, pour accélérer le rapatriement forcé des nouveaux débarqués.
Ce centre de permanence et de rapatriement sera un instrument de dissuasion pour les flux migratoires pour «dire à ceux qui s'apprêtent à monter sur une barque à destination de la Sardaigne, pour immigrer illégalement, qu'ils ne pourront plus utiliser l'île comme porte d'entrée pour l'Europe, mais qu'ils devront faire marche arrière», a affirmé le président de la région sarde, Francesco Pigliaru.
Les jeunes Algériens (environ un millier chaque année), qui débarquent sur le littoral sarde, étaient jusque-là laissés libres de quitter par leurs propres moyens le territoire de l'île. A leur interpellation par les forces de l'ordre, un mandat d'expulsion, leur signifiant l'obligation de partir de la Sardaigne avant un court délai, leur était délivré, mais ces derniers tentaient l'aventure de poursuivre leur voyage vers le reste de la péninsule, voire l'Europe.
Certains y réussissaient, en empruntant les ferries, d'autres étaient interceptés et expulsés vers l'Algérie, une opération rendue simple par le fait que les Algériens présentaient rarement une demande d'asile politique, qui aurait contraint les autorités italiennes à les maintenir plus longtemps sur le territoire européen, le temps d'examiner leur requête. Et bien que ces flux ne se soient pas accrus outre mesure, ces derniers mois, les autorités sardes ont lancé récemment d'insistants appels au gouvernement de leur pays, exigeant des mesures drastiques pour «empêcher les Algériens d'arriver sur l'île».
«Ce sera un centre de détention administrative où les personnes seront enfermées en attendant leur expulsion (...). Le centre sera destiné principalement à freiner le flux en provenance de l'Algérie», renchérit l'assesseur aux affaires générales, Fillipo Spanu, selon ce que le journal online, Sardinia Post, a rapporté.
Pour réaliser ce projet, et transformer l'ancienne prison de Macomer en centre de détention, une réunion s'est tenue, la semaine dernière, entre les responsables de la région sarde, du ministère de l'Intérieur et de la commune intéressée.
Et bien que le maire de Macomer, Antonio Succu, ait tenté de rassurer ses concitoyens en leur expliquant que «les immigrés seront enfermés et ne pourront pas sortir du centre», des partis de droite hostiles aux étrangers ont rapidement constitué un comité pour s'opposer à l'ouverture de ce centre, considéré comme «une menace pour la sécurité des habitants».
L'opposition a même exigé un référendum populaire pour décider de l'opportunité du projet. En attendant, les autorités ont entamé les vérifications sur place, sur le site de l'ancien centre pénitentiaire de BonuTrau, situé dans la commune de Macomer, dans la province de Nuoro, à 150 kilomètres de Cagliari, capitale de l'île.
En 2016, 1100 immigrés se déclarant de nationalité algérienne ont débarqué sur l'île et la majorité en a été expulsée depuis. En 2017, ce nombre a atteint 1168, à la fin du mois de septembre. Une légère hausse, pourtant invoquée par les responsables de la région autonome, qui a interpellé le gouvernement italien, allant jusqu'à invoquer «une aggravation du taux de la criminalité locale».
Des députés du parti de droite xénophobe, Fratelli d'Italia, ont même été jusqu'à exiger, en séance parlementaire, du ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, «la nécessité d'un blocus naval» pour empêcher, selon eux, l'arrivée de harraga en Sardaigne. «Nous savons que les Algériens sont dangereux et qu'ils se promènent tranquillement dans nos villes, et cela n'est pas acceptable», a prétendu l'un d'eux, Bruno Murgia, en juin dernier, alors que les Algériens débarqués sur l'île étaient à peine au nombre de 300.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.