Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sardaigne : Un centre de détention pour dissuader les harraga
Actualité : les autres articles
Publié dans El Watan le 24 - 10 - 2017

Les responsables de la région sarde sont décidés à mettre un terme à l'arrivée «trop massive», selon eux, de harraga en provenance de Annaba. Pour ce faire, une ancienne prison sera transformée en centre d'expulsion, pour accélérer le rapatriement forcé des nouveaux débarqués.
Ce centre de permanence et de rapatriement sera un instrument de dissuasion pour les flux migratoires pour «dire à ceux qui s'apprêtent à monter sur une barque à destination de la Sardaigne, pour immigrer illégalement, qu'ils ne pourront plus utiliser l'île comme porte d'entrée pour l'Europe, mais qu'ils devront faire marche arrière», a affirmé le président de la région sarde, Francesco Pigliaru.
Les jeunes Algériens (environ un millier chaque année), qui débarquent sur le littoral sarde, étaient jusque-là laissés libres de quitter par leurs propres moyens le territoire de l'île. A leur interpellation par les forces de l'ordre, un mandat d'expulsion, leur signifiant l'obligation de partir de la Sardaigne avant un court délai, leur était délivré, mais ces derniers tentaient l'aventure de poursuivre leur voyage vers le reste de la péninsule, voire l'Europe.
Certains y réussissaient, en empruntant les ferries, d'autres étaient interceptés et expulsés vers l'Algérie, une opération rendue simple par le fait que les Algériens présentaient rarement une demande d'asile politique, qui aurait contraint les autorités italiennes à les maintenir plus longtemps sur le territoire européen, le temps d'examiner leur requête. Et bien que ces flux ne se soient pas accrus outre mesure, ces derniers mois, les autorités sardes ont lancé récemment d'insistants appels au gouvernement de leur pays, exigeant des mesures drastiques pour «empêcher les Algériens d'arriver sur l'île».
«Ce sera un centre de détention administrative où les personnes seront enfermées en attendant leur expulsion (...). Le centre sera destiné principalement à freiner le flux en provenance de l'Algérie», renchérit l'assesseur aux affaires générales, Fillipo Spanu, selon ce que le journal online, Sardinia Post, a rapporté.
Pour réaliser ce projet, et transformer l'ancienne prison de Macomer en centre de détention, une réunion s'est tenue, la semaine dernière, entre les responsables de la région sarde, du ministère de l'Intérieur et de la commune intéressée.
Et bien que le maire de Macomer, Antonio Succu, ait tenté de rassurer ses concitoyens en leur expliquant que «les immigrés seront enfermés et ne pourront pas sortir du centre», des partis de droite hostiles aux étrangers ont rapidement constitué un comité pour s'opposer à l'ouverture de ce centre, considéré comme «une menace pour la sécurité des habitants».
L'opposition a même exigé un référendum populaire pour décider de l'opportunité du projet. En attendant, les autorités ont entamé les vérifications sur place, sur le site de l'ancien centre pénitentiaire de BonuTrau, situé dans la commune de Macomer, dans la province de Nuoro, à 150 kilomètres de Cagliari, capitale de l'île.
En 2016, 1100 immigrés se déclarant de nationalité algérienne ont débarqué sur l'île et la majorité en a été expulsée depuis. En 2017, ce nombre a atteint 1168, à la fin du mois de septembre. Une légère hausse, pourtant invoquée par les responsables de la région autonome, qui a interpellé le gouvernement italien, allant jusqu'à invoquer «une aggravation du taux de la criminalité locale».
Des députés du parti de droite xénophobe, Fratelli d'Italia, ont même été jusqu'à exiger, en séance parlementaire, du ministre de l'Intérieur, Marco Minniti, «la nécessité d'un blocus naval» pour empêcher, selon eux, l'arrivée de harraga en Sardaigne. «Nous savons que les Algériens sont dangereux et qu'ils se promènent tranquillement dans nos villes, et cela n'est pas acceptable», a prétendu l'un d'eux, Bruno Murgia, en juin dernier, alors que les Algériens débarqués sur l'île étaient à peine au nombre de 300.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.