Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un cinquième, à condition...
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 01 - 2019


Un ami, me croyant dans la béatitude du pouvoir ou ayant un facile accès à sa magique messagerie, m'avait demandé en me précisant niaisement: « Vous les journalistes, dites à Bouteflika de se présenter encore pour un autre mandat à condition qu'il apporte cependant une révolution déferlante dans la pratique de ce pouvoir ». Il s'enthousiasmait pour me dire : « Dites-lui de gommer radicalement et dans son entièreté le gouvernement actuel. Dites-lui de nous nommer des ministres jeunes et surtout neufs. Des ministres qui ne lisent pas des discours, toujours des discours et encore des discours, lesquels, à défaut d'être pleins de vides et vides de vérité, ne sont que des idées brouillées cherchant à séduire et à plaire. Des ministres qui ne font pas de la fonction une carrière longue et chanceuse, mais une mission honnête et une charge morale ». Pourtant cet ami ne cultive pas l'amour du système, encore moins de pouvoir s'inscrire dans l'opposition qu'il fustige à boulets de canon. Pour lui, tout est dans la complaisance, dans la compromission. Il ne voit la politique qu'à travers ceux qui la pratiquent, m'affirmait-il, et ainsi, il en a gros sur le cœur. Ce ministre, qui, pris en otage par ses secondaires, n'arrive plus à se décanter pour extirper les causes des effets d'un phénomène migratoire, n'est plus apte à régenter les prochaines élections, tenait-il à m'indiquer, me prenant pour un puissant décideur. Cet autre, parlant de l'emploi au lieu de constater et réduire le chômage, faisait de son fils ado un investisseur potentiel. Dites-lui que tous ces ministres dont les uns ou les autres arrivent mal à battre leur nudité en essayant de la faire suppléer par une élégance qui n'est pas la leur. Ils n'ont aucun résultat au moment où ils défilent leur bilan, dont les seuls applaudisseurs sont ceux-là mêmes qui les ont conçus. Le peuple n'en a rien vu ou presque. C'est vrai, dites-le lui, que l'Etat a consenti beaucoup d'efforts dans le logement, les écoles, les routes, les minarets, les bancs publics, les infrastructures quoi ! Mais ceux en charge de faire vivre ces réalisations ont ‘'criardement'' manqué de leur insuffler l'âme qui leur manque. Le logement est mal fait, mal distribué. L'eau ne coule pas dans tous les robinets, la neige dévoile le mauvais asphalte, la pluie dérange les ponts, l'économie tousse au moindre frisson pétrolier, le choléra tue, l'agriculture est dans une aigrie-culture, la bureaucratie a pris d'autres formes inintelligentes, le permis à point ne pointe pas encore son nez. Parole, parole ! Alors, le cinquième mandat, me disait-il, passera si vite, pas aussi longuement qu'ils nous ont fait subir ces ministres comme diabète généralisé et hypertension collective. Dites-lui que nous avons la phobie jusqu'au cou de les voir et revoir en boucle de journée dans les télés, les réseaux sociaux, mais jamais dans la rue, les cafés, le marché ou à côté de chez nous, enfin là où nous sommes, là où nous existons, où nous mourrons. Ainsi, nous voulons des ministres à nous, qui partagent nos paliers d'immeubles, empruntent les mêmes embouteillages, qui connaissent le boulanger du quartier pas les grands minotiers, l'épicier du coin pas les gros importateurs, qui voyagent à Timgad, Touggourt, Tébessa, Tiaret, Sétif, Tlemcen pas Paris, Rome, Genève ou Barcelone. De jeunes ministres, tous neufs qui pensent à nous pas à leur p'tits enfants où à leur proche agonie. L'autre condition, s'il le permet, dites-le lui, c'est de dissoudre, supprimer, broyer l'Assemblée nationale et à jamais radier, écraser ses mauvais élus actuels. Repenser la fonction élective, oui comme dans le parti unique, par noms et prénoms, non pas par des lots en gros et des listes concomitantes. Ceci dit, avant de reformuler tout le paysage des partis et leur mode de fonctionnement. Mon ami boumediéniste dans le sang, ancien progressiste, déplore la situation actuelle, là où la postérité ou bien la providence, croit-il, a rangé Bouteflika au crépuscule de son parcours. Lui, l'ami de Boumediene, lui qui avait connu tous les grands du dernier siècle et côtoyé ses sommités, se trouve hélas entouré de tels faciès, de tels mal-habiletés. Wallah, c'est une honte en face de l'histoire. Dites-lui, en baroud d'honneur, en ultime salve chevaleresque, par serment de moudjahid, par devoir sacrificiel et à la mémoire des chouhada, de sauver la dignité nationale en congédiant tout ce personnel politique frappé de ménopause et d'infertilité. Rien ne l'empêcherait de réviser la Constitution en enracinant le pays profondément dans la vraie démocratie, souhaitait mon ami, par l'instauration d'un régime pluriel, diversifié et équilibré où la plénitude de la souveraineté reviendra au peuple, seul héros. Vu et transmis en lui précisant que ceci sera fait en toute évidence après le 18 avril prochain, cinquième ou pas.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.