Belmadi cherche les remplaçants de Chita et de Benzia.. Le milieu, un chantier ouvert    Volley-Championnat d'Afrique (dames).. Bonne entame du GS Pétroliers    Bouteflika veut imposer sa conférence nationale    MINISTERE DE LA DEFENSE : Ahmed Gaïd Salah en visite de travail à la 3e Région Militaire    PREMIERE SESSION DE L'APW : Le dossier des affaires sociales en débat    POUR DETOURNEMENT DE DENIERS PUBLICS A L'ADE BOUHADJAR : Arrestation de trois fonctionnaires à El Tarf    NOUVEAU GOUVERNEMENT : Le CNES refuse de participer aux consultations    Une AG extraordinaire pour baliser le terrain à l'Hyproc    Un staff technique collégial pour terminer la saison    La Mekerra en quête de 18 points pour éviter le purgatoire    L'Union européenne trouve un accord provisoire sur une protection des lanceurs d'alerte    «Il faut faire confiance aux jeunes»    Tebboune, le retour ?    Marches et rassemblements des blouses blanches mardi    Des taches brunes sur tout le visage : que faire ?    Vers la classification de 7 sites et monuments à Mila    ACTUCULT    Dire la vérité contre le mensonge    Le réveil d'un peuple : un nouvel horizon politique ? (1ère partie)    Augmentation des salaires des policiers: La DGSN dément et menace    La crise actuelle en Algérie    Banque d'Algérie: Le taux des réserves obligatoires des banques passe de 8 à 12%    El-Bayadh: Les trois derniers martyrs du 19 mars 1962    Formation du nouveau gouvernement    Les fidèles tués dans les mosquées de Christchurch étaient âgés de trois à 77 ans    Cinq conventions signées entre la BASTP et des PME    Ligue des champions (6e et dernière journée)    Le bleu de la mer à Cap-Djinet    Suivi permanent des projets publics    La cité des 58 logements, un quartier aux multiples problèmes    Le MC Oued Tlelat à trois points du rêve    Le football national doit faire dans l'optimisme    Le FNA, le PT et le Mouvement El Islah se prononcent    Initiatrice du projet «Past Forward Architecture»    Un prix pour les auteurs édités en Afrique    Importance des études historiques sur les sciences et autres spécialités    Les journalistes et correspondants de Tizi Ouzou observent un sit-in    Cela doit se concrétiser pour le bien de la Patrie    Casino : Le groupe livre des prévisions à trois ans fraîchement accueillies    Sahara occidental: Les accords UE-Maroc violent la jurisprudence de la CJUE    Acte 18 des "gilets jaunes": Violences et scènes d'émeutes, pillages et saccages à Paris    La France a-t-elle "perdu" l'Afrique de l'Est au profit de la Chine?    Tarik Chenafa, un miraculé algérien    Exhumation d'un charnier de Yézidis victimes de l'EI    Bourses L'Europe salue les nouvelles sur le front du commerce et du Brexit    Chine : Pékin ne laissera pas son économie dérailler, dit Li    Vent de fronde au FLN    "La douleur de voir souffrir le peuple syrien se ressent dans ma musique"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Le remue-ménage autour de la prochaine élection présidentielle n'engage que ses acteurs qui pensent, à tort ou à raison - là n'est pas la question - qu'ils ont quelque légitimité pour l'évoquer en faiseurs d'opinion. L'actualité électorale a plombé, ces deux dernières années, un pays en crise multidimensionnelle, reléguant l'urgence sur un banc des remplaçants pour se focaliser sur une date qui risque de ne jamais arriver. L'essentiel n'étant pas dans le maintien ou le report de la présidentielle, mais dans cette cacophonie de voix, autorisées ou pas, qui s'élèvent pour parler au nom du peuple. Un peuple devenu aphone, à force, qui n'a aucun droit de cité dans un processus qui l'engage en premier lieu.
Que ce soit l'opposition ou les partis dits de la majorité présidentielle, les Algériens ne se sentent nullement concernés par leurs propositions du fait même que ces formations politiques ont perdu, depuis longtemps, toute représentativité citoyenne. Cette question soulève le peu d'intérêt des Algériens à la chose politique avec laquelle ils ont divorcé depuis et convoque cette lancinante interrogation sur la pertinence de ces gens et leur réelle influence sur l'échiquier national. Que ce soit les islamistes, les démocrates, les républicains-conservateurs ou les partis de l'extrême gauche, tous convergent vers cette désaffection populaire prouvée à maintes reprises par les taux record d'abstention enregistrés lors des différents scrutins organisés. S'il ne fait aucun doute sur cet aspect des choses, il serait bienvenu de revenir sur les propositions des uns et des autres pour constater que rien de nouveau n'est venu se greffer au débat engagé en amont sur la légitimité du système en place. Pour les défenseurs de l'option report «anticonstitutionnel», selon le FFS, l'objectif est de retarder l'échéance et de gagner du temps, même si pour le MSP, il s'agit avant tout de réformer. Réformer quoi ? Avec qui ? Pourtant, les Algériens n'ont que trop enduré ce genre de discours creux, conscients qu'aucun changement ne pourra avoir lieu tant que les mêmes hommes qui ont conduit ce pays au mur restent aux manettes du pouvoir. Que ce soit chez l'opposition ou dans les partis de la coalition, on est face à une indigence d'idées qui frise l'irresponsabilité et les meilleures options ressemblent à du bricolage de dimanche. Un système D qui s'ingénie à prioriser le décor au détriment des véritables enjeux qui menacent le pays.
Le problème n'est plus dans le maintien du vote ou de son report puisque le résultat est identique. Que ce soit Bouteflika et un cinquième mandat ou un autre nom coopté autour d'un consensus de circonstance, l'essence même d'une élection libre est remise en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.