Salah Goudjil confirmé    Les avocats obtiennent gain de cause    «La pensée libre» à la barre    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Une "menace à la sécurité nationale", selon Hanoune    "Je veux une République sans haine"    Ould Kaddour dans le collimateur    Un site hautement sécurisé    Signature d'une convention pour la promotion des PME    Mohamed Bazoum Président    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Benchaïra indisponible pour une semaine    Le Mouloudia ne fait plus le poids    Un clasico sans âme    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément    Les dossiers de réhabilitation de 32 sites historiques à l'étude    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Ligue 2 - Groupe Ouest: Le CR Témouchent sur sa lancée    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Sans diagnostic point de remède !    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Harraga algériens en Italie: Le gouvernement italien accusé de ne pas faire assez contre l'immigration
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 12 - 2017

En Sardaigne, où le parti de droite de Sylvio Berlusconi, Forza Italia, fait la pluie et le beau temps, le gouvernement de centre gauche de Paolo Gentiloni, accusé de ne pas faire assez pour lutter contre l'immigration clandestine, est l'objet de vives critiques. A Cagliari, la presse locale parle même de «trahison», en évoquant les accords politiques conclus entre Alger et Rome en matière de lutte contre l'émigration clandestine. Depuis le début de l'année, plus de 1.000 personnes, dont des Algériens, sont arrivées en Sardaigne directement des côtes algériennes. Selon Ugo Cappellacci, coordinateur régional de Forza Italia, cité par Algheronews, les arrivées de migrants à partir des côtes algériennes ont plus que doublé. «Le gouvernement a trahi tous les engagements, en particulier ceux annoncés pompeusement par le ministre de l'Intérieur Marco Minetti après le sommet en Algérie», affirme le représentant de Forza Italia dans l'île. Il ajoute que «le centre gauche sur ce sujet n'a aucune crédibilité», dénonçant au passage la politique «déguisée» des démocrates en accueillant dans les écoles les migrants. Pour Forza Italia, «notre île est devenue un terminal d'immigration». Pour Ugo Capellaci, surnommé «la vrille», «l'accueil humanitaire ne peut pas être un écran pour cacher une immigration sans critères et sans contrôles, ce qui ne fait que nourrir les affaires des trafiquants de personnes». Avant de se lâcher et de lancer : «n'essayez pas de nous refuser le racisme, parce que les bénéficiaires de ce système que nous dénonçons depuis des années sont les Italiens et les Européens». Il est clair que pour la droite italienne, et une partie de la classe politique de centre droit, les engagements pris par le gouvernement italien pour juguler le flux de migrants clandestins des côtes africaines ont été trahis. Selon des chiffres cités par des ONG, au moins 1.100 migrants ont transité en 2016 et 800 depuis le début de l'année 2017 par l'Algérie vers l'Italie. Au mois de septembre, l'ex-secrétaire d'Etat chargé des services secrets et actuel ministre de l'Intérieur italien, Marco Minitti, s'est déplacé à Alger pour tenter de trouver avec le gouvernement algérien une solution à ce dossier. Préoccupée par la recrudescence des arrivées d'immigrants à partir de l'Algérie et craignant que ce pays ne devienne une plateforme d'immigration clandestine utilisée par les réseaux de passeurs de Subsahariens après le verrouillage des passages à partir de Libye, Marco Minniti s'est déplacé à Alger où il a rencontré son homologue algérien Nouredine Bedoui, puis le ministre des Affaires étrangères Abdelkader Messahel, et s'est entretenu ensuite avec le Premier ministre Ahmed Ouyahia. Au menu, la lutte contre l'immigration clandestine et le terrorisme. Selon un communiqué du Premier ministère, «l'audience a donné lieu à l'examen de l'état d'évolution des relations bilatérales, notamment la coopération sécuritaire, la lutte contre la criminalité transfrontalière et la circulation des biens et des personnes». De son côté, le ministre italien avait indiqué que «son pays travaille» avec les autorités algériennes pour améliorer notre collaboration dans les cas d'immigration clandestine». La hantise des responsables italiens est que l'Algérie, comme la Tunisie, ne soient dorénavant les deux nouvelles portes sur l'Europe, après que les migrants Subsahariens ont déserté la Libye, où ils sont exposés aux pires sévices, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM). Durant ces trois dernières années, près de 150.000 Subsahariens sont parvenus à entrer en Europe en traversant la Méditerranée.
Depuis le début de 2017, on estime à 26.886 le nombre de migrants arrivés en Italie, soit plus de 7.000 que le nombre enregistré l'année dernière sur la même période. Mais, depuis juin dernier, la route de la Libye a été fermée après un accord passé entre le gouvernement libyen et les autorités italiennes le 21 mai dernier, qui ont fourni d'importants moyens matériels aux gardes-côtes libyens et les ont formés.
Aujourd'hui en Sardaigne, la droite, dopée par la dernière réunion des partis européens d'extrême droite à Prague le 16 décembre dernier, dont le FN français et le parti autrichien de la liberté de droite (FPÖ) de Heinz-Christian Strache, monte au créneau pour acculer le gouvernement de centre gauche et exiger plus de fermeté contre l'immigration clandestine. En provenance d'Algérie notamment.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.