RECLAME PAR LA JUSTICE : Djemai cède sa place à la tête du FLN    DE TIARET, LE MINISTRE DES TRAVAUX PUBLICS RASSURE : ‘'La ligne ferroviaire, prochainement livrée''    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les employés d'Aigle Azur en Algérie sacrifiés ?    Années du service national et droit à la retraite    Et après ?    Transition toujours mouvementée au Soudan    Le logo officiel présenté aujourd'hui    L'Algérie deuxième, avec 3 or et 1 argent    Les garçons évitent le forfait, les filles toujours dans l'expectative    Slimani passeur décisif    Les partis se positionnent    Béjaïa : le front social en ébullition    Deux morts et deux blessés dans un accident de la route    Pénurie de manuels scolaires    MBC lance une chaîne TV dédiée aux pays du Maghreb    Un festival à Alger pour la promotion des traditions méditerranéennes    Le Sénégal invité d'honneur du 24e Sila    ACTUCULT    L'appel à participation ouvert jusqu'au 15 novembre    "L'oppression nous conduit droit vers une élection illégitime"    Hausse du déficit de la balance commerciale    Suppression de la règle 49/51 : Les Britanniques applaudissent et promettent un programme d'investissement    Une «alliance islamo-nationaliste» pour sauver le scrutin    L'activiste Samir Belarbi arrêté    «Les dernières inculpations des manifestants sont politiques»    Le pétrole en nette hausse    CHAN-2020 : Les 24 joueurs face au Maroc    Belle option pour les Rouge et Noir    Est-il sérieux de parler encore de mobilité ?    Un autre coup de massue pour les Hamraoua    Tébessa: La Protection civile sur le qui-vive    Elections présidentielles: L'Algérie dans une phase cruciale    Attaque contre l'Arabie saoudite: Le pétrole s'affole, les tensions diplomatiques montent    Médicaments: Pour une meilleure traçabilité des Psychotropes    MC Oran: Une défaite qui interpelle    Gestion de l'eau: Les aveux du ministre    Ils seront livrés en novembre prochain: Des instructions pour l'achèvement des 2.800 logements AADL dans les délais    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Bensalah nomme Abderrahmane Bouchahda nouveau DG de l'OAIC    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Pour les passionnés de fantastique    Plaidoyer pour la promulgation d'une loi permettant l'acquisition de tableaux    Stabilité et épanouissement de la nation    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Enquêtes dans les écoles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Le remue-ménage autour de la prochaine élection présidentielle n'engage que ses acteurs qui pensent, à tort ou à raison - là n'est pas la question - qu'ils ont quelque légitimité pour l'évoquer en faiseurs d'opinion. L'actualité électorale a plombé, ces deux dernières années, un pays en crise multidimensionnelle, reléguant l'urgence sur un banc des remplaçants pour se focaliser sur une date qui risque de ne jamais arriver. L'essentiel n'étant pas dans le maintien ou le report de la présidentielle, mais dans cette cacophonie de voix, autorisées ou pas, qui s'élèvent pour parler au nom du peuple. Un peuple devenu aphone, à force, qui n'a aucun droit de cité dans un processus qui l'engage en premier lieu.
Que ce soit l'opposition ou les partis dits de la majorité présidentielle, les Algériens ne se sentent nullement concernés par leurs propositions du fait même que ces formations politiques ont perdu, depuis longtemps, toute représentativité citoyenne. Cette question soulève le peu d'intérêt des Algériens à la chose politique avec laquelle ils ont divorcé depuis et convoque cette lancinante interrogation sur la pertinence de ces gens et leur réelle influence sur l'échiquier national. Que ce soit les islamistes, les démocrates, les républicains-conservateurs ou les partis de l'extrême gauche, tous convergent vers cette désaffection populaire prouvée à maintes reprises par les taux record d'abstention enregistrés lors des différents scrutins organisés. S'il ne fait aucun doute sur cet aspect des choses, il serait bienvenu de revenir sur les propositions des uns et des autres pour constater que rien de nouveau n'est venu se greffer au débat engagé en amont sur la légitimité du système en place. Pour les défenseurs de l'option report «anticonstitutionnel», selon le FFS, l'objectif est de retarder l'échéance et de gagner du temps, même si pour le MSP, il s'agit avant tout de réformer. Réformer quoi ? Avec qui ? Pourtant, les Algériens n'ont que trop enduré ce genre de discours creux, conscients qu'aucun changement ne pourra avoir lieu tant que les mêmes hommes qui ont conduit ce pays au mur restent aux manettes du pouvoir. Que ce soit chez l'opposition ou dans les partis de la coalition, on est face à une indigence d'idées qui frise l'irresponsabilité et les meilleures options ressemblent à du bricolage de dimanche. Un système D qui s'ingénie à prioriser le décor au détriment des véritables enjeux qui menacent le pays.
Le problème n'est plus dans le maintien du vote ou de son report puisque le résultat est identique. Que ce soit Bouteflika et un cinquième mandat ou un autre nom coopté autour d'un consensus de circonstance, l'essence même d'une élection libre est remise en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.