Manchester United: Mandzukic en approche    Education: Belabed pour une politique prospective pour renforcer les compétences du secteur    HABITAT : Le gouvernement Bedoui rassure les demandeurs de logements    Gaïd Salah présente un exposé sur le projet de loi relatif au statut général des personnels militaires    Algérie-France (amical): rencontre mardi à Lille entre le président de la FAF et la FFF    Bensalah: l'Etat soucieux de rationaliser l'exploitation des ressources et richesses souterraines nationales    Ouargla: lancement de la nouvelle ligne ferroviaire Touggourt-Alger    Les Tunisiens commencent à voter pour le second tour de la présidentielle    Le WAT reste leader malgré la défaite, l'ASK sur le podium    Khirreddine Madoui démissionne de son poste d'entraîneur    Mise en garde russe contre l'aggravation de la situation humanitaire dans le Nord-Est    Le gouvernement consacre 17 milliards de DA pour le dégel de plusieurs projets    Vers l'augmentation de la taxe de pollution    Neuf morts et 9 blessés au cours des dernières 48 heures    Sahara occidental/Manifestation à Paris: la France dénoncée, une date pour le référendum d'autodétermination revendiquée    Brésil: des examens à Paris pour Neymar    Rassemblement en solidarité avec les détenus d'opinion à Sidi Bel Abbès    Foot/ Algérie - Colombie : Abeid réintègre le groupe, Tahrat ménagé    Qui sera le partenaire de Suzuki en Algérie ?    Ce que prévoit la loi de finances pour les start-up    Les joueurs sénégalais refusent la prime de la Fédération    Début de stage demain    Retour à la case départ    1er Salon international des technologies et équipements dentaires    L'Anie face à la dure réalité du terrain    Des détenus d'opinion en grève de la faim à partir du 23 octobre    22 cas de méningite enregistrés    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les films algériens Abou Leila et 143, rue du désert en compétition    Hans Hartung en réouverture du Musée d'art moderne de Paris    Micheline la Française, la tante Zalamite et les autres    Ouverture des journées de lecture publique à Tamanrasset    Bir Ghbalou : Entre le portrait de BenSalah et les promesses du Hirak    Face aux difficultés rencontrées par la CNR et la CNAS : Les solutions des experts    «Le pouvoir rame à contre-courant d'un mouvement historique de libération d'un peuple»    Investissement : le FCE soutient fortement la révision de la règle 49/51    En bref…    Soudan : Une femme nommée à la tête de la Cour suprême    En bref…    Journée mondiale de la santé mentale : Un suicide toutes les 40 secondes, selon l'OMS    Première thèse algérienne identifiant les facteurs prédictibles    «J'intégrerai des personnages algériens dans ma prochaine histoire»    Ghardaïa : Appel à la préservation du patrimoine architectural et culturel    «Le plasticien doit être responsable»    Centre-ville: Deux dealers sous les verrous    Mostaganem: Des arrestations en marge de la visite du ministre de la Jeunesse et des Sports    Pour réclamer «la libération de tous les détenus d'opinion»: Marche nationale des avocats le 24 octobre    Le Pentagone déploie 3.000 soldats supplémentaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Kashoggi: pour Trump la «messe» est dite
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2018


En dépit de l'accablant rapport sur la plus que probable implication du prince héritier saoudien dans le meurtre du journaliste Jamal Kashoggi que lui ont transmis les agences américaines du renseignement, Donald Trump a cyniquement choisi de ménager celui-ci en soutenant qu'elles n'ont «rien trouvé» d'absolument certain» qui lui aurait fait considérer que son implication est irrécusablement établie. Ce qui n'est pas pour surprendre de la part du président américain qui, depuis le début de l'affaire Kashoggi, a clairement laissé apparaître que, quelles que soient les révélations que feront les enquêtes, les Etats-Unis s'abstiendront de leur donner une suite préjudiciable au «partenariat inébranlable» qu'ils ont avec la monarchie wahhabite. En laissant planer le doute sur l'implication de Mohamed Ben Salman, dont le monde entier est convaincu de sa réalité, Trump a résolument opté pour ignorer les voix qui, y compris dans son pays et parmi le camp républicain, la tiennent pour certaine et réclament que des sanctions sévères soient infligées à l'Arabie Saoudite et à la famille royale. A ces voix, le président américain a répondu en faisant valoir qu'il ne les entendra pas en raison que sa position conciliante à l'égard de la monarchie wahhabite lui est dictée par «l'intérêt des Etats-Unis», d'Israël et d'autres partenaires dans la région». il est allé même faire entendre que les critiques que le meurtre de Kashoggi vaut à la monarchie saoudienne, sont injustes à ses yeux au regard du rôle «indispensable» qu'elle joue dans un «monde très dangereux» en «acceptant de dépenser des milliards pour lutter contre le terrorisme islamique (sic) qui se retient de quitter ce pays». En disant cela, Trump a signifié au monde que, pour lui, la «messe est dite» sur l'ignoble assassinat du journaliste et qu'il entend refermer le dossier pour permettre à la monarchie wahhabite d'éviter une déstabilisation qui risquerait de lui être fatale. Selon la mantra citée par l'inénarrable président américain, le sinistre et sanguinaire prince héritier de la monarchie saoudienne restera donc un partenaire fréquentable de la démocratie «morale» que se prétendent être les Etats-Unis. Et cela même si ses mains dégoulinent du sang de Jamal Kashoggi et des innombrables autres suppliciés saoudiens sur son ordre. Pour sûr que «MBS», ainsi conforté, va s'employer à neutraliser, y compris par de nouveaux meurtres, toutes les oppositions dans le royaume qui, le croyant voué à la vindicte de l'Amérique, ont naïvement tablé sur son affaiblissement pour s'aventurer à réclamer son éloignement de la succession dynastique. Quand à ceux qui, à travers le monde, persistent à se faire les hérauts d'une Amérique exemplaire s'agissant des droits de l'Homme, il va leur falloir convenir que c'est une tout autre réalité qui guide ses positions internationales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.