La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





FFS: Un «changement de système par une approche consensuelle et pacifique»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 10 - 2018


Suite à la réunion de son Conseil national, le Front des forces socialistes (FFS) a rendu public un communiqué dans lequel il réitère sa démarche de «changement de système par une approche consensuelle». Dans son analyse de la situation politique du pays, le FFS estime que vu «le système actuel de gouvernance politique», il y a nécessité d'un «changement de système et non pas un changement dans le système». Selon le communiqué, «il n'y a aucun doute que, sauf imprévu, la prochaine élection présidentielle ne fera que pérenniser le système actuel, quel que soit le candidat parrainé par le régime». «Tout laisse prévoir que la grande majorité (de la population, ndlr) s'abstiendra de voter ou votera contre le candidat du système». «En vérité, le système servi par des ressources naturelles abondantes a duré en s'achetant une légitimité sociale à défaut d'une légitimité politique. On peut dire que le système a travaillé pour lui-même tout en étant persuadé de travailler pour les Algériens, mais, en tout état de cause, n'a pas travaillé avec les Algériens», affirme le communiqué. Le FFS estime que «ceux qui sont dans le système (…) se déclarent en mesure d'assumer le changement et ne partagent pas le point de vue de ceux qui prônent une rupture totale avec l'existant». «La crainte d'un changement de système par des forces extérieures autonomes est perçue comme une menace pour la survie du régime, c'est-à-dire pour les positions, les privilèges, les patrimoines, voire la sécurité des uns et des autres. Cette peur a conduit le système à refuser tout processus démocratique transparent, préférant gérer la population par la carotte et le bâton», ajoute le parti. Mais, ajoute le FFS, «le changement est inévitable à court ou à moyen terme, et gagnerait à se faire de façon pacifique et consensuelle, dans le cadre d'un Etat de droit». Cependant, ajoute le communiqué du Conseil national du parti, «le changement de système politique est une condition nécessaire mais insuffisante pour le développement du pays et la sauvegarde de son indépendance politique et économique». «Le changement de système politique doit s'accompagner en même temps d'un changement de politique économique qui préserve la souveraineté nationale dans le contexte de la mondialisation. Ce sera la mission du futur gouvernement qui sera issu, avec l'avènement de la 2e république, de la future Assemblée nationale constituante démocratiquement élue», lit-on dans le communiqué. «Cette démarche isolera et réduira à néant les positions extrémistes qui ont choisi la violence pour changer le système, et assurera à l'Algérie un avenir démocratique de paix, de progrès et de prospérité», affirme le FFS. Evoquée lors du Conseil national du FFS, la question «organique» a été rapidement traitée par le communiqué dans lequel cette instante affirme avoir «pris connaissance de l'état d'avancement des opérations de renouvellement et d'élargissement des structures du parti au niveau des fédérations et des sections, et se félicite du respect de la feuille de route et des délais fixés». Le communiqué est resté silencieux sur de récents développements, comme l'exclusion de la députée d'Alger, Salima Ghezali, et la suspension de Chafaa Bouaïche, député de Béjaïa.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.