« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sécurité des vols: L'UGTA défend Air Algérie
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 11 - 2018

Alors que la sécurité des vols d'Air Algérie a été abondamment évoquée suite à la grève du personnel de la maintenance, qui dure depuis le 11 novembre dernier, l'UGTA, qui ne s'était pas encore prononcée, est sortie de sa réserve. Dans son communiqué rendu public hier, la section syndicale UGTA d'Air Algérie a démenti rigoureusement les informations diffusées par certains médias sur de prétendus vols d'appareils de la compagnie sans contrôle technique. «Nous rassurons les usagers et affirmons solennellement que les avions d'Air Algérie, alignés pour les vols, sont techniquement contrôlés en matière de navigabilité selon les normes de sécurité prescrites par les autorités nationales et internationales», précise la même source qui indique que les contrôles sont assurés «par des mécaniciens et ingénieurs hautement qualifiés et certifiés par l'autorité nationale (DACM)». En outre, ajoute le communiqué, et «avant chaque départ, l'avion est soumis à trois contrôles rigoureux» exercés par «le mécanicien avion», «le service de contrôle interne à la compagnie (SACA)» et «le personnel navigant». A ces opérations se greffent celles effectuées sur l'avion lorsqu'il arrive à destination par «les autorités locales habilitées, à titre d'exemple, le SAFA pour l'Europe (Safety assessement of foreign aircraft». La maintenance aéronautique de la compagnie nationale est «dotée d'agréments européens et internationaux lui permettant d'exercer l'activité selon les normes requises», affirme encore le syndicat. Jeudi dernier, Air Algérie avait tenu à rassurer ses clients sur la fiabilité technique de ses vols. Mohamed Charef, le conseiller du P-dg de la compagnie aérienne nationale, avait affirmé, dans une conférence de presse consacrée à la grève des travailleurs de la maintenance qu'«aucun avion n'est autorisé à décoller sans subir des contrôles techniques et sans finaliser toutes les procédures administratives», en dépit de ce débrayage. «Les avions sont contrôlés par les techniciens et ingénieurs qui ont refusé de répondre à l'appel de cette grève», a-t-il précisé. Cette mise au point répond aux interrogations soulevées sur la sécurité des vols d'Air Algérie suite au débrayage des techniciens et ingénieurs chargés du contrôle technique des avions au sol et leur entretien en ligne, soit après chaque vol et avant chaque décollage. Mohamed Charef a loué la qualité du contrôle technique et de maintenance prodiguée par les techniciens et ingénieurs d'Air Algérie, expliquant qu'elle est conforme «aux normes et règles de sécurité en vigueur à l'échelle mondiale». Un avis conforté par le directeur central d'Air Algérie, Ziouche Salim, qui a déclaré que les avions étaient contrôlés en Algérie et à l'étranger, ajoutant que tous les appareils d'Air Algérie et même ceux des autres compagnies qui se trouvent à l'aéroport Houari Boumediene étaient contrôlés «minutieusement».
Pour l'UGTA, ces informations ne sont que des «attaques contre le pavillon national d'Air Algérie» et leurs auteurs «commettent l'imprudence de douter et de s'attaquer à la maintenance aéronautique algérienne, qui a déjà acquis ses lettres de noblesse depuis des décennies». Charef avait tenu à déplorer «certaines voix qui se sont élevées en faveur de cette grève ou pour d'autres intérêts, en prétextant qu'il y a absence de contrôle technique et de maintenance des avions avant le décollage, un prétexte pour tromper l'opinion publique et porter atteinte à l'image de la compagnie à l'étranger». Mercredi dernier, le Mouvement citoyen algérien en France (MCAF) avait indiqué, dans un communiqué, qu'il allait demander «à la direction de l'aviation civile internationale (OACI) d'accentuer les contrôles des appareils d'Air Algérie, puisqu'il s'agit de la sécurité des passagers avant tout». Le président du SNTMA, de son côté, n'a pas voulu s'exprimer sur cette question.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.