Producteurs de boissons: Appel à des mesures urgentes pour éviter des pénuries    Ils lancent un appel de détresse: 12 Algériens, dont 5 femmes, bloqués aux Maldives    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    Blida: Course après les aliments et non-respect du confinement    Cours à distance en période de confinement: Un plus selon les syndicats mais...    Une instruction du Premier ministère: D'autres catégories de commerces autorisées à activer    RENAISSANCE HUMAINE    Le gouvernement fixe les types de commerce autorisés à ouvrir    Quand le besoin vital de masques vire à l'anarchie entre états    Report de la réunion de l'Opep+ au 8 ou 9 avril    L'infrangible lien…    Jijel : fausse pénurie d'huile et de sucre    Rapatriement de 740 ressortissants algériens bloqués en Turquie    Plusieurs saisies effectuées à Tizi Ouzou    Le marché d'El-Graba à Relizane démantelé    Du carburant gratuit pour les ambulances à Médéa    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le président Tebboune interdit les cadeaux entre responsables de l'Etat    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    Coronavirus : la Cnep-Banque prend de nouvelles mesures    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    Real Madrid: l'agent d'Hakimi dément un accord    La chute de la maison Bouteflika    Pétrole : les pays de l'Opep+ décidés à agir pour stabiliser les cours de l'or noir    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Le MJS, la FAF et la LFP ne veulent pas d'un championnat à blanc    USM Alger : Le groupe Serport engagé contre le Covid-19    JSM Béjaïa : Hammouche plaide pour une meilleure reprise    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    "Nous avons encore une vision très normative de la création théâtrale"    Le geste fort d'Aït Menguellet en faveur des détenus d'opinion    Cela s'est passé le 29 mars 1956 à Constantine : L'assassinat du commissaire principal Jean Sammarcelli    Théâtre régional Azzeddine Medjoubi d'Annaba : Riche programme virtuel pour le public confiné    Hommage à la «princesse rouge» : Son Altesse populaire    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    LFP: La Ligue fait un don d'un milliard de centimes    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    L'ex-directeur de l'éducation: Tahar Brahmi n'est plus    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    Mines antipersonnel: l'Algérie marque le journée internationale de sensibilisation au problème    Décès de Kheddad: l'Organisation américaine des juristes rend hommage à un défenseur incontestable et un négociateur assidu    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Appel à la libération des détenus d'opinion    Sahara occidental : Décès du diplomate M'hamed Kheddad    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaire Kashoggi: pour Trump la «messe» est dite
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 11 - 2018


En dépit de l'accablant rapport sur la plus que probable implication du prince héritier saoudien dans le meurtre du journaliste Jamal Kashoggi que lui ont transmis les agences américaines du renseignement, Donald Trump a cyniquement choisi de ménager celui-ci en soutenant qu'elles n'ont «rien trouvé» d'absolument certain» qui lui aurait fait considérer que son implication est irrécusablement établie. Ce qui n'est pas pour surprendre de la part du président américain qui, depuis le début de l'affaire Kashoggi, a clairement laissé apparaître que, quelles que soient les révélations que feront les enquêtes, les Etats-Unis s'abstiendront de leur donner une suite préjudiciable au «partenariat inébranlable» qu'ils ont avec la monarchie wahhabite. En laissant planer le doute sur l'implication de Mohamed Ben Salman, dont le monde entier est convaincu de sa réalité, Trump a résolument opté pour ignorer les voix qui, y compris dans son pays et parmi le camp républicain, la tiennent pour certaine et réclament que des sanctions sévères soient infligées à l'Arabie Saoudite et à la famille royale. A ces voix, le président américain a répondu en faisant valoir qu'il ne les entendra pas en raison que sa position conciliante à l'égard de la monarchie wahhabite lui est dictée par «l'intérêt des Etats-Unis», d'Israël et d'autres partenaires dans la région». il est allé même faire entendre que les critiques que le meurtre de Kashoggi vaut à la monarchie saoudienne, sont injustes à ses yeux au regard du rôle «indispensable» qu'elle joue dans un «monde très dangereux» en «acceptant de dépenser des milliards pour lutter contre le terrorisme islamique (sic) qui se retient de quitter ce pays». En disant cela, Trump a signifié au monde que, pour lui, la «messe est dite» sur l'ignoble assassinat du journaliste et qu'il entend refermer le dossier pour permettre à la monarchie wahhabite d'éviter une déstabilisation qui risquerait de lui être fatale. Selon la mantra citée par l'inénarrable président américain, le sinistre et sanguinaire prince héritier de la monarchie saoudienne restera donc un partenaire fréquentable de la démocratie «morale» que se prétendent être les Etats-Unis. Et cela même si ses mains dégoulinent du sang de Jamal Kashoggi et des innombrables autres suppliciés saoudiens sur son ordre. Pour sûr que «MBS», ainsi conforté, va s'employer à neutraliser, y compris par de nouveaux meurtres, toutes les oppositions dans le royaume qui, le croyant voué à la vindicte de l'Amérique, ont naïvement tablé sur son affaiblissement pour s'aventurer à réclamer son éloignement de la succession dynastique. Quand à ceux qui, à travers le monde, persistent à se faire les hérauts d'une Amérique exemplaire s'agissant des droits de l'Homme, il va leur falloir convenir que c'est une tout autre réalité qui guide ses positions internationales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.