Gaïd Salah: la vigilance constitue “l'un des piliers intrinsèques de réussite”    VISAS FRANÇAIS POUR LES ALGERIENS : VFS Global annonce de nouvelles dispositions    BECHAR : Plus de 2,5 tonnes de kif saisies au sud-ouest    Allô ! Blida ? C'est pour une urgence !    Benyounès, un allié particulier    «Ceux qui consomment plus payeront plus»    La domination de Mercedes se confirme    Le vaisseau amiral se renouvelle    Dame Coupe n'abandonne pas ses caprices    Le DEN/FAN explique sa démission    Le huis clos pour la JS Kabylie et l'ASMO    «Les élections en Algérie ne donnent ni légitimité, ni pouvoir»    Plusieurs infractions enregistrées en 2018 à Relizane    Un défi difficile à relever à Annaba    Cupcakes aux fruits secs    Jusqu'à la fin des temps, de Yasmine Chouikh, en compétition au 26e Fespaco    Le mythe démonté    ELECTIONS, HARGA ET LE RESTE    Mostefa Ben Debbagh, l'artiste était modeste    Lutte contre la migration clandestine: le Gouvernement prévoit la création d'une instance nationale    Davos: Messahel s'entretient avec le chef du Gouvernement tunisien Youssef Chahed    L'inflation moyenne annuelle à 4,3% jusqu'à décembre 2018    Lavrov aujourd'hui à Alger    Assises du tourisme: gestion et organisation pour booster le secteur    Organisée par la SDA de Belouizdad : Une campagne de sensibilisation sur le monoxyde de carbone    Protestation au Soudan : Pourquoi Omar El Béchir n'est pas inquiété    Aïn Assel: Un ouvrier écrasé par un compacteur    L'autre inflation    En perspective des JM 2021: Vaste opération de réhabilitation du CREPS d'Aïn El Turck    Mouwatana: «Le pouvoir tentera, encore une fois, de se maintenir »    Relizane: Campagne pour la déclaration des travailleurs étrangers    Plus de 220 athlètes présents au rendez-vous d'Alger    WOB - GSP programmé le 29 janvier    Rached El Ghanouchi et vingt-six autres islamistes sur le banc des accusés !    L'arbre qui cache la forêt    Quand la mémoire fait défaut    L'activité de lecture dépend des sujets    Ecrivaine à… 11 ans    Abdelkader Secteur tête d'affiche    Coupe de la CAF (phase de poules) : Le NAHD dans le groupe du Zamalek    Finances Tenue à Alger d'un séminaire sur la révision du Système comptable financier    Japon : Le risque de récession en 2019 s'accentue    Sonatrach : Coopération algéro-chinoise pour l'extension du port pétrolier de Skikda    Rsf se félicite de la décision de la cour surpême    Accord Maroc-UE : Le Polisario saisira de nouveau la justice européenne    Syrie : Pederson et Lavrov soulignent l'importance de l'action conjointe    Aucune preuve de l'implication des Russes dans le crash du MH17    L'Algérie esr bien le nouveau berceau de l'humanité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De quel droit vous parlez au nom des Algériens ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 12 - 2018

Le remue-ménage autour de la prochaine élection présidentielle n'engage que ses acteurs qui pensent, à tort ou à raison - là n'est pas la question - qu'ils ont quelque légitimité pour l'évoquer en faiseurs d'opinion. L'actualité électorale a plombé, ces deux dernières années, un pays en crise multidimensionnelle, reléguant l'urgence sur un banc des remplaçants pour se focaliser sur une date qui risque de ne jamais arriver. L'essentiel n'étant pas dans le maintien ou le report de la présidentielle, mais dans cette cacophonie de voix, autorisées ou pas, qui s'élèvent pour parler au nom du peuple. Un peuple devenu aphone, à force, qui n'a aucun droit de cité dans un processus qui l'engage en premier lieu.
Que ce soit l'opposition ou les partis dits de la majorité présidentielle, les Algériens ne se sentent nullement concernés par leurs propositions du fait même que ces formations politiques ont perdu, depuis longtemps, toute représentativité citoyenne. Cette question soulève le peu d'intérêt des Algériens à la chose politique avec laquelle ils ont divorcé depuis et convoque cette lancinante interrogation sur la pertinence de ces gens et leur réelle influence sur l'échiquier national. Que ce soit les islamistes, les démocrates, les républicains-conservateurs ou les partis de l'extrême gauche, tous convergent vers cette désaffection populaire prouvée à maintes reprises par les taux record d'abstention enregistrés lors des différents scrutins organisés. S'il ne fait aucun doute sur cet aspect des choses, il serait bienvenu de revenir sur les propositions des uns et des autres pour constater que rien de nouveau n'est venu se greffer au débat engagé en amont sur la légitimité du système en place. Pour les défenseurs de l'option report «anticonstitutionnel», selon le FFS, l'objectif est de retarder l'échéance et de gagner du temps, même si pour le MSP, il s'agit avant tout de réformer. Réformer quoi ? Avec qui ? Pourtant, les Algériens n'ont que trop enduré ce genre de discours creux, conscients qu'aucun changement ne pourra avoir lieu tant que les mêmes hommes qui ont conduit ce pays au mur restent aux manettes du pouvoir. Que ce soit chez l'opposition ou dans les partis de la coalition, on est face à une indigence d'idées qui frise l'irresponsabilité et les meilleures options ressemblent à du bricolage de dimanche. Un système D qui s'ingénie à prioriser le décor au détriment des véritables enjeux qui menacent le pays.
Le problème n'est plus dans le maintien du vote ou de son report puisque le résultat est identique. Que ce soit Bouteflika et un cinquième mandat ou un autre nom coopté autour d'un consensus de circonstance, l'essence même d'une élection libre est remise en question.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.