2 000 marcheurs pour la liberté à Béjaïa    Les textes désormais contestables    Plus inquiétant que le ballon, celui qui le lance !    Stations de dessalement : la panacée    Nouvelle réforme des retraites en 2019 ?    Un hybride inédit    Les quarts de finale et demi-finales seront disputés en aller-retour    River triomphe de Boca, finale aseptisée à Madrid    Belgrade, passage obligé pour Paris, Naples et Liverpool    Saisie de 36 240 sachets de tabac à chiquer    La femme de la victime, sa fille et un complice sous mandat de dépôt    Un homme arrêté pour détention illégale d'un fusil de chasse et de munitions    Plaidoyer pour la construction d'un récit historique solide    Quand un observateur fait tomber les masques d'imposture    ACTUCULT    MSP Batna: Satisfaction sur tous les plans    Un pacte self-service    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Très attendue par les écologistes et les amoureux de la nature: Ouverture prochaine de la maison de l'environnement    Un avis d'adjudication sera lancé prochainement: Vers la concession du nouveau marché de véhicules d'El Hamri à un privé    Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Le poids de la crise    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Ouyahia contrarié ?    Le FLN pour une nouvelle sérénité    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    Ghezzal retrouve la compétition    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    L'alliance présidentielle affiche sa disponibilité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





37.000 migrants nigériens rapatriés en 4 ans: L'Algérie dénonce les pressions internationales
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 11 - 2018

3.500 migrants, issus de 24 pays africains, sont enregistrés, par semaine, aux frontières algériennes, a indiqué le directeur responsable du dossier de la migration, au ministère de l'Intérieur, des Collectivités locales et de l'Aménagement du territoire, Hacen Kacimi.
Il a déclaré, à ce propos, que «plus que l'Europe, l'Algérie est sujette à l'accroissement du phénomène de la migration illégale», tout en dénonçant les «pressions étrangères» dont elle fait l'objet de la part de pays et d'organisations qui «ferment les yeux sur des pays voisins qui abandonnent des migrants africains dans le désert». Rappelons qu'Alger a été épinglée, par l'ONU, sur cette question de rapatriement des Nigériens, vers leur pays. En avril dernier, le même responsable avait affirmé que «les migrants africains constituent une menace pour la sécurité et la stabilité du pays, dans un contexte où certains tentent d'utiliser le phénomène pour faire pression sur l'Algérie». S'exprimant, lundi dernier, lors d'une conférence de presse, tenue dans un centre d'aide sociale, à Dely Ibrahim, où sont hébergés et pris en charge plus de 70 enfants nigériens, dont 28 sans parents, M. Kacimi a annoncé le rapatriement de 37.000 migrants nigériens, entre décembre 2014 et novembre 2018, dont 1.095 femmes et enfants.
Ces derniers, versés dans la mendicité, à partir de 2013 et 2014, étaient exploités par des réseaux criminels nigériens et l'argent récolté servait, notamment, à l'acquisition d'armes, explique-t-il. Interrogés par l'APS, des femmes et des enfants, présents dans ce centre, ont répondu qu'«ils ont été transportés par un passeur inconnu à partir du Niger, les faisant transiter, clandestinement, par les frontières algériennes, afin de les exploiter, en Algérie, dans la mendicité et remettre les sommes collectées au tenancier du réseau». Kacimi a, également, dénoncé les critiques qui ont suivi l'appel lancé par son département aux Algériens, de ne plus donner de l'argent aux enfants africains, en situation irrégulière qui sont exploités par ces réseaux criminels et «certains rapports nous ont accusés de détenir ces enfants».
Il a expliqué la situation sensible de l'Algérie qui s'est retrouvée obligée «d'agir pour les protéger et les installer dans des endroits convenables où ils bénéficient de prise en charge». Justement, face à ces réseaux, Hacen Kacimi a rappelé le rôle de la justice et des services de sécurité qui s'emploient à leur éradication, précisant que nombreux réseaux criminels du Niger, spécialisés dans la traite humaine, avaient été démantelés, à Alger, Tizi-Ouzou, Béjaia et Oran, ajoutant que les investigations se poursuivent toujours. Mais l'épicentre de ces réseaux est localisé dans les wilayas du Sud, donnant l'exemple de la commune d'In Guezzam, dans la wilaya de Tamanrasset où l'Armée nationale populaire (ANP) a arrêté plusieurs de leurs membres, ainsi que la commune de Bordj Badji Mokhtar, dans la wilaya d'Adrar où, rappelle-t-il, des quantités d'armes de guerre ont été saisies.
Cette localisation géographique met en lumière les connexions qui existent entre le grand banditisme et les groupes terroristes, dénoncées depuis toujours, par les Autorités algériennes. Le responsable du dossier de la migration au département de Bedoui a, aussi, indiqué que l'Algérie consacre un lourd budget pour le transport, l'hébergement et la prise en charge des migrants clandestins, précisant que pour 2019, 100 milliards de centimes ont été alloués, pour le transport et à la nourriture des Nigériens, entrés clandestinement, en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.