Des milliers de manifestants se dirigent vers la Place des martyrs    Fin du délai de dépôt des candidatures aujourd'hui    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Boumerdes : intoxication de 41 élèves à Chaâbet El Ameur    Les algérois manifestent malgré la répression    MCO - Mekkaoui: «Prendre au sérieux ce match du NAHD»    Lancés dans le bain avec succès, Louizini et Djahdou représentent l'avenir du club    CSC - El Amri: «Face à l'USMA, on respectera l'éthique»    Le Botswana lève l'interdiction de chasser l'éléphant    Indonésie: sept morts dans des affrontements post-électoraux    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Norvège: le chômage a son plus bas niveau en mars    Le rebond économique mondial compromis par la guerre commerciale    VENDREDI 14ème : Une transition pour rouvrir l'espace-nation algérien obstrué    Le Front Polisario regrette la démission de Horst Kohler    L'Algérie certifiée exempte de Paludisme par l'OMS    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    14e vendredi de marche : Le peuple dit non à l'élection du 4 juillet    Football : Le gouvernement Bedoui veut s'attaquer à la violence dans les stades    En bref…    L'ES Tunis veut prendre une option face au WA Casablanca    Annaba : Le wali interdit un iftar collectif en présence de maître Bouchachi    Probium et l'Are-Ed, deux associations qui marquent la Journée mondiale de la biodiversité    Cher futur Président, je te veux…    Etudiants : Hirak, Ramadhan et examens    En bref…    Haizer : Deux exclus de logements sociaux entament une grève de la faim    Le trip de l'amour et ses revers    La presse a toujours été le souffre-douleur des régimes…    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le duel jusqu'au bout !    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    552 centres d'examen et 3.830 encadreurs: Plus de 33.000 candidats attendus aux examens de fin de cycle primaire    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CHRONIQUE D�UN TERRIEN
Un si beau fiasco ! Par Ma�mar FARAH [email protected]
Publié dans Le Soir d'Algérie le 27 - 09 - 2007

Il y a une seule chose � dire haut et fort � notre gouvernement : �Vous avez lamentablement �chou� !� Durant l�histoire r�cente de notre pays, il y a eu des �checs et ce n�est pas nouveau. Mais, c�est la premi�re fois que l��chec est total, absolu, une admirable r�ussite en fait, in�galable ; un record ! Ce fiasco retentissant fait peur � tous ceux qui vivent ici et qui n�ont pas des r�sidences de prestige � Gen�ve, Paris ou Baltimore, pour aller oublier le cauchemar.
Ici nous avons v�cu, ici nous vivrons, ici nous mourrons ! Vous avez lamentablement �chou� dans tous les domaines. Nous sommes devenus la ris�e des peuples voisins et ceux d�en face nous regardent comme des pestif�r�s. La lune de miel avec l�int�grisme n�a donn� que mort et d�solation. Le terrorisme, terrass� en 1998 et vaincu politiquement et militairement gr�ce � la mobilisation h�ro�que du peuple alg�rien, revient plus fort que jamais. Durant la d�cennie que l�on appelle noire et qui sera bient�t d�pass�e en horreurs si rien n�est fait pour arr�ter cette politique suicidaire, les terroristes n�avaient jamais pu frapper le si�ge du chef du gouvernement. Ils l�ont fait, il y a quelques mois, et ce fut le triste attentat du Palais du gouvernement. Au lieu d�attaquer le mal par les racines, nos responsables ont essay� de minimiser cette explosion meurtri�re en disant tout et n�importe quoi : �Il n�y avait pas de kamikaze, les terroristes agissent ainsi parce qu�ils sont dans l�impasse�, etc. Pourtant, ce crime portait une signature claire, celle du terrorisme islamiste qui l�a revendiqu� haut et fort. Le responsable de cette boucherie est connu : c�est l�int�grisme religieux, c�est le discours dominant qui, de T�bessa � Maghnia, et gr�ce aux encouragements d�une classe politique vieillotte, incomp�tente et corrompue, a la part belle. Il part en chasse quotidiennement contre les femmes qui refusent l�ordre des talibans, contre les hommes qui ne veulent pas se plier aux injonctions des nouveaux docteurs de la foi, contre les id�es de progr�s et de justice qui ont fa�onn� l�une des plus belles r�volutions au monde. R�volution bris�e, valeurs sold�es pour faire plaisir aux tenants d�un ordre obscurantiste, r�actionnaire, qui pr�ne l�archa�sme social et l�immobilisme, pour le plus grand b�n�fice de l�imp�rialisme dont il est l�un des bras actifs. Au lieu d'attacher d�finitivement notre pays au train maghr�bin de la modernit�, en faisant simplement ce que font nos voisins, nos dirigeants ont r�veill� les marabouts, enrichi les �mirs sanguinaires, multipli� les offres de service aux int�gristes, facilit� l�implantation et la propagation de leurs id�es dans la soci�t�, ferm� toutes les ouvertures sur les arts, la culture et la pens�e de notre si�cle, import� du Golfe des us et coutumes qui ne sont pas les n�tres, cr�tinis� le contenu de l��cole, �loign� la pens�e rationnelle et la science moderne ! Inconsciemment, ils ont facilit� le travail des recruteurs de kamikazes. Il suffit de circuler dans l�Alg�rie profonde pour s�en convaincre et c�est d�j� trop tard. Trop tard, parce que, parall�lement, la politique ultralib�rale a an�anti les derniers r�ves de la jeunesse. Le ch�mage et l�exclusion ont enfonc� nos jeunes dans le d�sespoir. Ils n�ont plus rien � perdre et leurs nouveaux points cardinaux sont d�sormais : suicide, criminalit�, terrorisme ou exil par les mers. Pendant ce temps, les supports du r�gime, des entrepreneurs v�reux et un tas d�autres affairistes qui se plaisent dans la situation de confusion actuelle pour faire prosp�rer leurs affaires louches, encourageant la corruption par tous les moyens ; pendant ce temps-l�, ces hommes pourrissent tout au niveau local et donnent l�impression aux populations des wilayas que la malhonn�tet� est le nouveau chemin de la r�ussite sociale. La d�lation, le n�potisme et le r�gionalisme font le reste : d�s qu�un cadre honn�te l�ve la t�te ou dit une v�rit�, il est cass�, bris� ! Le silence que j�entends lorsque je passe dans certaines villes de l�int�rieur est �trange ! C�est le silence des agneaux ! Pourtant, demain, lorsque le voile se l�vera sur cette p�riode, des v�rit�s assommantes seront dites. Lorsque les gens ne seront plus les esclaves de l�argent, que la vraie soci�t� civile, pas celle qui chante les louanges dans les soir�es t�l�vis�es, pas celle qui l�ve des toiles ridicules de gigantisme sur les immeubles de S�tif, non celle-l� s�est d�j� ridiculis�e ; lorsque la vraie soci�t� dira son mot, ce sera pour condamner l�unanimisme ! Parce qu�aucune strat�gie viable de lutte contre l�int�grisme n�a �t� imagin�e au plus haut niveau, parce que, bien au contraire, on continue de tol�rer et d�encourager l�extr�misme islamiste, le terrorisme vient de monter, le plus logiquement du monde, d�un cran : il a tent� de frapper la cible situ�e au-dessus du chef du gouvernement ! Ils nous promettaient un recul de la b�te immonde et voil� qu�elle s�attaque � la t�te de l�ex�cutif ! Et ce fut l�attentat sanglant de Batna con�u et ex�cut� par des islamistes alg�riens. Vont-ils enfin se r�veiller ? Non ! Le m�me discours continue d��tre v�hicul�, s�acharnant � nous prouver que l�islamisme est innocent, alors qu�il persiste et signe. Et, au lieu de r�pondre � cette escalade p�rilleuse en prenant les mesures ad�quates � tous les niveaux, le pouvoir et ses relais r�agissent de la mani�re la plus sotte, la moins imaginative, en faisant sortir des manifestations tr�s� �spontan�es�. Alors que les Alg�riens �taient angoiss�s et attendaient des actes, on leur ressort l��ternelle rengaine du �troisi�me mandat�, dans un �talage d�opportunisme jamais �gal� et qui �tait comme une insulte aux victimes. Les Alg�riens voulaient �tre rassur�s : que la politique ayant men� � cette situation soit d�battue, critiqu�e ; chang�e m�me, voil� ce qu�ils disaient, partout, en masse. Mais on ne voulait entendre que les voix des quelques applaudisseurs professionnels ramass�s pour faire plaisir � la cam�ra ! Agissez d�abord et on verra ensuite ! Donnez-nous la preuve que la voie choisie est la bonne ! Nous en doutons parce qu�il y a toutes ces preuves devant nous et voil�, encore, qu�un kamikaze remet �a � Lakhdaria ! Il est alg�rien et int�griste ! Agissez, am�liorez les choses, donnez de l�espoir et tout le monde vous hissera sur les �paules, pour vous donner un troisi�me, un quatri�me et un cinqui�me mandat ! Cette r�conciliation nationale, qui aurait pu �tre une bonne le�on de courage politique et le pr�lude � une �re de v�ritable concorde et de prosp�rit�, n�a pas suivi le chemin qui aurait d� �tre le sien. Elle n�a pas eu la hauteur de vue n�cessaire pour s�imposer comme une �uvre de justice et de paix. Elle n�a pas eu le contenu politique annonc� dans les discours de l��t� 2005, lorsqu�il �tait question de renforcer le droit, r�habiliter la R�publique et tout faire pour que la m�moire des h�ros soit honor�e. La r�conciliation nationale que nous avions lucidement soutenue n�est pas ce mariage contre nature avec l�int�grisme ! Les r�sultats r�colt�s jusque-l� inciteront-ils les dirigeants � revoir leur strat�gie ? Car, et si aucune correction n�est apport�e au parcours actuel, nous savons, vous savez, que les choses vont empirer. Parce que les m�mes causes produisent les m�mes effets. Le monde nous regarde autrement depuis l�attentat de Lakhdaria. C�est tout le discours de l�am�lioration de la situation s�curitaire et des acquis de l��re Bouteflika qui prend un s�rieux coup. Dans les prochaines semaines, nous assisterons, malheureusement, � une nouvelle perception de nos r�alit�s nationales par les gouvernements �trangers. Puissent-ils aussi comprendre que ce peuple ne peut pas �tre abandonn� une seconde fois. Puissent-ils tout faire � et notamment pour les plus influents d�entre eux � afin que nos gouvernants arr�tent de s�acoquiner avec l�int�grisme religieux. Il y a p�ril en la demeure et seul le r�veil des consciences � de nos dirigeants, des �lites politiques, de la soci�t� civile � peut encore sauver ce qui reste � sauver. Personnellement, j�en doute et je crois que nous allons vers des jours sombres.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.