Justice : Mandat de dépôt contre Saïd Bey et mandat d'arrêt contre Habib Chentouf    Le bal des hypocrites    La rue applaudit les décisions    Un député FLN démissionne pour rejoindre le Hirak    Création d'une instance indépendante chargée d'organiser les élections : Début de la rencontre de concertation sur les mécanismes    Corruption : Report pour la semaine prochaine de l'affaire du sénateur Boudjouher Malik    Argent détourné en Algérie : M. Djillali Hadjadj chiffre à près de 60 milliards de dollars les sommes détournées    Le baril "accompagne" le Hirak    Huawei innove dans la gestion des flux de passagers    Le fromage Bouhezza en fête    Hi-Tech : Samsung pourrait devenir fournisseur d'Orange en 5G    Coopération bilatérale : La Russie et la France s'allient pour créer un réseau de maisons de retraite    Sri Lanka : Des attentats font plus de 160 morts le jour de Pâques    La contestation suspend les discussions avec l'armée    Libye: Tripoli toujours sous la menace armée, avancée des troupes du GNA    Washington met fin aux exemptions    Le guide suprême nomme un nouveau chef des Gardiens de la Révolution    Analyse : Baisse de l'aide militaire US au Cameroun, une brèche pour la Russie ?    Hazard au Madrid, c'est déjà fait!    Le Barça vole au secours de Coutinho    Yacine Chalel à la 5e place    Sport : Quand le vent du "Hirak" souffle sur le sport algérien    Championnats d'Afrique U18 et U20 : 13 médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Des débuts prometteurs    Istimara et recours, quelle issue?    Plus de peur que de mal    Tizi-Ouzou : Réhabilitation de la station climatique de Tala Guilef    La saison 8 de Games of Thrones censurée en Chine    Un documentaire sur le royaume de Numidie en réalisation    Bouchetta Soulimane expose "El Djazair"    Les frères Kouninef arrêtés    L'Algérie a atteint 1,5 % en 2018    Bensalah maintient le cap    L'horreur à Alger !    Retrait du permis de conduire : détails de la nouvelle procédure    Qui succédera à Ould Abbès    Victoire à la présidentielle du comédien Volodymyr Zelenskiy    La nouvelle Cupra Formentor sera produite dans l'usine Seat à Martorell    La semaine de la langue espagnole    Championnat d'Allemagne.. Belfodil 6e meilleur buteur    Effondrement d'un immeuble à la Casbah.. Quatre morts et des blessés    Course au titre.. L'USMA toujours maitre de son destin mais…    Cinéma à Alger.. L'Onci récupère trois salles    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 196 interventions en 72 heures !    Treize médailles dont cinq en or pour l'Algérie    Célébration du Mois du patrimoine à Médéa    Evocation du séjour à Oran de Cervantès    Spécialiste de l'Algérie : L'historienne Annie-Rey Goldzeiguer, tire sa révérence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La présidentielle lancée
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 01 - 2019

Après la convocation vendredi dernier du corps électoral, le président Bouteflika vient de désigner les 33 membres de la Haute instance indépendante de surveillance des élections. L'élection présidentielle prévue le 18 avril prochain est bel et bien sur les rails, le gouvernement, à travers le ministère de l'Intérieur, s'est déjà attelé à la préparation matérielle de cette consultation, notamment avec la révision exceptionnelle des listes électorales, une opération qui a démarré il y a quelques jours. Juste après la convocation du corps électoral par le chef de l'Etat, le climat politique s'est détendu et le stress qui avait submergé durant tous les mois de novembre et décembre l'opposition, qui avait, à tort ou à raison, redouté une quelconque volonté cachée du pouvoir de reporter ou prolonger le mandat de M. Bouteflika, s'est estompé.
Sur fond de soulagement de toutes les parties politiques quant au respect de l'agenda électoral, des candidatures sont annoncées, ce qui contribue grandement à faire baisser une tension qui avait un moment menacé de s'emparer de la scène politique nationale. Ce qui est d'ailleurs de bon augure pour le climat social et politique dans lequel va se dérouler l'élection présidentielle de 2019. Des leaders de l'opposition, dont Ali Benflis de Talaie El Hourriyet ou probablement Abderrezak Makri du MSP et même l'ex-chef de ce parti Boudjerra Soltani, sont annoncés partants pour cette présidentielle. Ali Benflis a déjà annoncé officiellement de se porter candidat alors qu'un outsider, un inconnu en fait de l'opinion publique, mais qui a défrayé la chronique récemment, Ali Ghédiri, ex-général major, a annoncé sa candidature. Du côté des partis de la majorité, le FLN tout comme le RND restent sur leur position, celle de soutenir une candidature du président Bouteflika pour un 5ème mandat.
La situation sur le front politique est ainsi redevenue plus calme et, surtout, s'oriente vers d'épiques batailles électorales entre les tenants de « la continuité » et ceux d'un changement radical du mode de gouvernance. Mais, dans les deux cas, il y a la grande inconnue de la candidature du président Bouteflika qui risque de refroidir l'enthousiasme des candidats de l'opposition qui craignent un passage en force du candidat de la majorité. Les choses n'en sont pas là pour le moment et tous les candidats ont jusqu'au 4 mars prochain pour annoncer officiellement leurs intentions. Par contre, les états-majors politiques auront d'ici là assez de grain à moudre pour relancer la course électorale, donner plus de visibilité quant à leurs programmes et, notamment, ne pas faire sortir des rails une élection présidentielle qui va déterminer pour les cinq à dix années prochaines l'avenir du pays.
Une première satisfaction, cependant : le corps électoral a été convoqué selon les termes de la loi organique, le décret de nomination des membres de la HIISE a été signé et les préparatifs matériels de l'élection présidentielle sont entamés. Tout cela donne une image assez sereine et apaisée sur le plan politique et, particulièrement, la tenue dans les délais impartis d'une consultation électorale qui ne devrait pas se dérouler comme les précédentes. Il y aura assurément, en plus des « lièvres » traditionnels, plusieurs candidats de partis leaders de l'opposition, des personnalités indépendantes et, surtout, un possible candidat, autre que M. Bouteflika, des partis de la majorité. Un signe évident que le chef de l'Etat pourrait ne pas briguer un 5ème mandat, comme le pensent certains observateurs politiques, et lancer dans le bain « son » favori, issu cependant de sa propre majorité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.