Tribunal de Tipasa: Le procès de l'ex-wali d'Alger Zoukh reporté au 17 novembre    Le Vote Des Expatriés En Question    Tlemcen: Deux ministres, des annonces et des promesses    Blida: Le ministre du Commerce incite les industriels à se préparer à l'exportation    Ligue des champions d'Europe: Gros suspense à Turin et Manchester    JS Kabylie: Zelfani mise sur le tournoi d'Alger    FAF: L'AGO a adopté les bilans    UN COMBAT CONTRE SOI    Covid-19: «Le retour au confinement partiel n'est pas exclu»    Recrudescence des cas de Covid-19: Hôpitaux : retour à la case départ ?    L'état de santé du président n'est pas inquiétant    Les produits pétroliers disponibles durant les fêtes d'El Mawlid Ennabaoui et du 1er novembre    La campagne référendaire s'achève aujourd'hui à minuit. Place au silence électoral    L'Algérie saura relever tous les défis auxquels elle fait face et s'en sortira plus forte    287 nouveaux cas en Algérie    Djerad inaugure la 1re Conférence nationale sur l'oeuvre de Malek Bennabi    LDC: Le Real arrache un nul inespéré à Gladbach    Zetchi évasif sur la question du deuxième mandat    Sahara occidental/Minurso: réunion mercredi du Conseil de sécurité    Sahara occidental : l'ONU doit obliger le Maroc à fermer la brèche illégale à El-Guerguerat    Arkab: le projet d'amendement de la Constitution "jette les fondements d'une économie productive diversifiée"    L'amendement de la Constitution, un moyen de réaliser les objectifs ambitieux pour les enfants de l'Algérie    Campagne: appel à voter pour le changement et l'édification de l'Algérie nouvelle    Projet d'amendement de la Constitution : le référendum, une opportunité pour tracer les contours de l'Algérie nouvelle    Qualifications CAN-2021 (4e j.): des arbitres soudanais pour Zimbabwe - Algérie    Covid-19: 287 nouveaux cas, 171 guérisons et 9 décès    TRIBUNAL DE TIPASA : Report du procès de l'ex-wali Zoukh au 17 novembre    CELEBRATION DU MAWLID ENNABAWI : Appel au strict respect des mesures préventives    BECHAR : Tentative de suicide par immolation    FETE DE LA REVOLUTION :La journée du dimanche prochain chômée et payée    LES ELEVEURS SONT EXCEDES : Hausse des prix de l'aliment de bétail à Mostaganem    Economie d'énergie : nécessité d'un nouveau mode de consommation du citoyen    Les arabes, les musulmans et la vie sans camembert Président    Le gardien Donnarumma positif au Covid-19    Rahmoun Yazid en renfort    Le procès de Karim Tabbou reporté au 16 novembre    Actucult    Village le plus propre de Béjaïa : «A Aguemoune Nat Amar, nous avons toujours été propres et organisés»    Le système politique algérien, formation et évolution (1954-2020) : Bonnes feuilles    Reprise des négociations tripartites aujourd'hui    La comptabilité analytique au sein des entreprises en vue d'assuer l'accès aux marchés extérieurs    BMS Corona    Une troisième tentative de cessez-le-feu vole en éclats    Une majorité de Soudanais contre la normalisation avec Israël    L'ENCRE ET L'HISTOIRE    Choc inévitable ?    Tlemcen: L'Institut français relance ses activités    Tiaret: La radio locale souffle sa 22e bougie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Erdogan prié d'accepter un douteux arrangement
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 10 - 2018

Après s'être rendu à Riyad où il a rencontré le roi Salman et son sulfureux prince héritier avec lesquels il a probablement mis au point les termes de la version saoudienne de la disparition du journaliste Kashoggi, consistant, comme suggéré par Donald Trump, à la mettre sur le compte «d'éléments saoudiens incontrôlables», le secrétaire d'Etat américain ‘est envolé vers Ankara avec l'objectif de convaincre le président turc Erdogan de ceder à l'opinion internationale les faits que l'enquête menée par la police de son pays a pu mettre à jour et qui remettraient en cause la version convenue entre Washington et Riyad.
Ce n'est en effet qu'à la condition que les autorités turques acceptent de garder secrètes les preuves qui accableraient le plus haut sommet de la monarchie saoudienne que Washington pourra sauver la face à celle-ci et s'abstenir d'exercer à son encontre les représailles promises par Donald Trump. Pour beaucoup d'observateurs, le président turc serait disposé à un arrangement dans ce sens si satisfaction serait donnée à son pays par Washington et Riyad sur des problèmes faisant contentieux entre ces deux capitales et Ankara. Le sens de la «realpolitik» ne fait pas défaut au président turc qui, tout comme Donald Trump, ne cherche certainement pas à mettre fin au partenariat de son pays avec une monarchie dont il ne mésestime pas l'influence régionale tant au plan géopolitique qu'économique.
Pour ne pas en arriver à cette extrémité, les autorités turques officialiseront probablement les conclusions de l'enquête qui confirmeront, certes, l'accusation de l'implication saoudienne dans la séquestration et l'assassinat de Kashoggi à l'intérieur du consulat de l'Arabie à Istanbul, mais feront silence sur celles qui pourraient clairement identifier le ou les commanditaires du crime.
Mais autant Washington qu'Ankara risquent d'être pris au piège d'un arrangement avec Riyad dont la presse internationale et en premier lieu celle des Etats-Unis sont contre vent debout et s'ingénient à le rendre impossible en menant des enquêtes dont les résultats convergent pour enfoncer le plus haut sommet de la monarchie wahhabite. Il va être dans ces conditions difficile aux autorités turques qui ont promis à leur opinion nationale de faire toute la lumière sur l'ignoble crime qui se double de la violation de la souveraineté de l'état turc, de tenir pour non vérifiables les éléments que révèlent les enquêtes des journalistes rendant irrécusable l'implication du pouvoir saoudien. Tout dépendra du «marché» que Mike Pompéo est allé proposer au président Erdogan auquel cette sinistre affaire dont le consulat saoudien à Istanbul a été la scène procure assurément l'opportunité de faire monter les enchères vis-à-vis des Etats-Unis et de la pétro-monarchie arabe qui n'ont pas hésité à s'en prendre à la Turquie en raison des divergences qui les opposent. Mais qui ont aujourd'hui besoin de sa connivence pour la sortie d'une crise internationale dont le retentissement leur est lourdement préjudiciable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.