Le kit "déontologique" du parfait policier    "Nous cueillons les fruits de ce que nous avons semé"    L'Etat algérien prépare des textes sur le droit d'asile    Une coopérative voit le jour    Le coup de starter    Les Chinois à la rescousse du tourisme algérien    L'accord sur le nucléaire iranien menacé    Une commission de l'ONU veut des poursuites pour crimes contre l'humanité    Une trêve qui ne dit pas son nom    Bounedjah en tête des buteurs    "Aucun contact avec Madjer"    La compétition a débuté hier à Tissemsilt    Les assurances de Ouyahia    "Tous les projets iront à leur terme"    Une tentative de contrebande déjouée à Sétif    Le groupe régale le public de la salle Ahmed Bey    Une trentaine de participantes attendues    La troupe de chants du Koweït à Ibn Zeydoun    Quels éléments de victoire pour des armées occupantes ?    Amnesty international pointe de multiples atteintes    Dans un contexte de crise : L'UGTA célèbre le 62ème anniversaire de sa création    Le ministère du Commerce lance une enquête    Raffinage du pétrole brut à l'étranger : Sonatrach procédera cette année à l'opération    USMA-MCA, que le spectacle soit au rendez-vous    Grâce au recettes publicitaires et de l'intégration de RTL : 2017 était une bonne année pour M6    JO 2018: Alina Zagitova remporte la première médaille d'or pour la Russie    L'armée découvre un énorme arsenal de guerre    Bedoui précise les conditions    Fonds provenant du marché parallèle : Les mesures des services publics donnent leurs fruits    Dans les wilayas de l'Ouest : Marche de protestation des médecins résidents    Pressions supplémentaires sur Benghabrit    Les mauvais payeurs seront sanctionnés    Décés du prisonnier politique sahraoui Mohamed el Ayoubi    Concernant les crises et le droit des peuples à l'autodétermination : Messahel affirme l'attachement de l'Algérie au règlement politique    Etats -Unis : Des enseignants armés, pourquoi pas ?    Programme des projections    «La qualité, secret de la réussite de l'ANP»    «Elles sont des instruments pour préserver notre patrimoine»    «Le fils du pauvre» de Mouloud Feraoun ressuscité    Ouverture des 1res journées nationales du théâtre réaliste de Tiaret    Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique    Ligue 2 Mobilis: Le programme des rencontres de la 21ème journée    Consommation : Quand le blanc salit...    Les élèves désemparés    Le tourisme durable et l'écotourisme sont des outils puissants de développement économique    Il m'a fallu 37 ans d'expérience avant d'être le directeur du TRO»    MCA : Casoni : «On doit prendre notre revanche sur l'USMA»    Droits de l'homme: Le CNDH propose la révision du droit de garde de l'enfant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardaigne : Un centre de détention pour dissuader les harraga
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2017

Les responsables de la région sarde sont décidés à mettre un terme à l'arrivée «trop massive», selon eux, de harraga en provenance de Annaba. Pour ce faire, une ancienne prison sera transformée en centre d'expulsion, pour accélérer le rapatriement forcé des nouveaux débarqués.
Ce centre de permanence et de rapatriement sera un instrument de dissuasion pour les flux migratoires pour «dire à ceux qui s'apprêtent à monter sur une barque à destination de la Sardaigne, pour immigrer illégalement, qu'ils ne pourront plus utiliser l'île comme porte d'entrée pour l'Europe, mais qu'ils devront faire marche arrière», a affirmé le président de la région sarde, Francesco Pigliaru.
Les jeunes Algériens (environ un millier chaque année), qui débarquent sur le littoral sarde, étaient jusque-là laissés libres de quitter par leurs propres moyens le territoire de l'île. A leur interpellation par les forces de l'ordre, un mandat d'expulsion, leur signifiant l'obligation de partir de la Sardaigne avant un court délai, leur était délivré, mais ces derniers tentaient l'aventure de poursuivre leur voyage vers le reste de la péninsule, voire l'Europe.
Certains y réussissaient, en empruntant les ferries, d'autres étaient interceptés et expulsés vers l'Algérie, une opération rendue simple par le fait que les Algériens présentaient rarement une demande d'asile politique, qui aurait contraint les autorités italiennes à les maintenir plus longtemps sur le territoire européen, le temps d'examiner leur requête. Et bien que ces flux ne se soient pas accrus outre mesure, ces derniers mois, les autorités sardes ont lancé récemment d'insistants appels au gouvernement de leur pays, exigeant des mesures drastiques pour «empêcher les Algériens d'arriver sur l'île».
«Ce sera un centre de détention administrative où les personnes seront enfermées en attendant leur expulsion (...). Le centre sera destiné principalement à freiner le flux en provenance de l'Algérie», renchérit l'assesseur aux affaires générales, Fillipo Spanu, selon ce que le journal online, Sardinia Post, a rapporté.
Pour réaliser ce projet, et transformer l'ancienne prison de Macomer en centre de détention, une réunion s'est tenue, la semaine dernière, entre les responsables de la région sarde, du ministère de l'Intérieur et de la commune intéressée.
Et bien que le maire de Macomer, Antonio Succu, ait tenté de rassurer ses concitoyens en leur expliquant que «les immigrés seront enfermés et ne pourront pas sortir du centre», des partis de droite hostiles aux étrangers ont rapidement constitué un comité pour s'opposer à l'ouverture de ce centre, considéré comme «une menace pour la sécurité des habitants».
L'opposition a même exigé un référendum populaire pour décider de l'opportunité du projet. En attendant, les autorités ont entamé les vérifications sur place, sur le site de l'ancien centre pénitentiaire de BonuTrau, situé dans la commune de Macomer, dans la province de Nuoro, à 150 kilomètres de Cagliari, capitale de l'île.
En 2016, 1100 immigrés se déclarant de nationalité algérienne ont débarqué sur l'île et la majorité en a été expulsée depuis. En 2017, ce nombre a atteint 1168, à la fin du mois de septembre. Une légère hausse, pourtant invoquée par les responsables de la région autonome, qui a interpellé le gouvernement italien, allant jusqu'à invoquer «une aggravation du taux de la criminalité locale».
Des députés du parti de droite xénophobe, Fratelli d'Italia, ont même été jusqu'à exiger, en séance parlementaire, du ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, «la nécessité d'un blocus naval» pour empêcher, selon eux, l'arrivée de harraga en Sardaigne. «Nous savons que les Algériens sont dangereux et qu'ils se promènent tranquillement dans nos villes, et cela n'est pas acceptable», a prétendu l'un d'eux, Bruno Murgia, en juin dernier, alors que les Algériens débarqués sur l'île étaient à peine au nombre de 300.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.